La Littérature générée : l’auteur en question

La littérature générée : l’auteur en question

Objet du jour : Mes Contre-haïkus de Jean-Pierre Balpe et, plus généralement, la question de la littérature générée et ses implications.

        On a pu voir dans l’expérimentation d’Un Conte à votre façon que la combinatoire textuelle posait la question de l’auteur. En effet, nous avons vu d’une part que la combinatoire, notamment dans l’emploi qu’en fait Queneau, était liée à la mécanisation du fait littéraire, qui ouvrait la voix au fantasme du robot-poète suggéré par Boris Vian ; d’autre part, dans l’expérimentation de l’œuvre de Queneau dans sa version papier comme numérique, nous avons pu nous apercevoir que la littérature combinatoire avait pour but de laisser une grande place au lecteur. Le titre même de l’œuvre de Queneau le dit bien : il s’agit pour le lecteur de réaliser, par sa lecture, un conte « à sa façon », c’est-à-dire, en quelque sorte, d’en devenir le co-auteur. Nous avons vu ce que ce projet impliquait en termes de liberté d’action pour le lecteur, et la différence entre la version papier et la version numérique était dans cette perspective assez importante. Nous nous intéressons alors de près, dans cet article, à une modalité spécifique de la combinatoire et de la mécanisation de la littérature : la génération textuelle

  1. Les principes de la génération textuelle

        Les remarques et réflexions apportées ici sont issues des propos et articles de Jean-Pierre Balpe, qui est le représentant majeur de la génération textuelle en France. Avant d’aborder son projet général, dans lequel s’inscrivent les Contre-haïkus, de génération textuelle à la croisée des genres littéraires, il nous semble important de préciser les choses concernant la génération textuelle. Nous avons montré, dans un précédent article, que la génération textuelle apparaissait souvent dans les typologies génériques de la littérature numérique. Jean Clément, par exemple, l’institue en modèle de ce qui relève du lisible : l’œuvre produit automatiquement, de façon programmée, un texte que le lecteur lit à l’écran, et avec lequel il n’a pas nécessairement d’interaction. Philippe Bootz, dans Les Basiques : la littérature numérique, définit précisément le générateur de texte comme

« un programme qui crée du texte à partir d’un ensemble de règles qui constituent une grammaire et d’un ensemble d’éléments préconstruits qui forment un dictionnaire ».

Le générateur de texte profite alors du fait que la littérature repose sur des structures récurrentes, qui distinguent par exemple les genres entre eux – le retour à la ligne voire la présence de rimes désignant sans trop de doute le genre poétique, tandis que la présence de chapitres, ainsi qu’une certaine longueur, font signe vers le roman – pour exploiter cette dimension structurelle, identifier des formes qui peuvent alors être systématisées au sein d’une base de données, dans laquelle le programme viendra piocher.

S5 storystructure

Cela permet de faire le lien avec l’exemple d’Un Conte à votre façon : en effet, la génération textuelle repose bien souvent sur un principe combinatoire. Comme nous avons pu le dire, la combinatoire est l’art d’agencer différentes configurations textuelles. Or, Philippe Bootz définit bien le générateur de textes combinatoire comme « un générateur de texte qui combine selon des règles algorithmiques des fragments de texte préconstruits ». En d’autres termes, il ne s’agit plus pour le programme de piocher au hasard dans un dictionnaire et d’agencer les termes selon une grammaire plus ou moins complexe, mais d’aller chercher au hasard dans un ensemble des fragments textuels qui font sens afin de les agencer entre eux, de sorte à produire un sens dépendant des algorithmes. Le nombre de combinaisons possibles est alors fini, puisque la base de données l’est aussi et que tout ne peut pas être combiné avec tout. Composition n°1 de Marc Saporta est, par exemple, un roman combinatoire. Le groupe de l’ALAMO, à la fondation duquel a participé Jean-Pierre Balpe, axe ses recherches sur ce type de création littéraire mécanisée. C’est par ailleurs un travail qui est à la croisée de la littérature et de la linguistique, puisqu’il faut composer des bases de données et des algorithmes grammaticalement et syntaxiquement les plus justes possibles, afin de maximiser la lisibilité et la cohérence du résultat final. Le point d’aboutissement de tout cela est la génération textuelle automatique de Jean-Pierre Balpe, par laquelle le programme est capable de créer des œuvres complètes et cohérentes, en simulant différents styles littéraires. Se pose alors la question de l’auctorialité de ces textes.

Pour aller plus loin : « Règles, contraintes, programmes », Jean-Pierre Balpe / « Modèles en génération automatique de texte », Jean-Pierre Balpe / « Production du sens et informatique », Jean-Pierre Balpe.

  1. La question de l’auteur

        En effet, si un générateur automatique de texte est capable d’imiter les auteurs voire de développer un style propre, s’il est capable de produire de façon quasi infinie des œuvres cohérentes, lisibles et faisant sens, ne constitue-t-il pas une menace pour l’auteur ? Plus encore, qui est alors l’auteur des œuvres lues ? Est-ce la machine ? Nous sommes de plain pied dans l’ère de l’auteur ingénieur : son rôle ne consiste alors plus qu’à – mais c’est une tâche dont peu sont capables, comme le signale Philippe Bootz – concevoir une base de données et des règles algorithmiques au sein du programme de génération automatique. Dans cette dernière phase, le lecteur même n’a plus de rôle à jouer : il n’a même plus forcément à enclencher le programme, et pourrait très bien se retrouver dans la situation de lire une œuvre, y compris imprimée, issue d’un programme génératif, sans s’en rendre compte.

        Comme le rappelle alors Jean-Pierre Balpe, le problème que cela pose tient au fait que nous lions auteur et être vivant : pour cette raison, nous ne pouvons accepter le fait qu’une machine soit l’auteur d’un texte. C’est tout le débat qui se déploie autour du test de Turing, permettant de savoir si l’interlocuteur est un robot ou un être humain.

S5 captcha

C’est par exemple le rôle des captcha sur internet, censés vérifier que vous n’êtes pas une machine en vous faisant accomplir une tâche qu’une machine ne pourrait pas réaliser – en l’occurrence, une lecture d’image. Dans cette perspective, un site internet vous permet de tester votre aptitude à déceler les textes produits par des machines : vous effectuez vous-mêmes en direct le test de Turing, et les résultats sont surprenants.

S5 botornot1

S5 botornot2

Le test en classe est signifiant : sur 29 étudiants présents, 17 au moins ont considéré que le texte était écrit par un robot, ce qui est le cas. Une majorité de la classe a donc été clairvoyante, sans que cette majorité ne soit écrasante. Cela met en avant le fait qu’il n’y a pas réellement de critère permettant de discriminer un texte écrit par un humain, notamment un texte d’avant-garde jouant avec les codes du langage, et un texte écrit par une machine.

        Si nous partons donc du principe que, dans le cas du générateur automatique de textes, le texte est le produit de la machine, et que l’auteur n’est plus que l’auteur du programme, alors nous pouvons considérer, avec Jean-Pierre Balpe, qu’il serait préférable de le nommer « méta-auteur[1] » : c’est toujours lui, en dernière instance, qui est « maître du texte » puisque, s’il ne le produit plus directement, il produit ses conditions de possibilité. Mais sa maîtrise est limitée : en effet, s’il maîtrisait entièrement les possibles du programme, il pourrait anticiper tous les textes générés, et le programme ne serait alors plus qu’un médium ; or, comme le précise Jean-Pierre Balpe à propos de son travail, ce n’est pas le cas. L’auteur ne maîtrise alors pas tous les éléments de la production du texte, si bien que son autorité, mais aussi sa responsabilité sur le résultat, sont amoindries. Alors,

« en position d’auteur, il est à la fois en position de lecteur dans la mesure où il ne découvre ses textes qu’au moment d’une écriture qui ne lui appartient plus »[2].

Dès lors, et c’est un élément important,

« le Méta-auteur est celui qui tout en acceptant la responsabilité des textes produits ne peut s’y sentir totalement impliqué »[3].

C’est aussi une façon de libérer le lecteur de l’emprise de l’auteur : ce dernier n’a pas à chercher l’auteur derrière le texte, à comprendre le texte par rapport à la vie supposée de cet auteur. Autrement dit, c’est dans la génération automatique de texte que la prophétie de la « mort de l’auteur » énoncée par Barthes se réalise le plus directement, dans ses implications majeures. Comme le dit Jean-Pierre Balpe,

« le Méta-auteur écrit les dispositifs. Et cela, comme vous vous en doutez certainement, change complètement la conception de la littérature[4] ».

Pour aller plus loin : le projet Poetry for robots visant à permettre aux robots de parler un langage plus humain, c’est-à-dire métaphorique / voir aussi « Poetry by robots for robots », Corey Pressman.

  1. Mes Contre-haïkus de Jean-Pierre Balpe

        L’exemple de générateur textuel automatique sur lequel nous nous penchons est celui des Contre-haïkus et des Haïkus de Germaine Proust, de Jean-Pierre Balpe. Ce dernier, né en 1942 et officier des Arts et Lettres, est écrivain de littérature numérique et de poésie, et chercheur. Il est fortement impliqué dans l’émergence et la diffusion de la littérature numérique en France : il fait notamment partie des organisateurs de l’exposition Les Immatériaux évoquée précédemment, et qui donne le coup d’envoi de la littérature numérique en Europe. Sa production littéraire numérique est très vaste, en expansion constante encore aujourd’hui. Elle se concentre notamment autour d’un projet global, La Disparition du général Proust, qui rassemble toute une myriade de sites internet proposant des hypertextes de fiction, des œuvres générées, romanesques, théâtrâles et poétique, dont Les Contre-haïkus font partie. Dans Mes Contre-haïkus, le genre travaillé est la poésie. La génération textuelle n’a pas les mêmes implications que dans le cadre de la narration, que Jean-Pierre Balpe envisage dans d’autres réalisations, comme Roman-Roman. Il s’exprime ailleurs sur la question de la génération automatique de texte narratifs : « Principles and Processes of Generative Literature : Question to Literature »  / « Fiction et écriture générative ».

        Concernant les Contre-haïkus, Jean-Pierre Balpe propose deux modalités textuelles : la première consiste en un générateur de haïkus en ligne, dans laquelle le lecteur a un rôle à jouer puisque c’est lui qui, en cliquant sur « générer un autre haïku »,

S5 haikus1

enclenche le mouvement du générateur ; la seconde propose la publication, de façon régulière, d’un haïku généré, inscrit sur une image (aléatoire ?), sur un site internet. Les deux modalités proviennent d’un projet monté pour l’exposition Les Immatériaux, avec Jacques Roubaud[5]. Dans le second processus, le lecteur n’a aucun rôle à jouer, il doit simplement lire ce résultat : l’œuvre est alors fixe, figée. Il ne s’agit donc plus, dans cette deuxième version, d’une œuvre de génération textuelle dans le sens où le lecteur aurait une action à accomplir pour faire advenir l’œuvre, mais bien une œuvre qui se présente comme, de façon traditionnelle, le résultat d’un travail en amont qui n’a pas à se dévoiler. Si dans les deux cas, le générateur de texte créé par Jean-Pierre Balpe est l’auteur du texte produit, dans le second l’accent n’est plus mis sur ce processus de création mais concentre l’attention sur le texte lui-même. Un lecteur non-averti pourra alors penser que les différents haïkus à lire sur ce site sont le fait d’un être humain : en effet, rien n’indique qu’ils ont été générés automatiquement. C’est alors en quelque sorte l’aboutissement du projet de Jean-Pierre Balpe, qui considère que le générateur automatique de textes est un « automate capable de produire en quantité […] illimitée des objets acceptables »[6] : cette acceptabilité est la clef de lecture.

        Le générateur en ligne repose sur l’interaction avec le lecteur :

S5 haikus1

la dimension interactive est posée comme préalable à la lecture, dans une dimension ludique clairement exposée. Il est aussi intéressant de s’interroger sur l’identité de ce « je », qui semble être une façon d’incarner le mécanisme, de faire de l’automate générateur de textes le sujet créateur : c’est un procédé de personnification.

        Rappelons brièvement le principe du haïku : il s’agit de poèmes très brefs japonais qui ont été importés en Europe au début du XXe siècle et adaptés à notre système linguistique. En français, ce sont donc la plupart du temps des tercets en 5/7/5, qui visent à traduire une sensation qui traverse le locuteur (l’auteur est donc détaché de sa production), à saisir un instantané. Le but est d’inciter à la réflexion : le haïku est un genre qui relève de l’évocation bien plus que de la description. On voit alors qu’il n’est pas anodin de faire créer des haïkus par une machine : où est la perception ? Le haïku traduit une expérience du monde, il semble en ce sens indissociable d’une sensibilité humaine : l’expérimentation de Jean-Pierre Balpe est en ce sens un renversement complet des enjeux du haïku, qui pourtant prend appui sur la distanciation et l’indécision du sens propre au genre. Par ailleurs, une autre règle fondamentale du haïku est qu’il doit contenir une référence à un élément renvoyant aux saisons ou à des éléments naturels propres à évoquer les saisons et le temps qui passe.

S5 haikus2

S5 haikus3

S5 haikus4

S5 haikus5

Les exemples précédents montrent que la règle métrique n’est pas respectée de façon régulière, ce qui indique donc que ce n’est pas une contrainte du générateur. Les éléments naturels de la même façon ne sont pas nécessairement présents. Par contre, le générateur est capable de créer des haïkus réguliers :

S5 haikus8régulier

Et il est surtout capable de créer le flou et l’indécision propres au genre, à même d’ouvrir une réflexion chez le lecteur.
S5 haikus6

On peut alors considérer que l’expérience du lecteur n’est pas amoindrie par le remplacement de l’auteur par l’automate : plus encore, on peut considérer que l’ingéniosité de la machine repose sur la mise en contact de termes parfois éloignés, propre à créer des réactions fortes :

S5 haikus10surprise

S5 haikus11surprise

        Dans la deuxième exploitation de ces haïkus, on peut considérer que la machine n’est plus qu’un outil : elle n’est plus l’auteur de l’œuvre, mais simplement l’auteur du texte. En effet, l’œuvre est la conjointure du texte généré et de l’image (dans le projet, il n’est pas dit si l’image est choisie par Jean-Pierre Balpe en consonance avec le texte, ou bien s’il a créé un autre générateur capable d’associer image et texte) : en d’autres termes, nous sommes face à un autre type d’œuvre ici, qui se donne à lire mais aussi à voir, à contempler.

S5 haikuimage1

S5 haikuimage3

Ici, ce qui compte n’est alors plus tant le dispositif de génération textuelle que l’expérience esthétique dans la réception de l’œuvre. Philippe Bootz note d’ailleurs que Jean-Pierre Balpe publie souvent ses textes générés, notamment en version papier : si pour Philippe Bootz cela représente un leurre, puisqu’on sort de l’enjeu de la génération automatique de textes, qui est non pas « la génération d’un texte de surface mais la constitution d’un modèle du texte »[7], pour Jean-Pierre Balpe c’est une façon d’aller jusqu’au bout de son projet, c’est-à-dire de publier une œuvre dont la production est entièrement assistée par ordinateur. Comme il le confie dans un entretien,

« ce qui [l]’intéresse c’est d’être un écrivain dans un monde informatique[8] ».

Pour aller plus loin : entretien de Jean-Pierre Balpe avec Alain Nicolas pour l’Humanité, 20/03/98.

Nous signalons aussi deux articles (proposés en commentaire par P. Braun que nous remercions) qui mettent en rapport, d’une part, l’écriture à son tracé, et qui réfléchissent d’autre part au rôle du « code (une autre forme d’écriture) qui décompose la cursivité du signe à partir d’éléments et de relations plastiques élémentaires » : « Dessiner encore », et « Sinusoïdes et modules 1982-1986 ». Bonne lecture !

  1. Exercice : génération manuelle d’un poème baudelairien

Il s’agit de générer des poèmes à partir de la matrice de « L’Albatros » (ses deux premiers quatrains), avec une base de données terminologique constituée à partir des poèmes suivant dans Les Fleurs du mal (édition 1868).

Consigne :

  • recomposez aléatoirement les deux premiers quatrains à partir de la base de données fournie
  • constituez une base de données pour les deux quatrains suivants (elle doit comporter au moins trois possibilités pour chaque unité identifiée) à partir de deux poèmes des Fleurs du Mal, « Le Guignon » et « La Vie antérieure ».

S5 activité 2

Cette expérience met en avant les contraintes qui ont présidé à la création de ce générateur manuel de texte :

  • Respect de la matrice grammaticale de « L’Albatros »
  • Constitution de la base de données à partir des poèmes suivants dans Les Fleurs du mal
  • Pas de contrainte métrique (non respect de l’alexandrin)
  • Pas de contrainte rimique (non respect de la rime)

Par ailleurs, la génération met au jour une erreur dans la conception de la base de données des deux derniers vers : en effet, dans le sonnet original on trouve une périphrase verbale avec le semi-auxiliaire factitif « laissent (« laissent piteusement leur grandes ailes blanches / Comme des avirons traîner à côté d’eux »), qui n’est pas conservée dans la base de données (le verbe à l’infinitif étant remplacé par un participe présent accompagnant la comparaison introduite par « comme »). Cette modification pose problème car le sonnet original est inclus dans la base de données : il aurait dès lors soit fallu conserver la périphrase verbale (mais la difficulté aurait été d’en trouver des exemples dans les sonnets suivants, puisque c’est une contrainte de conception de la base de données), soit modifier le texte original pour faire de l’infinitif un participe présent, soit ne pas inclure le sonnet original dans la base de données.

Pour aller plus loin : « De quelques fantasmes de la littérature combinatoire », Jean Clément.


[1] Balpe, J.-P., « Méta-auteur », article paru dans la revue ALIRE de septembre 1994, accessible en ligne : http://articlesdejpbalpe.blogspot.fr/2013/06/meta-auteur.html [consulté le 09/02/16].

[2] Idem.

[3] Idem.

[4] Idem.

[5] Voir « Entretien avec Jean-Pierre Balpe », sur l’ElectronicLiteratureReview, 27/03/15, en ligne : https://electronicliteraturereview.wordpress.com/2015/03/27/elr-entretien-avec-jean-pierre-balpe/ [consulté le 10/02/16].

[6] Balpe, J.-P., « Trois mythologies et un poète aveugle », novembre 1997, en ligne : http://hypermedia.univ-paris8.fr/Jean-Pierre/articles/Creation.html.

[7] Bootz, P., Les Basiques : la littérature numérique, en ligne : http://www.olats.org/livresetudes/basiques/litteraturenumerique/11_basiquesLN.php [consulté le 10/02/16].

[8] Balpe, J.-P., « Entretien avec Jean-Pierre Balpe », sur l’ElectronicLiteratureReview, 27/03/15, en ligne : https://electronicliteraturereview.wordpress.com/2015/03/27/elr-entretien-avec-jean-pierre-balpe/ [consulté le 10/02/16].


3 réflexions au sujet de « La Littérature générée : l’auteur en question »

  1. Il y a eu un robot au Japon qui a concouru pour un prix littéraire… reste à savoir s’il va l’emporter sur ses rivaux de chair et de sang !

    1. Merci pour votre commentaire et pour les liens : je les rajoute en référence à l’article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *