Un Conte à votre façon : Les Trois petits cochons revisité

UN CONTE A VOTRE FAÇON – Les trois petits cochons revisité

[1]– Il y avait une fois trois petits cochons, Nouf-Nouf, Nif-Nif et Naf-Naf, qui vivaient avec leur maman. Un jour, la maman appela ses trois fils et leur dit qu’elle ne pouvait plus les élever car elle était trop pauvre. « Je voudrais que vous partiez d’ici et que vous construisiez votre maison, dit-elle, mais prenez garde qu’elle soit bien solide pour que le Grand Méchant Loup ne puisse entrer et vous manger ». Désirez-vous connaître l’histoire de Nouf-Nouf, le premier des trois frères ?
                   Si oui,  passez à [4]
                   Si non, passez à [2]

[2]-Préférez-vous celle de Nif-Nif, le deuxième des trois frères ?
                   Si oui, passez à [16]
                   Si non, passez à [3]

[3]-Préférez-vous celle de Naf-Naf, le troisième des trois frères ?
                   Si oui, passez à [17]
                   Si non, passez à [21]

[4] – Le premier petit cochon, Nouf-Nouf, était inconséquent et tête en l’air. Il interpela donc le premier homme qui passait devant lui, un fermier portant une botte d’herbe séchée.
                   Si vous préférez une autre description, passez à [9]
                   Si celle-ci vous convient, passez à [5]

[5]– « Mon bon monsieur, pouvez-vous me donner un peu de cette herbe séchée pour construire ma maison ? », demanda Nouf-Nouf. « Non », répondit le fermier.
                   Si vous préférez que le fermier réponde oui, passez à [6]
                   Si non, passez à [7]

[6]– « Oui, bien sûr ! » répondit le fermier à Nouf-Nouf, « cela ne pourrait me faire plus plaisir ! ».
                   Si vous désirez savoir pourquoi cela cause autant de plaisir au                          fermier, passez à [11]
                   Si vous n’y tenez pas, vous passez à [7]

[7]– Après une longue discussion, Nouf-Nouf put enfin repartir avec sa botte d’herbe séchée, qui n’était autre que de la bonne paille, pour construire sa maison.
  Si vous préférez que ça soit une botte de bon foin, passez à [8]
                   Si la paille vous convient, passez à [10]

[8]– Après une longue discussion, Nouf-Nouf put enfin repartir avec sa botte d’herbe séchée, qui n’était autre que du bon foin, pour construire sa maison.
                   Si vous préférez que ça soit une botte de bonne paille, passez                            à [7]
                   Si le foin vous convient, passez à [10]

[9]– Le premier petit cochon, Fifer Pig, était un joueur de fifre. Préoccupé par un air nouveau qu’il n’avait pas eu le temps de retranscrire, il interpella le premier homme qui passait devant lui, un fermier portant une botte d’herbe séchée.
                   Si vous désirez connaître la suite, passez à [5]
                   Si non, passez à [21]

[10]– Pendant ce temps, le Grand Méchant Loup surveillait les trois petits cochons. « Lequel vais-je croquer en premier ? Sûrement Nouf-Nouf dans sa maison de paille ! Ou bien est-ce du foin ? ».
                   Si vous désirez en savoir plus sur ce Grand Méchant Loup,                                  passez à [11]
                   Si non, passez à [12]

[11]– En réalité, le fermier était complice du Grand Méchant Loup, tueur à gages à sa solde qui avait pour mission de profiter de la nouvelle autonomie de Nouf-Nouf pour accomplir son méfait. Le fermier cherchait depuis longtemps à se venger de Nouf-Nouf (pour une sombre histoire de maïs) – et n’était pas contre un bon rôti pour le repas du soir.
                   Si cela vous paraît étrange, allez consulter le conte et n’en                                  parlons plus.
                   Si vous jugez inutile d’approfondir la question, passez à [12]

[12]– Le Grand Méchant Loup frappe alors à la porte de la maison de paille (ou de foin, c’est selon). « Cher Nouf-Nouf, puis-je entrer ? »
                   Si vous désirez connaître tout de suite le résultat de cette                                    rencontre, passez à [15]
                   Si vous souhaitez au contraire connaître tout le déroulement de                      l’action, passez à [13]

[13]– « Non, non, par le poil de mon menton ! Éloigne-toi, satané Grand Méchant Loup ! », s’écria Nouf-Nouf.
                   Si vous désirez connaître la réponse du Grand Méchant Loup,                          passez à [14]
                   Si non, passez à [14] tout de même car le Grand Méchant Loup                        ne s’embarrasse pas de savoir votre opinion

[14]– « Alors je vais souffler et ta maison s’envolera ! » réplique le Grand Méchant Loup.
                   Si vous voulez connaître la suite, passez à [15]
                   Si non, passez également à [15], car l’intrigue est lancée

[15]– Ne pouvant entrer, le Grand Méchant Loup souffla, souffla, tant et si bien que la maison de paille (ou de foin ? il faudrait régler ce point) s’envola. Nouf-Nouf courut alors se réfugier chez son frère Nif-Nif, qui entre-temps avait construit sa propre maison, en bois (mais ne me demandez pas lequel).
                   Si vous désirez savoir ce qui arrive à la maison de bois, passez à                      [16]
                   Si vous ne le désirez pas, vous passez à [21]

[16]– Nif-Nif accueillit son frère imprudent dans sa maison de bois, mais voilà que le Grand Méchant Loup arrive !
                   Si Nif-Nif vous semble inconsistant, passez à [21]
                   S’il vous est sympathique, passez à [18]

[17]– Naf-Naf, bien au chaud dans sa belle et solide maison de briques, observe la déroute de ses frères.
                   Si ce Naf-Naf vous déplaît, passez à [21]
                   S’il vous convient, passez à [18]

[18]– Le Grand Méchant Loup, ne pouvant entrer dans la maison de bois, souffla, souffla, tant et si bien qu’elle s’envola. Nif-Nif et Nouf-Nouf se précipitèrent dans la belle et solide maison de briques de Naf-Naf qui, vantard (« Je vous l’avais bien dit ! »), les accueillit malgré tout.
                   Si vous désirez savoir ce qu’ils firent ensuite, passez à [19]
                   Si vous ne le désirez pas, vous passez à [21]

[19]– Comme prévu par Naf-Naf, le souffle du Grand Méchant Loup ne suffit pas à détruire la maison de briques. Enragé, il courut chez le fermier – sacré fermier ! – chercher une échelle, pour entrer par la cheminée. Naf-Naf, décidément le plus malin des trois frères, alluma alors un feu, tant et si bien que le Grand Méchant Loup, en descendant par la cheminée, tomba droit dedans. Prenant ses jambes à son cou, il s’enfuit et on ne le revit plus jamais.
                   Si vous désirez connaître la suite, passez à [20]
                   Si vous ne le désirez pas, vous passez à [21]

[20]-Il n’y a pas de suite, le conte est terminé.

[21]-Dans ce cas, le conte est également terminé.


UPDATE : Je vous propose une version de cette expérimentation réalisée via l’outil Twine.

>> ENTER HERE <<


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *