Rhétorique du texte numérique : Figures de la lecture, anticipations de pratiques, Alexandra Saemmer

Rhétorique du texte numérique : Figures de la lecture, anticipations de pratiques, A. Saemmer

couv-rhetorique-texte-num-3

        L’ouvrage d’Alexandra Saemmer a pour objectif d’étudier et de nommer les figures de la lecture du texte numérique, pour créer une rhétorique de ce type de lecture. Il s’ouvre sur une question sensible : le numérique signe-t-il la disparition du texte ? La lecture numérique serait impatiente, superficielle, tandis que la lecture papier serait au contraire concentrée et réflexive. L’ouvrage expose des visions pessimistes comme optimistes des possibles de la littérature numérique. Mais quel que soit le point de vue exprimé, il manque une donnée essentielle à l’analyse : un examen attentif des spécificités du texte numérique. La principale hypothèse de l’ouvrage est que le type de lecture est décidé par le lecteur, selon sa motivation ; puis viennent le texte lui-même, son contenu, ses stratégies et procédés rhétoriques, ainsi que par sa matérialité et sa forme graphique sur la page-écran. L’objectif du présent ouvrage est donc de cerner les pratiques de lecture modélisées par le texte numérique. Des outils d’analyse rhétoriques et sémiotiques permettront de cerner le « potentiel d’action » (Wolfgang Iser) du texte numérique. Cette étude mêle les théories de réception et les sciences de la communication, dans une notion nommée les « rhétoriques de la réception ».

        Le premier chapitre de l’ouvrage se propose d’exposer les fondements théoriques nécessaires à une rhétorique du texte numérique, et se pose la question suivante : qu’est-ce qui, dans le texte numérique, anticipe sur les pratiques de lecture ? Une des particularités du texte numérique est d’emblée explicitée : l’hyperlien, dont le rôle évident est de relier des documents. Il est omniprésent dans le texte numérique, et particulier car le texte relié n’apparaît qu’après une manipulation du lecteur. Cette manipulation s’inscrit de plus dans une temporalité. Il crée également un tissu de potentialités, que l’usager imagine avant de cliquer. Mais, même s’ils relient des documents entre eux, les hyperliens ne révèlent pas tous des vérités. L’auteur distingue l’hyperlien métonymique, qui explicite une partie par un tout, de l’hyperlien métaphorique, qui augmenterait l’incertitude du lecteur sur le monde. Il existe une rhétorique de l’immersion, par l’idée d’accomplir une action en cliquant sur un hyperlien. L’immersion peut également être utilisée dans la publicité, mais ne fonctionne pas dans une recherche d’information neutre et objective de type encyclopédique ou journalistique.

        Après avoir rappelé l’histoire de la rhétorique et ses enjeux contemporains, l’ouvrage traite de la théorie de réception du texte numérique. Il est précisé qu’ici, l’horizon d’attente potentiel du lecteur sera pris en compte pour toute identification d’une figure de rhétorique du texte numérique. La terminologie de Wolfgang Iser est reprise et appliquée au texte numérique : répertoire, stratégie, annonces, reprises (p.40-41). Il est ensuite question de l’ordre des matérialités du texte. De nouvelles théories visent à étudier l’interaction entre le texte et ses matérialités, en prenant en compte la relation avec le lecteur. La notion d’« énonciation éditoriale » est mise en avant (p. 44). Les textes numériques ne sont pas seulement des textes à lire, le corps est autrement sollicité. La lecture numérique a un caractère plurisémiotique et synesthésique. La notion d’ « iconicité » théorise la part sensible du sens dans le texte numérique, qui s’exprime par les manipulations, les mouvements, les enchaînements de gestes. Après une vue d’ensemble des points de vue exprimés sur la question de la manipulabilité de l’hyperlien, on avance cette hypothèse : les unités sémiotiques de la manipulation et de l’articulation de gestes sur une zone interactive résonnent avec des expériences sensibles antérieures. Par exemple, cliquer rappelle appuyer sur un bouton ou un interrupteur. Ce mouvement relève de l’icône car l’action potentielle est la même. Le « signifié iconique » est donc, selon Jean-Pierre Meunier, « une forme avec laquelle le corps percevant entre en résonance mimétique ». Cela contribue à la constitution du potentiel d’action de l’hyperlien. La notion d’ « irradiation iconique » est ensuite forgée (p.49). On compare ensuite, dans le texte animé, les effets visuels et les effets musicaux. Ils ont tous des unités sémiotiques temporelles. On peut illustrer cette notion par l’unité nommée « obsessionnel » : clignotement, changement rapide de taille et de couleur. Elle évoque la notion de danger, d’urgence, dans le but de capter l’attention du lecteur, indépendamment du texte. Elle est beaucoup utilisée dans les publicités. Les irradiations iconiques sont également présentes dans le texte animé. La dernière notion forgée dans ce premier chapitre est celle d’une « forme-modèle » de la page-écran. Par exemple, un hyperlien qui fait tourner la page visuellement est un renvoi au livre-page, à un référent connu. Il anticipe sur la nostalgie hypothétique du lecteur à l’égard de ce type de support.

        En amont de tous ces procédés, le dispositif du support numérique anticipe également sur les pratiques : résolution de l’écran, luminosité, affichage des couleurs. Les programmes informatiques donnent des cadres de conception (logiciel de traitement de texte, plateforme de création de site web). Enfin, la vitesse de calcul de l’ordinateur est également à prendre en compte. Les pratiques de lecture diffèrent donc selon les lecteurs et les objets qu’ils utilisent.

        Après avoir défini les figurations comme des imaginaires de la lecture, le chapitre II se porte sur les différentes figurations de la lecture numérique. Il s’agit d’en étudier les différents aspects pour créer une typologie. L’action d’activer un hyperlien est souvent assimilée au « zapping », par la similarité avec le geste d’appuyer sur le bouton d’une télécommande. L’ouvrage défend, au contraire, un « humanisme numérique » où le lecteur parcourrait rapidement des textes pour trouver plus efficacement une information, contrairement aux idées reçues. De plus, des études récentes montrent une pratique de plus en plus fréquente de la lecture numérique. Y contribue l’évolution des figurations du dispositif et du réseau. Pour circonscrire l’horizon d’attente du lecteur face au texte numérique, l’ouvrage étudie les idées que le public se fait d’Internet. La première est celle d’intelligence collective, de mémoire stockée à l’infini et explorable, sans faille. Internet est également représenté comme un espace à explorer, où tout serait relié. Une autre figuration socialement partagée est celle d’une communauté non hiérarchisée, où chacun pourrait s’exprimer ; Wikipedia est un exemple de cette figuration. Les figurations de l’hyperlien sont ensuite passées en revue. Les prises de position sont très diverses. L’hyperlien peut créer des réseaux associatifs illimités, le lecteur devenant également auteur de ce qu’il lit. Mais on peut également penser que l’hyperlien délimite, par sa fonction première : définir. De plus, il peut être le pivot de l’intelligence collective évoquée plus haut, qu’il soit dialogique en tant que médiateur entre des idées divergentes, ou informationnel, créant un lien stable entre des données factuelles. Les utilisateurs d’Internet favoriseraient, selon des études, son usage informationnel.

        Quant aux figurations médiatiques et génériques, des études confirment que l’attente principale du lecteur numérique est celle d’un medium transparent qui relate des faits, la presse étant, pour beaucoup, un garant de la « liberté d’opinion ». Pour ce qui est de la littérature numérique et de l’hyperfiction, l’ouvrage pose la question suivante : est-on prêt à lire une œuvre littérature sur un support numérique ? Les manipulations du texte supposent une immersion plus profonde. Cette figuration est, toutefois, difficile à cerner. Le modèle littéraire pré-XXème siècle, apportant une conclusion logique et satisfaisante au lecteur, serait un indice de la sclérose de la société. Le Nouveau Roman a tâché de questionner ce modèle, en proposant au lecteur des « fragments » dans lesquels il doit former son propre parcours. On peut rapprocher l’avant-garde du XXème siècle de l’hyperfiction, qui favorise une lecture fragmentaire et elliptique. L’ouvrage se penche ensuite sur les figurations de la bannière publicitaire. Le lecteur y porte peu d’intérêt, car il est sans cesse sollicité. Le facteur économique en ligne n’est pourtant pas négligeable.

        Le chapitre III commence par rappeler que la rhétorique du texte numérique est une science inexacte, mais essentielle pour la recherche, l’écriture et l’édition numériques, ainsi que pour l’enseignement de culture numérique réflexive et critique. Il a pour objectif de circonscrire l’horizon intra-textuel. Alexandra Saemmer propose ensuite une praxis d’analyse en typologisant les procédés rhétoriques du texte numérique des articles de journaux en ligne. Selon elle, les études sur l’hyperlien en journalisme sont passées au second plan des recherches dans le domaine du numérique. Elle propose donc une étude sur un choix de 25 articles qui regroupent en tout 229 hyperliens, afin de classer les procédés rhétoriques propres au texte numérique journalistique.  Dans l’article de journal, les hyperliens sont souvent à but informatif et ils sont à considérer selon une réception propre à l’article de journal. Il ne s’agira pas pour nous de reprendre chaque catégorisation de l’auteur, sachons simplement qu’elle distingue des figures de lecture informationnelle en majeure partie (67% dans tout le corpus), des figures d’une lecture « dialogique » (27%) – mot qu’elle emprunte à Bakhtine -, des figures d’une lecture « déviative” (5%) et des figures d’une lecture immersive (1%). Enfin, elle se propose de faire une analyse précise et exhaustive d’un seul article, celui de Marianne, intitulé Face aux crises migratoires, Bruxelles est dans les choux. Elle circonscrit son étude aux seuls hyperliens du texte géniteur ; ainsi, elle obtient un champ d’étude raisonnable pour fixer les propriétés rhétoriques des hyperliens que l’on pourrait appeler de premier niveau par rapport au texte géniteur. On retrouve deux groupes d’analyse : des figures de la lecture informationnelles et dialogiques.

        Le texte numérique de l’article utilise les hyperliens pour étayer des affirmations en les liant à de plus amples textes définissant ou traitant plus particulièrement tel ou tel point soulevé dans le texte géniteur : c’est l’hyperlien informatif. Les hyperliens dialogiques, quant à eux, supposent un lecteur soucieux de croiser les regards, parfois de manière polémique, ou simplement d’avoir accès à des informations qui démentent l’affirmation ou l’information du texte géniteur. Ces hyperliens dialogiques sont le plus souvent présents à la suite de propos rapportés qui ne sont pas ceux de l’auteur de l’article. De cette manière, les hyperliens de l’article usent premièrement d’une rhétorique argumentative, qui a pour dessein l’information sur des faits empiriques où l’hyperlien a valeur d’argument d’autorité car il peut renvoyer (hyperliens « définissants ») à une définition d’un terme précis ou aux propos d’un expert ; et d’une rhétorique dialogique qui met en avant l’aspect dialectique de tel ou tel problème idéologique, politique ou sociologique. Alexandra Saemmer dit en fin de compte :

On constate que l’article donne à travers les textes reliés accès à une large documentation, invitant le lecteur à rentrer “par clic” dans l’atelier d’écriture du journaliste. (p.181)

Dans une volonté didactique, elle énonce une synthèse méthodologique en huit étapes : la circonscription du texte analysé, puis l’identification des formes-modèles de la page-écran. Ensuite, en deux temps, une nouvelle identification de « répertoires », c’est-à-dire un classement des savoirs et compétences convoquées par les procédés rhétoriques de l’hyperlien, et la reconnaissance des liens de contiguïté entre texte géniteur et texte relié. Ensuite, il s’agit de répertorier les stratégies de chaque hyperlien, puis de mettre au regard des attentes potentielles les stratégies des textes reliés. Enfin, dans un septième et huitième temps, une identification formelle des procédés rhétoriques des hyperliens mis à l’oeuvre par le texte géniteur pour ensuite proposer une synthèse d’analyse détaillée.

        La rhétorique du texte numérique change fondamentalement en fonction de son but. Nous avons pu voir que l’article numérique utilisait des hyperliens essentiellement à but informatif et dialogique. Le texte numérique à but esthétique, ou littérature numérique, utilise tout un panel d’autres procédés rhétoriques permis par l’hyperlien. C’est dans le chapitre « Figures de la lecture et formes-modèles de la page-écran dans le discours narratif » qu’Alexandra Saemmer se propose d’analyser la rhétorique de la littérature numérique à travers une fiction : Zeit für die Bombe. Alexandra Saemmer lie la littérature numérique au Nouveau Roman par le fait que tous deux nient la linéarité temporelle et causale de tradition aristotélicienne. La littérature numérique aurait donc une généalogie : Alain Robbe-Grillet, Claude Simon. Cependant, la fiction numérique tire parti d’un support inédit : la page-écran, où les pages ne se tournent pas de façon linéaire, mais se succèdent selon une lecture nouvelle, que Mathias Franke a pu qualifier de « chaotique ». La littérature numérique suppose une lecture immersive où la place du lecteur devient prépondérante dans le récit car il dépend de ses choix. Le lecteur devient « détective », il a souvent l’impression qu’il porte une responsabilité dans le déroulement de l’histoire. Le lecteur peut aussi perdre prise dans l’interface, les textes peuvent s’enchaîner avec un temps de présence sur la page-écran déterminé, c’est une forme-modèle “pro-depréhensive”. Dans la fiction numérique, l’enjeu d’une analyse rhétorique n’est plus celui des rapports de contiguïté informationnelle ou dialogique d’un discours argumentatif, mais un rapport entre unité de langage et mouvement d’image, ou irradiation iconique. C’est ce couplage entre le texte et les images mouvantes, entre l’histoire et son déroulement – assumée artificiellement par le lecteur à travers les hyperliens – que se dessine la rhétorique de la littérature numérique.

        Il y a, selon l’auteur, cinq formes-modèles : des formes-modèles “pro-depréhensives” qui préfigurent un lecteur prêt à « perdre prise sur l’interface », des formes-modèles “pro-référentielles” qui supposent un lecteur acceptant de « s’abandonner […] au simulacre de référent proposé », des formes-modèles “non référentielles” qui préfigurent un lecteur considérant les formes et les couleurs comme des entités abstraites, des formes-modèles “pro-intensives” avec une lecture « concentrée et lente » et enfin des formes-modèles “pro-extensives” avec cette fois une lecture rapide et impatiente. L’ouvrage classe les procédés rhétoriques des hyperliens selon l’effet produit dans Zeit für die Bombe. Il y a, premièrement, des hyperliens de la lecture chronologique qui jouent sur les effets de progression narrative de l’histoire. Beaucoup de ces hyperliens ont des fonctions que la narratologie genettienne a analysé, à savoir les prolepses et les analepses du roman papier, mais aussi des questions de focalisation, que notre ouvrage appelle hyperliens « déplaçant le focus ». Les hyperliens “topologiques” « délocalis[ent] » la focalisation narrative de lieu. Quant aux figures de la lecture immersive (que la littérature numérique utilise beaucoup), elles jouent sur la participation dynamique du lecteur : par exemple Taxi, taxi où le lecteur, en cliquant dessus, précipite l’arrivée du taxi, c’est le “kiné-gramme”. Une autre figure est celle du “ciné-gramme”, où une unité visuelle et un mot ayant par analogie le même sens sémiotique sont couplés. C’est l’exemple du mot “bombe” dans la fiction : ce mot clignote pour marquer de manière iconique le caractère urgent et dangereux de la bombe. Le texte numérique de fiction utilise également des liens cachés, nommés “kiné-trope” (que l’on peut difficilement concevoir dans un énoncé numérique à but informatif). Il y a donc des procédés rhétoriques possibles et envisageables selon les types de textes qui les convoquent.

        La littérature numérique appelle une lecture intensive, un rythme haletant de lecture : une forme-modèle pro-depréhensive. Le réseau d’hyperliens joue comme la conscience labile de l’héroïne principale, c’est pourquoi on a pu parler de « décohérence de mémoire ». La lecture d’un tel type de fiction peut désemparer un lecteur inhabitué aux récits qui ne sont pas construits selon une suite à la fois logico-temporelle mais également formelle, puisque la succession des pages-écran ne se fait pas selon un ordre préétabli comme dans un livre papier. Le lecteur peut avoir alors la sensation de quitter l’immersion fictive pour entrevoir la charpente du dispositif de la fiction, avoir une conscience métatextuelle du support du texte numérique et du discours narratif. Par exemple, un hyperlien où le lecteur trouve une page affichant “Erreur 404”, faisant référence dénotativement au support numérique de l’oeuvre. Il y a également ce que l’on pourrait appeler, en utilisant la terminologie genettienne, des métalepses comme lorsque le lecteur est invité, en transgressant fictivement les niveaux de la réalité et de la fiction, à faire la plonge dans le bar. La littérature numérique peut donc, à l’instar des romans de la seconde moitié du XXème siècle, être des « medium-aware » (Marie-Laure Ryan).

        L’ouvrage propose ensuite d’étudier les figures de la lecture dans le discours persuasif. À la différence des types de lecture déjà étudiés, celle-ci suppose un lecteur à attention faible et se confronte à une « persuasion sans conscience ». Le discours publicitaire utilisant le numérique se distingue du discours argumentatif et informatif en ceci que,

au moyen d’une argumentation rationnelle, un argumentateur produit un discours argumentatif dans le but de convaincre alors que, au moyen d’une argumentation non rationnelle, un persuadeur produit un discours persuasif dans le but de persuader.

Notre auteur relativise cette citation de Richard Arcond et Nicole Bourbeau, mais cette remarque indique la profonde différence de but de ces deux discours. Alexandra Saemmer circonscrit cinq bannières commerciales. Elle trouve alors différentes formes-modèles du texte animé. Il y a, par exemple, le texte “obsessionnel” qui clignote et/ou avec un bip insistant, le texte à “trajectoire inexorable” et à “but défini” qui a un mouvement continu et indéfini, le texte animé “sur l’erre” qui disparaît progressivement, et enfin le texte “stationnaire” qui a une stabilité générale.

        Suite à cela, fidèle à la méthode énoncée, l’ouvrage repère différents cas de figures de la lecture de ces textes animés et de leurs procédés. Il y a premièrement le “couplage emphatique” qui suppose un lecteur prêt à se laisser convaincre par « la double affirmation, textuelle et sensuelle » provenant d’une irradiation iconique renforçant le potentiel d’action du texte. Il y a aussi dans les figures de la lecture “affirmative” le “couplage additionnel” qui préfigure un lecteur de même type prêt à accepter d’être convaincu par l’addition de plusieurs idées autour d’une idée principale, complexifiant ainsi l’énoncé publicitaire. Il y a d’autre part dans les figures de la lecture immersive le “ciné-gramme” (que l’on peut d’ailleurs trouver dans la littérature numérique) qui crée un “simulacre de référent” où le mot « semble se transformer […] en “chose” lors du processus de lecture ». Et enfin le “ciné-trope ironisant”, considéré comme un procédé des figures de la lecture “déviative”, qui préfigure un lecteur sensible à l’aspect ironique et donc critique de l’énoncé. Le texte numérique à but persuasif n’utilise pas, à proprement parler, d’hyperliens comme dans les deux types de discours précédents, mais il utilise un potentiel d’action liant le sens du texte et son mouvement dans une stratégie persuasive.

        Le texte numérique n’en est encore qu’à ses balbutiements, par rapport au texte papier qui compte plusieurs millénaires. Le medium a une incidence considérable sur les procédés rhétoriques du texte numérique. La première différence amplement commentée dans l’ouvrage est l’hyperlien, qui transforme totalement la lecture linéaire du texte traditionnel en une lecture variant selon les possibilités données et les choix du lecteur. Il y a d’un autre côté l’aspect iconique et son mouvement couplés au potentiel d’action du texte lui-même. Le lecteur agit dynamiquement sur le texte en lui faisant prendre des directions voulues, en interrompant le cours de la lecture en allant voir telle ou telle définition, tel ou tel point de vue, telle ou telle direction de récit… Le texte numérique étant un medium récent, la recherche s’y attelant est précieuse et nécessaire et à cet égard, Alexandra Saemmer veut pousser à la formation de la culture numérique en analysant ses procédés rhétoriques aussi bien dans le texte argumentatif et informatif que dans le texte publicitaire persuasif, ou que dans le champ de la littérature numérique. Ce livre a donc une portée pédagogique pour tout un chacun voulant s’instruire sur les potentiels d’action du texte numérique. L’auteur étant elle-même un écrivain de fiction numérique, elle insiste sur l’aspect créatif et innovant de ce support pour la littérature et termine son ouvrage par la rhétorique et le plaisir :

Le texte numérique implique le corps du lecteur, ses sensations et émotions de façon inédite.

Compte-rendu établi par Mathilde Ollivier et Arthur Houplain. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *