Littérature numérique – Points de repère (2)

        La littérature numérique est un champ artistique à comprendre dans la conjonction de la création textuelle et de la technique numérique. Cet article vise donc à établir un coup d’œil diachronique, en montrant donc à la fois l’évolution des techniques dont s’empare la littérature numérique, mais aussi les différentes perspectives qui engagent la littérature vers l’informatisation et la mécanisation textuelles.

Histoire des techniques et des expérimentations

Nous nous appuyons sur l’historique proposé par la BPI pour plus de clarté. Pour une représentation dynamique, consulter le site en ligne.

  1. « Invention » de l’ordinateur et d’Internet

1936, machine de Turing : ce n’est pas une machine effectivement réalisée mais un modèle de calculabilité qui fonde un des premiers algorithmes informatiques. C’est aussi un modèle de machine fondé sur le mécanisme de la machine à écrire, qui figure l’embryon de l’architecture de l’ordinateur.

Pour aller plus loin : une vidéo du CNRS très pédagogique, ainsi qu’une site explicatif comportant un simulateur.

1945, le modèle de l’ordinateur de Von Neumann : c’est encore une fois un modèle qui vise à dresser une architecture permettant de relier de façon productive à la fois les instruction et la mémoire des actions dans un but de calcul. Cette architecture est un peu plus complexe que la machine de Turing.

vonneumannordi

> les premiers programmes informatiques seront créés pour ce modèle d’ordinateur, par Alan Turing et Christopher Strachey.

Pour aller plus loin : un chapitre de la thèse d’Alexandre Brunet

1945, le MEMEX de Vannevar Bush : pour MEMory EXtender. C’est encore une idée, celle d’un système dont le but est de relier différents documents entre eux de façon à reproduire le fonctionnement supposé du cerveau humain et de la mémoire.

Imaginons un appareil de l’avenir à usage individuel, une sorte de classeur et de bibliothèque personnels et mécaniques. […] Un memex, c’est un appareil dans lequel une personne stocke tous ses livres, ses archives et sa correspondance, et qui est mécanisé de façon à permettre la consultation à une vitesse énorme et avec une grande souplesse. Il s’agit d’un supplément agrandi et intime de sa mémoire.

Cet appareil se compose d’un bureau et bien que l’on puisse présumer le faire fonctionner à distance, c’est surtout le meuble où l’on travaille. Sur le dessus, on trouve des écrans translucides inclinés sur lesquels des documents peuvent être projetés pour une lecture confortable. On y trouve un clavier et plusieurs ensembles de boutons et de leviers. […] A une extrémité se trouve le stock de documents. […] Une petite partie de l’intérieur du memex seulement est consacrée au stockage, le reste est utilisé par le mécanisme. Pourtant si l’utilisateur entrait 5 000 pages de documents par jour, il lui faudrait des siècles pour remplir cet entrepôt. Il peut donc utiliser l’espace sans parcimonie et ajouter des documents en toute liberté. La plus grande partie des contenus du memex sont achetés sur microfilm prêt à l’emploi. Livres en tout genre, images, numéros récents de revues, journaux, tout peut être acquis et disposé au bon endroit. […] Et il est prévu de pouvoir ajouter directement de l’information. Dans la partie supérieure du memex, un plateau transparent accueille les notes, les photos et les éléments les plus divers. […]

Tout cela n’est que supposition, excepté en ce qui concerne la projection des mécanismes actuels et de tous les gadgets que nous connaissons déjà. Une étape s’avère indispensable au classement par association, dont le principe reposerait sur un système permettant à tout article d’en sélectionner immédiatement et automatiquement un autre. C’est ce processus reliant deux articles l’un à l’autre qui caractérise le memex.

« As we may think », de Vannevar Bush, traduit par Ch. Monnatte

Pour aller plus loin : l’article de Vannevar Bush

1965, le Xanadu de Ted Nelson : l’ancêtre de l’hypertexte, à partir des propositions esquissées par Vannevar Bush. C’est un projet, qui ne verra jamais le jour en tant que tel mais qui inspirera de nombreux logiciels dont le web.

Pour aller plus loin : http://xanadu.com/

Années 1970-80 : création des micro-ordinateurs familiaux, et diffusion de plus en plus large. Notamment, par IBM ou Apple.

HP9100 1968

Micro-ordinateur personnel HP9100 – 1968

Pour aller plus loin : « Une très brève histoire de l’informatique »

1978, création d’Internet : elle prend appui sur des innovations de différents groupes  à partir des années 1960, notamment l’agence américaine ARPA, qui permet la mise en réseau de quatre universités américaines en 1969 : c’est l’arpanet.

arpanet

> Internet est à comprendre comme la mise en réseau de machines (ie d’ordinateurs) : ce n’est pas un synonyme du Web, qui n’est pas encore inventé à l’époque. Le mot même d’internet provient de l’anglais internetting, qui signifie « interconnecter des réseaux » : internet est le plus grand réseau de réseaux, qui n’existe qu’une fois qu’un langage commun peut être trouvé, c’est-à-dire en particulier des protocoles communs.

> le réseau ARPANET devient civil et public au début des années 1980, et est accessible aux particuliers et aux entreprises en 1989 : c’est véritablement là que se situe la naissance d’internet.

Le World Wide Web naîtra lui en 1989-1990 : inventé par Tim Berners-Lee, c’est « un système d’interface graphique » fonctionnant sur le principe des liens hypertexte permettant d’accéder, à partir d’un même point de départ, à plusieurs pages. On peut aller lire le texte de cadrage proposé par Tim Berners-Lee, qui était, à l’époque, chercheur au CERN de Genève.

webbernerslee

>> Donc internet et le Web sont deux choses différentes, mais qui fonctionnent ensemble, internet étant le réseau qui permet de naviguer sur le Web.

Pour aller plus loin : l’historique de la Documentation française, une présentation un peu ancienne, et un article, « Internet : historique et évolutions », par Jean-Chrysostome Bolot et Walid Dabbous

  1. Expérimentations littéraires pionnières

        Au cours du XXe siècle plusieurs expérimentations dans le domaine de la littérature ouvrent la voie à la littérature numérique : il ne s’agit pas de dire que ces expérimentations annoncent la littérature numérique, mais plutôt de montrer qu’il existe une forme de continuité des pratiques, qui explique en grande partie la raison pour laquelle la littérature va s’emparer des technologies du numérique (l’ordinateur et ses possibilités de calcul, le Web et son fonctionnement en réseau). En d’autres termes, c’est parce que la littérature d’avant-garde a une affinité certaine avec la mécanisation des pratiques et la mise à l’épreuve des frontières du texte que les évolutions numériques paraîtront intéressantes aux yeux de certains auteurs.

Nous nous fondons encore une fois sur le panorama proposé par la BPI, complété d’autres exemples.

1945, le Lettrisme d’Isidore Isou : c’est un mouvement d’avant-garde qui prend acte de la destruction du langage et du vers en poésie, et a pour vocation de refonder un nouveau langage à partir de l’unité de la lettre (d’où le nom de lettrisme). C’est alors une forme littéraire, mais aussi intermédiatique, qui s’appuie sur les unités sonores pour produire du sens au-delà des mots.

Le commencement de tout Savoir résulte de la création, de l’invention et de la découverte, de plus en plus pointues, des explorateurs des terrains inédits auxquels sont arrivés les révélateurs antérieurs, positions avancées, divulgées, expliquées, propagées, ensuite, dans la masse de leurs contemporains.

Isidore Isou, La Créatique ou la Novatique, Léo Scheer, Paris, 2005 [1976-1977].

Il s’agit bien d’une expérimentation littéraire et artistique qui ouvre la voix à l’investissement de nouveaux « terrains ».

Pour aller plus loin : « Introduction au Lettrisme » par un de ses pratiquants, Maurice Lemaître, / http://www.lelettrisme.org/

En 1953, Gérard Dufrêne décide de s’émanciper du Lettrisme pour donner naissance à la poésie sonore : contrairement aux travaux d’Isidore Isou qui, pour Gérard Dufrêne, visent encore la poésie imprimée à mettre en voix, la poésie sonore est inventée et créée directement pour un dispositif sonore, se passant du papier. C’est un peu le même processus qui aura lieu avec la littérature numérique : une émancipation du support papier.

On peut aller écouter des créations de Gérard Dufrêne

Pour aller plus loin

1953, la poésie concrète : elle prend pour point de départ à la fois Mallarmé (« Un coup de dés jamais n’abolira le hasard ») et les Calligrammes d’Apollinaire : il s’agit de faire du poème quelque chose que l’on ne se contente pas de lire mais qui offre aussi matière à contemplation. La littérature se fait image : cela annonce un des genres majeurs de la littérature numérique, la poésie animée, dans lequel le texte est mis en mouvement et devient spectacle. Cette expérimentation est menée en même temps au Brésil (Augusto de Campos) et en Suisse (Eugen Gomringer). C’est véritablement une avant-garde au croisement des différents média, mêlant les possibles de chaque média pour obtenir une œuvre unique. On doit au poète suédois Öyvind Fahlström un manifeste de la poésie concrète : on en trouve un extrait ici.

apollinaire calligramme

Calligrammes, Apollinaire, 1918

Joseph_Felix_Ernst_Idee_des_Döhl

Idée des Döhl, Joseph Felix Ernst, 2011

Si le lettrisme et la poésie sonore étaient du côté du son, la poésie concrète est quant à elle du côté de l’image.

Pour aller plus loin : « Poésie concrète et spatiale », article de Pierre Garnier / Anthologie de poésie concrète

1959, création de l’OuLiPo (Ouvroir de Littérature Potentielle) par Raymond Queneau et François Le Lionnais : le premier est écrivain, le second mathématicien ; ils font de l’expérimentation littéraire en lien avec le calcul mathématique et la mise en place de contraintes de création le mot d’ordre de ce « courant », qui ne prétend pas être une école littéraire mais plus un groupe de travail à vocation d’abord parodique et humoristique (ils sont au départ membres du Collège de Pataphysique).

Quelques exemples d’œuvres oulipiennes à contrainte :

“ Sur le vide papier sont les chants les plus beaux ” Mallurset.

Ce vers a été obtenu en greffant un hémistiche emprunté à un alexandrin de Mallarmé sur un hémistiche emprunté à un alexandrin de Musset, d’où le nom de Mallurset, affecté à son auteur supposé. Le procédé de la greffe permet de composer à foison des alexandrins parfaitement originaux et parfaitement classiques.

> C’est un système permettant d’une certaine façon l’automatisation de la création.

  • Lipogramme : il s’agit d’écrire tout une œuvre sans employer une lettre, prédéfinie.

> L’exemple le plus connu reste sans doute La Disparition, de Georges Perec, entièrement écrit sans l’usage de la lettre /e/, par ailleurs la plus fréquente en français.

  • S+7, inventé par Jean Lescure en 1961 : « la méthode S+7 consiste à remplacer chaque substantif (S) d’un texte préexistant par le septième substantif trouvé après lui dans un dictionnaire (S+7) donné ».

La littérature à contraintes a donné lieu à la création d’œuvres qui font aujourd’hui partie du canon littéraire. On peut mentionner notamment Si par une nuit d’hiver un voyageur d’Italo Calvino, qui a appartenu à l’Oulipo à partir de 1973 et jusqu’au début des années 1980 (il mourra en 1985) : la contrainte, intitulée « hyper-roman », fonctionne comme « une machine à multiplier les récits » (Leçons américaines).  Mais on peut évoquer aussi La Vie mode d’emploi de Georges Perec, dont certaines contraintes d’écriture sont énoncées en fin d’ouvrage, d’autre passées sous silence, ou encore les Cent Mille Milliards de poèmes de Raymond Queneau. Ce dernier précise la chose suivante :

[…] J’ai conçu – et réalisé – ce petit ouvrage qui permet à tout un chacun de composer à volonté cent mille milliards de sonnets, tous réguliers bien entendu. C’est somme toute une sorte de machine à fabriquer des poèmes, mais en nombre limité ; il est vrai que ce nombre, quoique limité, fournit de la lecture pour près de deux cent millions d’années (en lisant vingt-quatre heures sur vingt-quatre).

Il est intéressant de noter que cet exemple, qui entre en écho notamment avec Si par une nuit d’hiver un voyageur de Calvino, met en avant l’idée que le livre devient une « machine à fabriquer des poèmes ». Le livre est une machine car il est devenu comme une sorte de programme manipulable par le lecteur pour faire advenir le texte.

Pour aller plus loin : le site officiel de l’Oulipo  / exposition à la BNF,  / compte-rendu de Poétiques oulipiennes de C. Reggiani / vidéo commentée de l’INA

Toutes ces expérimentations ouvrent dès lors la voie aux innovations de la littérature numérique, et plusieurs membres de l’Oulipo s’y intéresseront d’ailleurs, comme les fondateurs de l’ALAMO (Atelier de Littérature Assistée par la Mathématique et les Ordinateurs), Paul Brafford et Jacques Roubaud, qui fondent ce nouveau courant en 1981, tout en continuant à participer aux travaux de l’Oulipo.

  1. Naissance de la littérature numérique

        Les prémisses de la littérature numérique sont habituellement situées à la même période, c’est-à-dire à la fin des années 1950. Philippe Bootz, dans le panorama qu’il propose pour la BPI, détermine notamment comme point de départ la publication, par Theo Lutz en 1959, d’un programme de générateur combinatoire de textes littéraires, sous le titre de Stochastische texte, que l’on peut désormais retrouver en ligne. Il faut toutefois rappeler que le premier générateur de textes combinatoire par ordinateur est un programme de Christopher Strachey, conçu avec Alan Turing pour le tout premier ordinateur, le Ferranti Mark I, en 1952 : Love Letters.

On peut lire l’article de Theo Lutz, en entier et en allemand.

loveletters1loveletters2

Deux textes générés par le Love Letters de C. Strachey

loveletters3

Christopher Strachey et Alan Turing autour du Ferranti Mark I

ferrantimarkI

Prototype du Ferranti Mark I

Le premier générateur de textes français date de 1964, il est l’œuvre de Jean Baudot et s’intitule La Machine à écrire, reprenant bien les problématiques en cours de questionnement du côté des oulipiens. Mais c’est en 1981 que l’on assiste à la création de l’ALAMO, qui se donne pour objet de concevoir des « littéraciels », c’est-à-dire des programmes à mi-chemin de la littérature et du logiciel, permettant la génération d’œuvres littéraires de façon automatisée : on peut notamment prendre l’exemple du littéraciel CAVF (Conte à votre façon), qui permet au « lecteur-interacteur » de créer un conte à partir d’une base de données en arrière-fond.

C’est toutefois en 1985 que Philippe Bootz fait véritablement commencer la littérature numérique telle qu’on la connait encore plus ou moins aujourd’hui. En effet, c’est à cette date qu’a lieu la première grande exposition sur la question, Les Immatériaux, organisée au Centre Pompidou à Paris, par Jean-François Lyotard.

immatériaux

Pour aller plus loin à propos de l’exposition : « Les Immatériaux de Lyotard (1985) : un programme figural », article de Jean-Louis Déotte.

C’est alors à partir de cette époque que trois grandes tendances génériques propres à la littérature numérique vont commencer à se côtoyer : la génération textuelle (qui regroupe les tendances évoquées précédemment), l’animation textuelle (qui prolonge de façon numérique, en les réunissant, les expérimentations de la poésie sonore et de la poésie concrète), et l’hypertexte de fiction (qui va se déployer selon les principes du Xanadu de Ted Nelson et prendre appui sur le réseau internet puis sur le Web de Tim Berners-Lee, même si initialement il était créé par des logiciels comme Storyspace).

        En conclusion, l’idée sur laquelle je souhaite insister porte sur le fait que la littérature numérique n’est pas apparue de nulle part : on a souvent le réflexe d’aller relire des œuvres de littérature papier comme Cent mille milliards de poèmes, ou même Le Château des destins croisés d’Italo Calvino comme des œuvres annonçant la littérature numérique, voire comme des « hypertextes avant l’heure », des « proto-hypertextes » pour Calvino, ou pour Marelle de Cortázar… Des œuvres qui auraient alors un défaut : avoir été écrites trop tôt, avoir anticipé le numérique et ses expérimentations, comme si ces dernières étaient apparues avec lui. Le regard souffre alors d’une sorte d’anachronisme, on se situe en plein dans ce que Pierre Bayard appelle le plagiat par anticipation : on lit ce qui s’est écrit avant à l’aune de ce qui s’est fait après. Le regard doit être inverse : il ne s’agit pas de dire que certaines œuvres annoncent la littérature numérique, mais bien plutôt que la littérature numérique peut émerger et exister parce que ces expérimentations littéraires ont eu lieu, parce qu’elles ont enclenché la réflexion du côté du devenir son ou image du texte, du mot, de la lettre, parce qu’elles ont eu des affinités avec la mécanisation de la littérature par n’importe quel moyen (le numérique n’est alors qu’un dispositif comme un autre, au même titre que le livre papier, pour permettre la combinatoire). Par contre, il ne faudrait pas croire non plus que la littérature numérique n’offre rien de neuf : ce n’est pas un gadget, mais bien un espace ouvert de mise à l’épreuve du texte, ancré dans une continuité des pratiques mais permettant un déplacement fructueux. Philippe Bootz considère d’ailleurs que c’est proprement ce déplacement qui constitue l’activité créatrice portée par la littérature numérique.

Pour aller plus loin sur ces questions : « Les derniers romans d’Italo Calvino comme hypertextes », par Mikhail Vizel et traduit par Nadejda Ivanova / « Petit recadrage terminologique et historique : le proto-hypertexte et l’hypertexte », par Anaïs Guilet.


Plusieurs sources d’information peuvent être consultées avec profit pour approfondir le propos :

L’Histoire de la littérature numérique, sur le site de BPI

« En quoi les avants-gardes poétiques du XXe siècle anticipent-elles la littérature numérique ? », sur Les Basiques : La Littérature numérique, Ph. Bootz

Mini-lexique de la littérature numérique, sur le site de BPI

Histoire de la poésie numérique, note de Cécile Debray

– Parcours thématique de l’exposition Les Littératures numériques d’hier à demain, 2013


Une réflexion au sujet de « Littérature numérique – Points de repère (2) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *