La Valeur heuristique de la littérature numérique, Serge Bouchardon

La valeur heuristique de la littérature numérique, S.Bouchardon

bouchardonheuristi

        Serge Bouchardon, dans son ouvrage, aborde la littérature numérique sous une triple réflexion. Il cherche à définir cette notion, à exploiter certaines caractéristiques (la dimension multimédia, la technologie, l’hypertexte, l’interactivité…), et à étudier la littérature numérique comme expérimentation littéraire. Mais c’est surtout la tension entre numérique et création littéraire qui préoccupe notre auteur tout au long de son ouvrage, c’est ce qui fera l’objet de sa problématique. Dans son Introduction, Bouchardon choisit de présenter le terme numérique comme un terme technique qui renvoie au codage binaire mais aussi comme une réalité culturelle en tant qu’objet manipulable et en tant que contenu à valeur juridique, sémantique, économique… Le numérique peut être manipulable par un algorithme d’unités discrètes (manipulation calculatoire) mais aussi par un simple lecteur (manipulation gestuelle).

Suite à cette explication terminologique, Bouchardon choisi d’introduire quelques approches théoriques de la littérature numérique. La théorie de la convergence, qui se fonde sur l’antithèse entre le texte qui relèverait de l’imprimé et l’hypertexte qui relèverait de l’informatique a beaucoup été critiquée. D’autres approches plus récentes sont abordées comme des approches méthodologiques, sémiotiques, stylistiques, esthétiques, qui sont pour la plupart des approches pluridisciplinaires voire interdisciplinaires. Selon Bouchardon, pour aborder la littérature numérique, il faut articuler différentes approches. Il faut regrouper théorie de l’écriture, théorie littéraire et théorie numérique avec une perspective communicationnelle

Image 1

L’objet littérature numérique intéresse beaucoup les SIC (Science de l’Education et de la Communication) puisqu’il allie la littérature et la communication. Dans cet essai, Serge Bouchardon a choisi de dépasser la posture d’observation pour analyser et critiquer. En tant qu’auteur de LN1, Bouchardon avait quelques connaissances au préalable, notamment concernant le geste de création. Selon lui, pour parvenir à la recherche créative il faut s’appuyer sur quatre formes d’expériences et tout l’art consiste à les faire conjuguer.

Image 2

I- L’objet littérature numérique (LN) : les enjeux cruciaux de la LN

Dans sa première partie, Serge Bouchardon aborde la littérature numérique sous différents aspects (dimension historique, constitution, caractéristiques, pratiques auctoriales…). Nous allons reprendre ces éléments point par point.

  • Un objet de recherche

        L’objet LN est un objet difficile à construire car les créations sont récentes, très diversifiées, elles évoluent beaucoup avec le temps, et elles sont peu reconnues. C’est aussi un objet frontière entre littérature du dispositif et littérature de surface, entre LN et littérature numérisé, entre LN et arts numérique. Enfin, c’est un objet laboratoire en pleine expansion, qui du fait de ses dimensions technique et esthétique, est un bon objet de recherche pour les SIC2.

  • Essai de définition de la LN

        L’ELO3 tente de définir la LN en la distinguant de la littérature numérisée. La littérature numérique serait conçue par l’ordinateur mais surtout pour l’ordinateur, elle n’existe pas en version imprimable contrairement à la littérature numérisée. Ensuite, la LN se caractérise par plusieurs tensions : la tension des supports, la tension de l’écriture programmée (entre processus et objet écrit et entre fermeture et ouverture du programme), la tension des médias et enfin, la tension de la dimension esthétique et littéraire (entre matière et sens). Pour définir la LN, il faut prendre en compte le support, le médium, le dispositif, la performance, l’hypertexte, le programme, le langage, le rôle joué par le texte, l’activité de lecture… C’est une littérature en pleine expansion, aux contours flous, qui est difficile à définir. De plus, la question de la littérarité de la LN est au cœur des débats encore aujourd’hui. Peut-on considérer l’œuvre numérique en tant qu’œuvre littéraire ? Ne nous propose-t-elle pas une nouvelle qualité de la littérarité ? Serge Bouchardon propose ainsi de définir la LN  comme un

ensemble de créations qui mettent en tension littérarité et spécificités du support numérique.

  • Terminologie et typologie

        Au départ pour désigner la LN on parlait de « littérature électronique » pour mettre l’accent sur le mode de transfert de l’information. Bootz préfère parler de « littérature informatique », il met ainsi en avant la notion de programme. Si le terme « littérature numérique » semble être le plus employé c’est qu’il insiste sur la propriété structurelle du support technique selon Bootz. D’un point de vue typologique, on peut distinguer les récits hypertextuels des récits cinétiques et des récits collectifs ou participatifs.

  • Filiations et histoire de la LN en France

        La Littérature Numérique selon Serge Bouchardon tire sa filiation de plusieurs écritures : l’écriture combinatoire, l’écriture à contraintes et l’écriture fragmentaire qui est beaucoup utilisée par le Nouveau Roman. Les premières expérimentations de l’écriture combinatoire datent de 1959 avec Théo Lutz et Brion Gysin. Suite à la combinatoire, on voit apparaître la génération automatique des textes puis les récits hypertextuels en 1996. Ensuite le groupe LAIRE donne naissance à la poésie animée. L’histoire de la littérature numérique est récente mais elle a su évoluer très vite. Aujourd’hui deux tendances peuvent être observées : les lectures privées avec les hypermédias en ligne et la littérature programmée et générée devant un public. Les revues de littérature numérique se développent également de plus en plus, on peut citer Art-Access (1985), Alire (1988), TAPIN

  • Caractéristiques de la LN en France

        Selon Bouchardon la littérature numérique tire son influence de la poésie sonore, visuelle, concrète, de l’informatique mais aussi des ateliers d’écriture dans les écoles dans les années 1980. Pour Bootz, une des caractéristique est que « toute œuvre numérique a tendance à être hypertextuelle générative et animée ». C’est une littérature qui est abordé sous deux angles par les théoriciens : soit par la surface (analyse des interactions entre le lecteur et la surface -écran d’ordinateur-) soit par le dispositif (étude du médium). Les théories sur la LN se développent de plus en plus et cela dans le monde entier même si chaque pays a sa proche conception du rôle de la LN.

  • Frontières et champ

        Les frontières de la LN sont floues, et le lectorat peine à exister, pourtant la LN a bien sa propre histoire. C’est une forme expérimentale en pleine expansion qui est disponible dans de plus en plus de formats. Nous pouvons dire que la LN repose sur un canon littéraire puisque actuellement, trois répertoires sont en ligne : le répertoire des arts et littérature hypermédiatique, le répertoire de l’ELO et le répertoire européen ELMCIP. Ils visent à identifier les œuvres numériques en danger, à en assurer la pérennité, leur accès, l’identification des œuvres récentes… Cependant si cette littérature tend à s’étendre, beaucoup de lecteurs restent perplexes devant cette littérature considérée parfois comme « sans écriture ». De plus, si une littérature sans papier peut être une opportunité en terme de diffusion, peu de personnes sont prêtes à investir pour avoir un livre dématérialisé. Le livre numérique pose donc encore à l’heure actuelle des soucis économiques.

  • Communautés de la LN

        Plusieurs communautés sur le web existent, regroupant chercheurs, auteurs, lecteurs, comme la « e-criture » ou les « écrits…vains ». Les membres de ces communautés s’interrogent sur le statut et la pratique de la LN.

Les membres d’écrits…vains cherchent un lectorat par l’intermédiaire d’un processus de sélection de textes alors que les membres de l’e-criture ont pour but de s’insérer dans une communauté de pratiques.

Ces communautés s’interrogent sur trois aspects :

  • Image 3Les enjeux de la LN

        La littérature numérique est un objet frontière entre l’imprimé et le numérique, entre le texte et le multimédia, … mais c’est aussi un objet circonscrivable et un objet laboratoire en cours d’expérimentation. Ses enjeux sont nombreux : communicationnels, littéraire, artistique, pédagogique, épistémologique…

II- Une redéfinition des notions

        Dans cette partie, S. Bouchardon souhaite montrer la valeur heuristique de la littérature numérique d’un point de vue scientifique et épistémologique, et va ainsi s’intéresser à cinq notions : le récit, le texte, la figure, la matérialité et la mémoire.

  • Récit et support numérique

        Parmi les œuvres de LN, certaines ont une dimension narrative (ce qui ne va pas forcément de soi de prime abord). On désigne ces récits littéraires numériques par l’expression « récit littéraire interactif », puisque que le lecteur agit et interagit avec le support. Bouchardon défend l’idée selon laquelle le support conditionne la narrativité, et c’est par l’intermédiaire de la LN qu’il peut affirmer cela. Pourtant, un paradoxe entre récit et interactivité semble se dessiner : la narrativité consiste à prendre le lecteur « par la main » pour lui raconter une histoire, du début à la fin. L’interactivité consiste plutôt à « donner la main » au lecteur pour qu’il puisse intervenir au cours du récit. Les auteurs de récits littéraires interactifs doivent parvenir à allier narrativité et interactivité, ce qui leur confère un rôle de révélateur selon Bouchardon. Ce dernier prend l’exemple du court récit interactif Ne me touchez pas, d’Annie Abrahams, qui joue entre narrativité (la voix de l’auteure qui raconte une histoire) et interactivité (le lecteur qui bouge sa souris et fait évoluer le fond jusqu’à faire taire la voix de l’auteure).
Bouchardon se pose aussi la question du fragment, il s’agit de concilier la possibilité d’un récit variable, procurant le plaisir d’une lecture imprévue et changeante, avec la nécessité d’une cohérence narrative maîtrisée par l’auteur.
Ensuite, Bouchardon s’intéresse à la temporalité dans le récit interactif. Le numérique, par sa disponibilité et son immédiateté, aboutit à un présent permanent, sans écoulement temporel, selon Bouchardon. Ainsi le récit interactif peut créer une expérience temporelle, le support numérique peut jouer le temps.
L’auteur met en relation récit numérique et jeu, les œuvres numériques comportant très souvent une composante ludique4. Bouchardon parle même de syndrome ludique du lecteur qui a tendance à adopter une attitude de joueur face à un dispositif interactif. Il y aurait une dimension de jeu comme compétition. Encore une fois, l’écriture numérique doit concilier cette logique ludique avec la logique narrative. Le récit et le jeu n’ont pas la même temporalité : le récit est une réflexion sur le temps, tandis que le jeu est une fuite hors du temps (le joueur a le sentiment d’éternité).

  • La textualité comme processus techno-polysémique

        Bouchardon s’interroge d’abord sur les notions de document, de contenu et de texte. Il commence par penser le texte comme objet matériel :

Le texte n’est pas que du langage, mais est aussi et avant tout un objet matériel qui s’inscrit dans des pratiques interprétatives.

C’est ainsi que de nombreuses expérimentations ont eu lieu en matière d’architexte5. Certains auteurs utilisent des logiciels commerciaux pour mettre en valeur la fonction architextuelle, comme par exemple Ira Lightman avec I know a powerpoint poem. Le poème, réalisé avec Powerpoint, propose une réflexion entre d’une part les possibles et les contraintes techniques de l’architexte, et d‘autre part la créativité linguistique et poétique.
Etymologiquement, le texte est un tissage et dans le cas du numérique, il est un tissage polysémiotique selon S. Bouchardon. En effet, le texte apparaît comme un patchwork multimédia. D’après les SIC6,

Tout texte est un objet constitué de plus d’un code. Il n’y a pas de texte purement linguistique, et encore moins purement alphabétique. Tous les textes sont polysémiotiques, c’est-à-dire faits de la rencontre de signes différents.

Cela semble d’autant plus vrai pour le numérique. Par ailleurs, le numérique a une dimension plus dynamique, la textualité numérique n’est pas figée, elle est immanente à l’acte de lecture.
Lorsque nous lisons, nous ne faisons pas de lien entre nos gestes effectués et le contenu de la lecture. En revanche, dans le cas des textes numériques, la lecture est fortement construite par le geste.

  • Une rhétorique de la manipulation

        Il y aurait alors une gestualité spécifique au numérique, c’est l’hypothèse qu’avance Bouchardon. Ainsi, il distingue trois types d’interactivité : de navigation, de manipulation et d’introduction de données. Le lecteur doit souvent agir gestuellement dans le numérique et plus que cela, il peut contribuer au récit. L’œuvre numérique de Bouchardon Déprise est un bon exemple : le lecteur expérimente de façon interactive le sentiment de déprise du personnage. Le geste contribue pleinement à la construction du sens.
Suite à une proposition initiale de Philippe Bootz, Bouchardon ainsi que d’autres spécialistes proposent une analyse de la manipulation gestuelle dans une création numérique. Ils distinguent cinq niveaux d’analyse : d’abord le gestème (par exemple appuyer sur une touche du clavier), l’actème (séquence de gestèmes), les unités sémiotiques de manipulation (USM – par exemple les actèmes cliquer, glisser et relâcher peuvent composer l’USM tirer-relâcher), le couplage média (couplage entre l’USM et le média environnant) et enfin le discours interactif (séquence interactive complète de couplages média). Cela peut faire penser aux structures de la langue : phonème, morphème, syntagme, mise en page et enfin le niveau du discours. Le geste peut ainsi contribuer pleinement à la construction du sens. La différence entre l’acte de lecture pour un texte imprimé et pour un texte numérique réside en partie dans le support ; celui du texte numérique réagit et exécute certaines actions, tandis que le support papier est, si l’on peut dire, passif. De plus, avec le programme informatique il y a une certaine opacité : l’utilisateur ne sait pas ce qui va se passer quand il clique, alors qu’il peut anticiper le résultat de son action avec un livre imprimé. C’est cette opacité qui peut entraîner une gestualité spécifique.

  • Une esthétique de la matérialité

        Bouchardon avance ensuite que le numérique serait matériel. Pour cela, il donne deux arguments : il est matériel au niveau de ce qui se passe dans la machine, le calcul étant un processus matériel ; et au niveau de ce qui se passe dans l’interaction avec l’utilisateur (le système agit et est agi). Donc pour lui il ne faut pas oublier qu’il y a toujours une matérialité sous-jacente. La LN permet de jouer sur le rapport entre la matérialité graphique des mots, et leur sens, à la manière d’un calligramme. De plus, elle rappelle l’importance du corps et l’engagement du lecteur.

  • La préservation des oeuvres de LN : un autre modèle de mémoire ?

        Préserver une œuvre numérique repose sur la possibilité de la manipuler. Elle est objet transmissible mais également processus qui ne peut exister que dans une actualisation. Comment préserver les œuvres de LN ? Conserver uniquement le fichier original semble insuffisant, surtout si elle est générative, interactive, ou si ce sont des œuvres contributives (qui évoluent continuellement). D’après Jim Andrews, ce serait aux auteurs eux-mêmes de mettre en œuvre les stratégies de préservation de leurs œuvres. Une autre question sous-tend celle de la préservation : la traduction des œuvres numériques. Certes, il s’agit de traduire les textes au sens linguistique, mais la réception dépend aussi de facteurs culturels, de même pour la manipulation gestuelle. De plus, préservation et traduction sont d’autant plus liées que certains auteurs choisissent le multilinguisme pour optimiser la préservation et la circulation de leurs œuvres. Selon Jeanneret « la conservation n’existera qu’à condition d’être soutenue par l’appropriation ».

  • LN et valeur heuristique

        La valeur heuristique de la LN réside dans le fait qu’elle nous permet de repenser certaines notions (les notions de manipulation, de matérialité, etc.). De plus, elle met en lumière des tensions, par exemple celle entre les impératifs que la programmation impose et les formes culturelles de l’écriture et de la littérature, ou encore la tension entre l’œuvre comme archive stockée et comme réécriture et réinvention.

III- La LN, un révélateur pour l’écriture numérique

  • L’écriture numérique, une écriture spécifique ?

        Bouchardon s’attache d’abord à montrer en quoi l’écriture numérique est spécifique. Elle met en avant une « tension essentielle » entre technique et sémiotique. C’est grâce à cela que l’on peut discerner les propriétés de l’écriture numérique, qui seraient les suivantes : programmée (l’écriture numérique repose sur un programme informatique), multimédia (elle permet d’associer texte linguistique, image, vidéo, son, sur un même support), temporelle (elle propose une gestion du flux de la lecture) et interactive (le contenu numérique est à manipuler). De plus, l’écriture numérique a aussi cette spécificité d’être un « écrit d’écran », elle est le résultat d’une programmation et elle convoque toute la tradition de l’écriture.
Par ailleurs, Bouchardon, en s’appuyant notamment sur Bruno Bachimont, affirme que le numérique entraînerait une transformation de nos modes de pensées (comme la culture de l’écrit a transformé nos capacités cognitives). Ainsi, lire une écriture numérique demanderait des compétences, voire des connaissances méta-scripturales propres au numérique.

  • La LN : un révélateur pour l’écriture numérique ordinaire

        Bouchardon s’interroge sur les rapports entre écriture numérique ordinaire et littéraire. Il avance qu’il s’agirait plutôt d’un continuum, par exemple en cours de français du secondaire on s’appuie sur les productions littéraires pour produire des écrits ordinaires.
La LN joue un rôle de révélateur pour l’écriture numérique, parce que le numérique pose des difficultés pour la création littéraire, notamment à quatre niveaux : d’abord l’intersémiotisation des médias, c’est-à-dire la cohabitation des médias sur un même support, or comment font-ils signe et sens entre eux ? Ensuite la lecture hypermédia (navigation à travers des hyperliens) qui a tendance à rompre la linéarité de la lecture. Puis l’interactivité programmée, l’écriture numérique peut proposer des actions au lecteur, voire lui en imposer implicitement. Enfin, le numérique pose la question de la dialectique auteur/lecteur, l’auteur tend à devenir un ingénieur, un organisateur et le lecteur devient alors un interprète. Par ailleurs, Bouchardon insiste sur le fait que la LN permet aussi d’apporter des possibles au numérique, par exemple l’auteur (comme l’artiste) s’efforce d’inventer des possibles.

  • La LN pour enseigner l’écriture numérique

        Selon Bouchardon, les œuvres de LN sont utiles dans l’enseignement, elles permettent de sensibiliser au rapport à la technologie, d’acquérir une culture numérique, et de sensibiliser à l’enchevêtrement de la technique, la sémiotique, l’esthétique et le social dans l’écriture numérique.

  • Un questionnement sur l’écriture

        Selon Jeanneret, l’écriture ce serait les « moyens que l’homme a trouvés de rendre sa langue visible », et Bouchardon va plus loin en précisant que pour le numérique il faudrait ajouter « visible et manipulable ». La question de l’engagement corporel est cruciale, avec l’écriture cet engagement se fait avant tout via le visuel or avec le numérique, il se fait également via le gestuel et l’auditif. On déconstruit le couplage écriture/langue en étendant la notion d’écriture aux sons et aux images. Mais il y aurait aussi une déconstruction écriture/parole, on pourrait alors prendre en compte la dimension visuelle des productions écrites, ainsi qu’une déconstruction écriture/lecture par le regard, on reconnaît la dimension du geste dans la construction du sens.

Conclusion

        Ce travail élaboré par Serge Bouchardon était avant tout une réflexion sur la démarche du chercheur, et sur les enjeux et la construction d’un objet de recherche. La valeur heuristique de la littérature numérique, c’est celle qui nous permet de faire retour sur certains concepts scientifiques, mais aussi celle qui donne à voir et ouvre des pistes en matière d’écriture numérique. Dans son œuvre, Bouchardon a étudié la LN comme un laboratoire du numérique : c’est une œuvre qui donne du sens. Le jeu sur la matérialité permet de détourner des usages plus ou moins installés chez le lecteur. C’est une « expérience qui nous dépasse », qui laisse place à de nouveaux moyens pour la recherche mais qui laisser aussi émerger de nouveaux problèmes dû à la massification des productions. Ensuite, la littérature numérique selon Bouchardon est un objet de recherche très intéressant pour les SIC puisque la littérature numérique se situe entre le littéraire et le commnicationnel. Faire dialoguer la théorie littéraire et les SIC semble donc inévitable. Enfin, après avoir centré cet essai sur la construction, les concepts et les outils de la littérature numérique, Serge Bouchardon prévoit dans les années à venir d’élargir le champ de recherche à la création numérique et plus largement à l’écriture numérique. Il proposerait dans sa recherche une théorie opérationnelle de l’écriture numérique en s’appuyant sur une démarche recherche et créative.

Nos impressions

S. Hamon : « Selon moi, la lecture de l’essai de Serge Bouchardon est assez complexe, dans le sens où elle nécessite des connaissances préalables (par exemple du vocabulaire). Elle s’adresse à un public érudit dans ce domaine. Lire cet essai sans connaître un minimum la littérature numérique, c’est prendre le risque de ne plus oser s’y aventurer. De plus, l’essai est relativement long et dense, il requiert donc une bonne concentration. Il serait cependant dommage d’abandonner la lecture trop précipitamment car elle se révèle être d’une grande richesse. En effet, l’auteur s’intéresse à de nombreux problèmes épineux de la littérature numérique, et surtout, il donne beaucoup de réponses. Pour ce faire, il utilise beaucoup d’exemples, il s’appuie sur des œuvres numériques, des auteurs, des théoriciens… D’une part cela prouve ses connaissance abondantes mais surtout, son discours devient plus clair. Ainsi, le lecteur bénéficie de nombreuses références et peut élargir sa culture numérique. De même, il peut faire l’expérience de toutes les œuvres citées et de ce fait, mieux cerner les propos de Serge Bouchardon ».

E. Le Guennic : « Au début, j’appréhendais beaucoup la lecture de l’ouvrage de Serge Bouchardon, mais grâce à l’organisation structurée de l’essai et grâce à la clarté du propos, j’ai appris beaucoup de choses. En mettant en évidence les noms de ses parties et de ses sous parties, l’auteur ne perd pas son lecteur et il prend le temps d’expliquer les notions point par point (le texte, l’hypertexte, le dispositif, le geste, le médium, le lecteur…). Mais cet essai est avant tout théorique, et Bouchardon utilise beaucoup de termes techniques : si la plupart du temps j’ai réussi à comprendre leur enjeux et leur utilisation, pour d’autres termes ce n’était pas aussi simple. Par moment j’ai dû me référer à des sites en ligne pour mettre un sens sur ces mots ou même sur certaines œuvres comme …ha perdut la veu de Jérôme Fletcher. Je pense tout comme Soazig qu’avoir des connaissances au préalable sur le sujet peut aider à la compréhension de cet essai.
Ensuite, Bouchardon insiste beaucoup dans son œuvre sur la participation active du lecteur dans une œuvre numérique. J’aurai trouvé intéressant que le lecteur soit investi ici, ça aurait pu rendre la lecture plus ludique et peut-être qu’en participant, le lecteur aurait mieux compris les choses. « La forme numérique doit être pratiquée », dit Serge Bouchardon, pourquoi ne pas appliquer ce principe à son œuvre théorique ? »

Compte-rendu établi par Soazig Hamon et Elsa Le Guennic.

  1. Littérature Numérique []
  2. Science de l’Information et de la Communication []
  3. Electronic Literature Organization []
  4. comme l’explore le volume intitulé E-formes 2. Au risque du jeu, Saemmer et Maza, 2011 []
  5. cf. Emmanuël Souchier et Yves Jeanneret []
  6. Sciences de l’Information et de la Communication []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *