Du Papyrus à l’hypertexte : essai sur les mutations du texte et de la lecture

        Ne vous est-il jamais arrivé de procéder à une recherche spécifique sur le net comme : “Évolution du peuple amérindien du XVIème siècle à nos jours” et d’arriver, au bout de quelques minutes, sur une page Wikipédia intitulée “Pertes humaines lors des guerres napoléoniennes”, n’ayant rien à voir avec le contenu initial de la recherche ? Ainsi, vous tentez de revenir sur les pas de votre recherche et de comprendre comment vous en êtes arrivés là.

        De la manière la plus commune et la plus naturelle, nous effectuons ce type de recherche en nous laissant guider par le flux d’informations ou d’images qui attirent notre œil. Ainsi, de lien en lien, de page en page, nous glissons d’une information à une autre en cliquant sur ces petits mots bleus qui ne cessent d’éveiller notre curiosité. Cependant, il n’en a pas toujours été ainsi comme vous pouvez vous en douter. En effet, si on remonte ne serait-ce qu’à un siècle, ces outils informatiques étaient loin d’être la source première d’information offrant un texte par l’action d’un simple clic du fait qu’ils n’existaient pas. Faire une recherche n’allait pas de soi et demandait très certainement un temps considérable.

couverture du livre

        Ce qui aujourd’hui, est devenu un geste habituel voire banal n’était certainement pas une évidence à l’époque des premiers écrits. Christian Vandendorpe, dans son ouvrage Du Papyrus à l’hypertexte : essai sur les mutations du texte et de la lecture qu’il publie en 1999, tente de remonter aux origines de ce cheminement qui nous a amenés à un outil de recherche et de lecture confortable qu’est l’hypertexte et met aussi en évidence les problématiques de lecture et les enjeux dont elle a fait l’objet à chaque étape de son évolution. En remontant aux origines même du texte, il nous fait voyager à travers son histoire. Il oppose, met en relation et compare toutes ces méthodes de lecture par lesquelles l’homme est passé depuis ses origines et met en évidence les questions qui se sont posées dans les esprits pour faire évoluer cet acte de lecture et le rendre optimal c’est-à-dire en tentant de se débarrasser des contraintes que les textes antérieurs posaient une fois admis. Ainsi, “du papyrus à l’hypertexte”, le texte n’a cessé d’explorer ses formes, ses supports, plus précisément ses médias et continue de le faire dans une dimension qui met le lecteur sur le devant de la scène.

        Il s’agira donc de mettre en lumière les points phares que détaille et définit Christian Vandendorpe dans son ouvrage mais aussi de dégager les interrogations que soulève ou suggère son “exposé”. Pour ce faire, il conviendra donc d’abord d’établir un petit historique du livre pour mettre en exergue les étapes majeures et progressives de la pratique de la lecture et de ses problématiques contextuelles. Dans un souci de compréhension, il sera nécessaire de bien détailler les notions en jeu : la tension existante entre linéarité textuelle et tabularité, le lien entre effets visuels et effets de sens qui se placent toujours dans une problématique de lisibilité et d’accessibilité au texte. Entre le livre papier et l’écran comme support hypertextuel, l’écrivain fait face à de nouvelles conventions d’écriture et adopte un nouveau statut face aux évolutions textuelles. Enfin, se posera la question du rôle de lecteur : son interactivité avec des textes qui tendent plus à suggérer une lecture particulière et singulière plutôt que de s’imposer de façon hermétique et “totalisante”. Ainsi, la lecture se fait selon différentes approches et l’ouvrage de Christian Vandendorpe interroge la part de “contrôle” du lecteur sur le support hypertextuel.

1. L’histoire du livre et de l’écriture

        Mais avant de s’intéresser à la forme du texte qui se présente naturellement à nous aujourd’hui il conviendrait d’abord de rappeler les prémices de ce qu’on pourrait appeler la textualité. Si la lecture semble être un acte évident et tout à fait délibéré aujourd’hui, il faut savoir qu’elle a eu une place singulière surtout lorsqu’on apprend que, par exemple et par contraste à ce que l’on entend par lecture aujourd’hui, pendant l’Antiquité, un esclave spécialisé était chargé de faire la lecture aux gens fortunés et plus communément les aèdes chantaient les histoires.

Les premiers supports d’écriture ou d’information sauraient effectivement nous étonner. L’information est d’abord passée par la voix, puis elle s’est fixée sur des objets qui ont servi de supports comme le parchemin, le papyrus mais aussi l’argile, les rouleaux de cire et, plus récemment, le plastique ou le magnétique. Mais l’écrit, comme moyen de communication, est très tardif. À l’origine de la communication était en effet l’oral pour une transmission directe. L’écrit n’arrive que tardivement et les premières traces d’écriture datent d’environ 6 000 ans. Il s’agissait alors de dessins « stylés », des sortes de pictogrammes. L’écriture s’est progressivement installée à un moment où le langage oral n’était plus suffisant pour dire quelque chose. La pensée qui auparavant se transmettait de façon orale (comme on peut le constater de la part de Socrate ou de Platon qui privilégiaient la parole) n’était jamais vraiment fixée. Le fait d’écrire permet-il de mieux retenir ? Certainement, si on envisage l’écriture comme moyen de représentation de la pensée. La dimension visuelle du langage, dont l’écriture relève, met à contribution de nouvelles facultés chez le destinataire qui pourra désormais mémoriser non plus de manière auditive face au flux de la parole mais de manière visuelle.

        Ainsi, Christian Vandendorpe nous montre qu’avec l’apparition de l’écriture, le texte s’ordonne et se hiérarchise. Le papyrus, sans doute le support d’écriture le plus ancien, se présente sous forme de rouleau qu’on appelle « volumen » de plusieurs mètres de longueur pour un poids considérable. Avec l’apparition plus tardive du parchemin, entre le Ier et le IVème siècle, le texte s’organise sur la « page » de manière plus rationnelle. En effet, c’est là que la notion de page prend tout son sens. Le parchemin se plie plus facilement que le papyrus. Ainsi, le rouleau prend la forme d’un cahier : le codex (Ier siècle avant J-C), forme répandue au IVème siècle et sans doute la plus aboutie qu’adopte le texte car c’est celle que nous avons conservée aujourd’hui. On tend, dès lors, à faciliter la manipulation de l’objet sur lequel l’écriture se fixe. Par ailleurs, ce média permet au lecteur de garder une main libre pour annoter le texte ou le commenter et par conséquent modifier son rapport au texte en faveur d’un travail intellectuel entre le visuel et l’effet de sens provoqué.

        Au fur et à mesure, on quitte la lecture oralisée pour une lecture silencieuse et surtout individuelle. La lecture perd de l’oral la fluidité mais gagne en matière d’ordre, d’organisation et de structure pour plus de cohérence et une meilleure compréhension. C’est ce que Christian Vandendorpe nous explique :

“une penséŽe peut être affinéŽe et travailléŽe inlassablement, connaître des modifications contrôléŽes et des expansions illimi­téŽes, tout en échappant àˆ la répétition qui caractérise la transmission orale” et ainsi, “ce qui était fluide et mouvant [c’est-à-dire la parole] peut devenir précis et organisé [donc l’écrit] comme le cristal, la confusion peut céder la place au système.” (p. 18).

La notion de système prend toute son importance au sens où l’écrit devient un acte intellectuel, logique mettant en ordre les signes sur la page en fonction du sens que l’on veut donner. Il y a donc déjà la volonté de créer un forme adaptée au sens par la création d’un système, ce que la littérature numérique s’efforcera de faire plus tard. La lecture sur papier ne perd cependant pas ses propriétés orales : en effet, on observe toujours une liaison entre le vu et le vocalique. La seule différence majeure entre ces deux types “d’énonciation” est que

“l’oral reste essentiellement prisonnier du fil temporel et installe son auditeur sous la dépendance de celui-ci : par contraste avec la littérature numérique pour exagérer les choses et mieux les comprendre, la littérature numérique quant à elle se défait de ce fil temporel et linéaire” (p. 25).

Le livre, lui, s’étant débarrassé seulement de la contrainte temporel car les mots y sont fixés, rend possible toute relecture. En ce sens on peut dire que le livre est “intemporel” / “atemporel”.

2. Enjeux de l’écriture entre linéarité et hypertexte

        Une fois les paroles fixées sur la page, des contraintes apparaissent comme elles se sont imposées pour le récit oral. En effet, transcrire la pensée équivaut à fixer les mots dans le même ordre que les idées s’imposent dans l’esprit du locuteur. Ainsi, Christian Vandendorpe nous explique que

“la dérive thématique y est presque inévitable, du fait qu’un locuteur est souvent incapable de résis­ter à l’attrait d’un nouveau cours de pensées surgi par association avec ce qu’il était en train de dire” (p. 26)

Le livre papier ne se détache alors pas totalement de l’oralité. C’est ce qui va motiver l’évolution du texte et de sa mise en forme. L’hypertexte se rapproche de cela et s’en détache à la fois au sens où il laisse libre cours à l’association d’idées qui peuvent surgir au fil de la pensée mais le lecteur, en fonction de sa lecture, a le choix de s’associer ou non à l’association d’idées suggérée par l’hypertexte.

bandeau-livre-numérique

        On tend alors vers une littérature qui est consultable où la notion de tabularité s’impose pour faciliter l’acte de lecture pour en optimiser la logique et donc la compréhension. C’est alors qu’apparaissent chapitres, index, gloses, marges etc qui fonctionnent comme des normes de lisibilité et rendent un texte en apparence hermétique plus accessible. Concernant l’hypertexte, il s’agirait d’apporter ce que le langage écrit ne peut pas “faire” au lecteur, c’est-à-dire laisser le choix ou non d’une lecture possible et pas imposée ce que l’écrit linéaire fait par défaut. Cependant, il faut nuancer ce propos au sens où la linéarité peut être suggestive et ce par les effets de sens que ce type d’écriture provoque chez le lecteur, seulement elle laisse moins le choix de la lecture, c’est-à-dire que le contenu d’un chapitre n’a de sens que si le précédent est lu. Peut-on alors parler de lecture imposée ? Dans l’acception que nous venons de proposer oui. Mais, faut-il expressément mettre les différents médias (comme peuvent l’être le roman, le journal ou l’essai théorique) ou les différents types de langage en concurrence ? Probablement pas car

“fondamentalement, tout écrivain vise à créer dans l’esprit du lecteur un réseau — hypertextuel avant la lettre — où se répondent des dizaines, voire des milliers, d’éléments” (p. 46)

Ainsi, chez de nombreux écrivains contemporains, il s’agit “d’obliger le lecteur à effectuer de soudaines réorganisations contextuelles” (p. 46) en proposant plusieurs trames narratives. L’hypertexte fonctionne d’une manière particulière : les paragraphes, ou plus vulgairement les “blocs”, peuvent être lus indépendamment les uns des autres. C’est tout à fait le cas du média “journal” qui, par sa mise en page, propose plusieurs articles que le regard du lecteur va balayer pour s’arrêter sur celui qui l’intéresse. En effet, le lecteur a la possibilité de s’intéresser à l’intégralité du journal ou pas. Il fait ses propres choix et c’est ce qui va définir l’hypertexte.

        De cette manière, on interroge la lecture en tant que pratique. Il est à noter que les choix spécifiques en matière de mise en page dépendent d’époques où le contexte social prend une place importante. En effet, le contexte social justifie les choix de mise en page, du point de vue littéraire, qui sont non seulement des choix littéraires, mais aussi économiques voire politiques ou encore pratiques. Ainsi, on interroge la question de la réception du lecteur. C’est exactement ce à quoi se confronte la réédition d’oeuvres antérieures, en ce qu’elle opère une sorte de réactualisation d’œuvres précédemment éditées pour les remettre dans le contexte actuel de lecture et ainsi favoriser la compréhension. C’est donc faire en sorte que les textes soient présentés de façon moderne par rapport à leur époque de “publication”, de transmission première. Comme l’affirme Christian Vandendorpe, la tabularité dans sa mise en page et “les normes de lisibilité […] visent ˆà rendre les constructions aussi univoques que possible” (p. 31). Christian Vandendorpe définit l’hypertexte par opposition à la linéarité :

« Ce concept [linéarité] s’oppose à celui de tabularité, qui désigne ici la possibilité pour le lecteur d’accéder à des données visuelles dans l’ordre qu’il choisit, en identifiant d’emblée les sections qui l’intéressent, tout comme dans la lecture d’un tableau l’oeil se pose sur n’importe quelle partie, dans un ordre décidé par le sujet. » (p. 39).

« Qui dit linéarité dit respect obligéŽ d’un certain nombre d’éŽtapes par lesquelles il faudra passer. En ce sens, la linéarité peut certainement être perçue comme une intolérable entrave à la liberté souveraine de l’individu. Aussi ne faut-il pas s’étonner qu’elle soit devenue le repoussoir par excellence de la modernité. Rien de plus efficace que de condamner le livre en tant qu’objet linéaire » (p. 40).

L’hypertexte peut alors être présent au sein d’un récit linéaire et là se trouve le paradoxe. Il s’agirait alors d’un coup de maître de la part des écrivains. Comme Christian Vandendorpe le fait, citons les propos de Claude Simon lors d’un entretien où l’on constate que le réseau et le système sont prédominants dans certains récits linéaires :

« On arrive [à créer un système relevant de la tabularité] aux moyens de composition qui sont ceux de la peinture, de la musique, ou de l’architecture : répétition d’un même élément, variantes, associations, oppositions, contrastes, etc. Ou, comme en mathŽmatiques : arrangements, permutations, combinaisons » (p. 46).

Et à l’inverse, l’hypertexte n’est pas forcément non-linéaire : il peut imposer sa propre logique et faire s’enchaîner les pages de façon rigoureuse de telle sorte que le lecteur se retrouve obligé de lire dans un ordre fixe. La caractéristique de la tabularité serait alors de manipuler le texte et de le consulter beaucoup plus aisément :

« Un ouvrage est donc dit tabulaire quand il permet le déploiement dans l’espace et la mise en évidence simultanée de divers éléments susceptibles d’aider le lecteur à en identifier les articulations et à trouver aussi rapidement que possible les informations qui l’intéressent » (p. 63).

Par conséquent, on observe que des normes de lisibilité s’installent et que se met en place un système de réseaux visant à la bonne compréhension de l’oeuvre et à l’interprétation particulière que le lecteur peut faire de sa lecture singulière. On lui accorde de plus en plus de libertés mais toujours dans un souci de réception de l’oeuvre dans sa totalité. C’est à ce niveau que la littérature se confronte à de nouvelles problématiques : entre choix et sélection des informations par le lecteur et compréhension de l’oeuvre dans sa globalité.

3. Entre le livre et l’écran : l’écrivain

        Comme nous l’avons fait remarqué en première partie de notre exposé, Christian Vandendorpe s’est attaché à donner une place élémentaire à tout élément historique relevant du contexte de production littéraire, incluant les différents supports utilisés au cours des siècles. Maintenant, il convient d’aborder la source même de ces créations d’œuvres de littérature en la personne qui est l’écrivain. Si le métier d’écrivain peut parfois être un synonyme d’entière liberté, voire de dimension parallèle dans laquelle l’auteur serait reclu, coupé du monde, il s’avère que la réalité est tout autre. Par quelles contraintes est-il donc soumis ? Quelles évolutions a-t-il dû assimiler ? Et surtout comment, aujourd’hui l’écriture s’actualise-t-elle ?

        Christian V. s’est positionné ainsi du côté du créateur en développant plusieurs aspects de ce travail en constante évolution depuis ses débuts. Avant tout, aux prémices de l’écriture, ce travail était essentiellement destiné à une lecture orale, le support textuel n’existait pas, ainsi les liens entre l’auteur et le lecteur étaient plus proches que jamais, un réel dialogue s’instaurait. Un écrivain se donnait, de prime abord la contrainte de produire un texte lisible à haute voix, s’ajoutait donc certains impératifs de lecture : une clarté indispensable dans ses propos, un plan narratif logique établi au préalable afin de plaire à son auditeur pour ne pas le perdre au cours de la lecture.          

        Seulement, lorsque l’imprimerie arrive, bien qu’étant une réelle révolution dans le monde littéraire pour chaque usager, l’écrivain se voit perdre cette proximité qu’il entretenait avec son auditeur grâce à l’oral, mais aussi il perd le contrôle total qu’il possédait auparavant. En effet une « prise en charge de la normalisation orthographique » (p. 29) est introduite par les imprimeurs, de même pour la ponctuation qui devient réglementée, la pagination, la mise en page également ne sont plus du ressort de l’écrivain lui-même etc…

        Sa liberté est entachée par des normes nécessaires au bon fonctionnement de la production de l’imprimé, au bon fonctionnement de la lecture surtout. C. Vandendorpe note alors que

« l’interactivité [proposée par l’hypertexte] semble ainsi renouer sous certains aspects avec l’oralité » (p. 103).

En effet, l’écrivain n’est plus sous contrainte du format papier puisque sa production n’est pas réalisée en vue d’une version imprimée, il redevient indépendant. Les notions d’ »image », d’ »icône » et même de « séquences animées » deviennent dans le cadre d’une production hypertextuelle très importantes, le créateur dispose alors d’une prolifération permanente de nouveaux outils susceptibles d’appâter le lecteur en son chemin, une interactivité nouvelle naît avec l’hypertexte.

        Sur l’axe littéraire, l’auteur se voit également contraint d’évoluer avec la création de l’imprimerie :

« Aussi longtemps que l’expérience du langage était exclusivement orale, la réalité n’était jamais très loin derrière les mots. Les échanges entre les êtres se faisaient en leur présence physique et la subjectivité du langage coïncidait avec la situation de communication : le “ je ” correspondait à une personne réelle, le “ ici ” et le “ maintenant ” s’accordaient avec le lieu et le moment de l’échange. Avec l’apparition de l’écrit, on s’affranchira de la situation réelle et des données immédiates qui entourent la communication » (p. 17).

On le comprend aisément, un changement radical s’établit donc, le lecteur doit lui-même se figurer le dialogue. Afin de rendre cette situation beaucoup plus confortable, on remarque alors que l’ »on assiste en littérature à une tentative non seulement pour introduire la figure du lecteur dans le récit, mais aussi pour en faire une composante importante du jeu narratif ». L’écrivain réalise une nouvelle performance toujours dirigée vers son lecteur, un réel travail de séduction s’élabore et perdure.

10801684_605446316233615_9057637088470211776_n-770x320

        À l’oral, l’auditeur n’a pas le choix de vivre l’histoire au rythme de l’orateur, pour connaître la fin de l’histoire l’unique solution qui s’offre à lui est d’attendre la fin de la lecture. Lors de la mise au support du texte oral, comment l’écrivain parvient-il à « tenir » son lecteur sans que celui-ci ne soit tenté de ne lire de l’œuvre que les dix premières pages et dix dernières ? C. Vandendorpe développe ce point : « Pour susciter l’intérêt et le suspense, on va raconter le plus souvent selon l’ordre début-fin » (p. 44), c’est-à-dire une linéarité afin que le lecteur puisse « percevoir les enchaînements narratifs », l’écrivain va alors faire intervenir divers procédés qui seront nécessaires à la compréhension du texte, par exemple un récit peut procéder à une analepse qui va devenir réellement un élément inhérent au raisonnement et à l’organisation du récit et qui, si elle est omise par le lecteur devient problématique pour lui dans sa compréhension de l’œuvre et comme le souligne l’auteur belge :

« Le texte produit son sens et ses effets au moyen de l’articulation de masses textuelles de divers niveaux » (p. 93).

        Toujours dans cette même direction orientée vers le narrataire du texte, l’écrivain se doit d’être « devin » à la fois du désir, mais aussi de prévoir la curiosité du lecteur. Afin d’illustrer son propos C. Vandendorpe évoque les « structures dialoguées » c’est-à-dire l’interaction direct entre l’auteur et le lecteur, on pense à Diderot, un des premiers auteurs à développer ce type d’écriture. Un réel lien se créer entre les deux participants, le lecteur n’est pas dans une lecture qui prendrait un caractère figé, il est au contraire actif dans sa lecture. L’interactivité peut également prendre un aspect encore plus réel du dialogue puisqu’il peut être confronté à divers choix afin de poursuivre la lecture (un exemple donné par l’auteur : Un conte à votre façon de Raymond Queneau). Afin de réaliser ce type de production il convient à l’auteur de jouer avec son lecteur, de savoir quelles libertés il lui accorde, l’auteur redevient maître de son œuvre en donnant l’illusion de « choix » à son lecteur (« illusion » puisque ces choix sont de toute manière au préalable établis par l’auteur), l’hypertexte devient alors très intéressant pour l’écrivain qui peut développer sa création sans contraintes avec des possibilités quasi-infinies. C. Vandendorpe souligne cet aspect concernant

« la part de contrôle que l’auteur accepte de donner au lecteur ou qu’il choisit de se réserver. Sur ce plan, l’ordinateur a le pouvoir de bouleverser radicalement la donne établie par des millénaires de culture écrite » (p. 10).

L’hypertexte serait donc un outil remarquable dans le sens où l’écrivain a pu renouer avec ses aspirations anciennes tout en actualisant et innovant le contexte d’écriture.

        A présent il convient au terme de notre synthèse de ne pas oublier un des acteurs essentiels à l’existence même de la littérature : le lecteur. Un des points notables de l’œuvre de Christian Vandendorpe serait qu’il a tenu à rendre compte de différents points de vue, ainsi l’activité du lecteur est soigneusement analysée.

4. Comportements du lecteur face aux diverses évolutions

        Le lecteur contemporain a considérablement modifié son rapport avec la lecture, nous pouvons opposer comme nous le suggère l’auteur, une lecture dite « intensive » dans laquelle le lecteur souhaite assimiler de manière linéaire et chronologique une œuvre en n’omettant aucune articulation, à la différence d’une lecture dite « extensive » où le lecteur procède à une approche plus personnelle de l’œuvre qui s’organise en un plan dit « tabulaire », le lecteur ne ressent plus le besoin d’enregistrer toutes les composantes de l’œuvre. La création de chapitres notamment facilite la lecture, de même que la pagination, le fait de titrer également les parties permet d’octroyer plus de liberté au lecteur. Ce dernier possède des exigences envers l’écrivain :

« Celui-ci tolère mal que l’écrivain abuse de son pouvoir et il n’est pas prêt à lui concéder une quelconque position de supériorité énonciative » (p. 107).

Le rapport hiérarchique entre les deux milieux semble alors notable, et finalement très compréhensible : l’expression « être plongé dans un livre » explique bien la situation dans laquelle se positionne le lecteur, il n’est pas rare, lorsqu’on lit un livre, d’oublier le monde dans lequel nous vivons, d’être tellement absorbé par l’histoire que l’on en oublie l’extérieur sans s’en rendre compte, on entre alors dans un monde inconnu ou notre place est très incertaine. Tel un somnambule nous avançons sur le fil de l’histoire tendu par l’écrivain, mais le futur est un brouillard, un inconnu total. À ce sujet, C. Vandendorpe cite l’écrivain français Pascal Quignard :

« Celui qui lit prend le risque de perdre le peu de contrôle qu’il exerce sur lui-même. Il se laisse assujettir totalement pendant le temps de sa lecture, à la limite de la perte d’identité, dans le risque de disparaître » (p. 85).

Le lecteur est alors dépendant de l’auteur, il est indirectement conscient de cet état, alors le fait de chapitrer les œuvres, de même que la pagination tendent à le rassurer, car des informations « gratuites » s’offrent à lui, lui permettant de mieux appréhender la future lecture. C. Vandendorpe reprend :

« Les unités de grande articulation que sont les paragraphes et les chapitres permettent au lecteur de manipuler plus facilement de grandes masses d’information parce qu’elles se détachent visuellement et acquièrent une existence autonome » (p. 94).

C’est ce caractère de manipulation et d’autonomie qui stabilisent le lecteur.

        Venons-en à la question de l’hypertexte qui se pose dans le cadre de « la liberté du lecteur ». En effet cette liberté s’est de plus en plus développée sur le support papier avec certaines techniques d’écriture qui tendent à le faire de plus en plus participer à la conception de l’histoire, comme c’est le cas pour les livres-jeux (les « livres dont vous êtes le héros ») où de véritables choix s’offrent à lui et déterminent totalement son expérience de lecture. Comment fonctionne cette liberté dans le cadre de l’hypertexte ? C’est un avis mitigé que nous suggère l’auteur. En effet, si pour l’auteur il en résulte d’une évolution inédite lui permettant de retrouver un contrôle quasi-total sur sa création il en va autrement pour le lecteur. S’il qualifie sa navigation de « déambulation parfaitement libre » (p. 123),  dans un premier temps donc ce déplacement qualifié de « libre » peut nous sembler réellement un avantage ; seulement l’adjectif « déambuler » nous prédit un côté plus sombre à la navigation d’hypertexte en hypertexte, et c’est ainsi que se poursuit le discours de C. Vandendorpe :

« Quand il s’agit d’un texte, le fait de cliquer sur un mot correspond toujours à un saut dans l’inconnu, car cela implique de quitter un contexte déjà établi pour un autre. Et le lecteur ne sait jamais dans quelle mesure les données qu’il trouvera s’arrimeront au contexte précédent : peut-être ne s’agira-t-il que d’une association lointaine avec le sujet en question, ou d’une bifurcation dans le développement, qui le forcera à convoquer un contexte nouveau et à laisser en suspens la configuration de lecture déjà amorcée » (p. 209).

Ironiquement la sensation de liberté ne correspond plus à l’idéal attendu par le lecteur car un besoin d’accompagnement se fait ressentir, l’auteur parait absent laissant le lecteur à ses propres choix. Ces choix justement dans le cadre de la littérature hypertextuelle peuvent être angoissant pour le lecteur car il peut se demander : « si j’avais cliqué sur le premier choix, quel destin m’aurait-il été proposé pour mon personnage ? », ce problème n’existe pas en le support du livre puisque même si le lecteur regrette son choix il peut tout à fait revenir en arrière et relire tout son cheminement. C’est là un des points faibles de l’hypertexte selon l’auteur. En revanche C. Vandendorpe reconnaît en l’hypertexte son avantage certain : l’hypertexte peut accueillir tout type de données, sous toutes les formes possibles, il y a une certaine universalité des propositions, avec la possibilité de cumuler les médias : audios, vidéos, représentations visuelles ( photographies, dessins, peintures etc…) ce qui renforce d’un autre côté l’interaction avec le lecteur, une interaction qui est peut-être moins immédiate avec l’auteur mais une interaction “par intermédiaire” qui peut tout aussi bien séduire l’internaute. Tant d’éléments qui forcent l’auteur qui écrit le livre en 1999 à croire que l’évolution de l’hypertexte n’est alors qu’à ses débuts.

Conclusion

        Ce que l’on retiendra de l’étude de Chrisitan Vandendorpe sera principalement son caractère éclectique : en effet, il nous propose un angle de vue panoramique autour de l’histoire du livre depuis sa création jusqu’à la fin du XXème siècle et ce, en faisant interagir les différents acteurs du milieu, à savoir l’auteur, le lecteur mais aussi ceux qui ont participé à l’évolution même du livre : les imprimeurs, les éditeurs créant des normes qui ont facilité considérablement la lecture. Avec cet exposé, l’hypertexte parait un atout nouveau pour la littérature et l’auteur semble en percevoir un avenir certain :

« Tout comme l’ont fait les médias imprimés, il n’y a pas de doute que l’hypertexte stratifié développera lui aussi ses conventions et que celles-ci s’intégreront à la culture des lecteurs. En dépit des difficultés qu’elle présente, c’est certainement dans cette direction que réside l’avenir le plus prometteur de l’hypertexte ? si celui-ci doit dépasser le stade de l’utopie libératrice pour devenir un outil de travail » (p. 120).

Tout comme l’avenir du livre n’est pas compromis à cause de l’hypertexte, ce sont deux supports différents qui nous proposent des horizons différents et indépendants, ils peuvent coopérer, s’inspirer de l’autre support, son exposé présente une positivité certaine quant à l’avenir du livre et de l’hypertexte tout en étant conscient au moment de l’écriture de l’essai d’éventuelles modifications.

Les pages référencées dans ce compte-rendu proviennent de la version PDF de l’oeuvre Du papyrus à l’hypertexte, essai sur les mutations du texte et de la lecture

Compte-rendu établi par Manon Forget et Aline Theberge.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *