Writing Machines, N. Katherine Hayles

Writing Machines, N. Katherine Hayles

writing machines

        N. Katherine Hayles, diplômée en littérature anglaise mais aussi en science, est professeur de littérature anglaise, de design et des arts des média à l’Université de Californie à Los Angeles.

        Writing Machines a été publié en 2002 par The MIT Press dans la série Mediaworks Pamphlet. C’est une série qui, pour chaque ouvrage, regroupe un auteur et un designer graphique, afin de produire un opuscule dans le thème de l’art, du design, de la technologie ou des économies de marché. Writing Machines a été mis en forme par la designeuse Anne Burdick. La particularité de ce travail est qu’il doit respecter une contrainte au niveau du nombre de pages ainsi qu’intégrer, aux éléments théoriques, des éléments autobiographiques sur la vie de l’auteur.

        Hayles, dans son ouvrage, souhaite montrer qu’il n’est pas possible d’étudier une œuvre sans s’intéresser à sa matérialité car l’étude serait alors incomplète. Elle définit la matérialité comme les attributs physiques qui constituent n’importe quels artefacts et qui sont potentiellement infinis. Elle encourage l’utilisation de l’étude spécifique des média (the media-specific analysis) qui permettrait d’étudier, dans n’importe quelle œuvre, littéraire ou non, les interactions entre la forme, le contenu et le medium.

        Dans cet opuscule, Hayles fait l’étude de trois œuvres, ce qui lui permet d’illustrer ce qu’est l’analyse spécifique des média. Le premier est un livre électronique de Talan Memmott, Lexia to Perplexia (2000). Il s’agit d’un hypertexte de seconde génération où contrairement à ceux de la première génération, l’utilisateur ne choisit pas tout le temps les actions à effectuer. Certaines animations se déclenchent sans son intervention. Dans cet hypertexte, l’auteur imagine que la technologie n’a pas été créée par les humains mais existe depuis le commencement et, que les sujets humains et la technologie se produisent mutuellement. L’œuvre permet de s’interroger sur le futur des machines possédant un intelligence humaine ainsi que d’imaginer à quoi ressembleraient les humains en cyborgs. Memmot a créé des néologismes, ainsi qu’un langage hybride, mélange de l’anglais et du code informatique. Il a réutilisé des mythes comme ceux d’Echo et de Narcisse et il a créé un nouveau langage, visuel et symbolique. Parfois les mots se superposent et deviennent alors illisibles. Pour Hayles, c’est comme si le lecteur devenait lui-même un cyborg et qu’il était comme eux, une part du circuit cybernétique.

image 1

        Le deuxième livre sur lequel s’appuie Hayles est un livre d’artiste de Tom Phillips, intitulé A Humument (1973). Pour créer ce livre, Phillips a utilisé un livre déjà existant qui est A Human Document de William Mallock (1892). Dans l’œuvre originale, une personne accepte d’éditer un album de coupures de journaux, de lettres et de souvenirs de deux amants décédés. Tous ces documents sont hypertextuels. Les assemblages ne forment pas une histoire mais forcent le lecteur à en créer une. Phillips, dans son œuvre, s’empare de cette démarche proposée au lecteur pour ne laisser apparaître que certains mots et ainsi créer sa propre histoire. Une autre façon pour lui de créer des hypertextes est de mettre en interaction des mots avec des images. Contrairement à beaucoup d’hypertextes électroniques, le lecteur est libre dans sa lecture puisqu’il peut ouvrir l’ouvrage aux pages qu’il souhaite.

[no title: p. 225] 1970 Tom Phillips born 1937 Presented by the Institute of Contemporary Prints 1975 http://www.tate.org.uk/art/work/P01520

        Le dernier livre qu’utilise Hayles pour son étude est un best-seller, House of Leaves, un roman de Mark Danielewski (2000). Selon elle, ce livre permet de montrer que même dans un best-seller il est possible de retrouver des stratégies matérialistes. Ce roman est composé de plusieurs narrateurs et comporte de multiples couches. Un des personnages est Zampanò, qui écrit un rapport sur le film The Navidson Record, tandis qu’un autre se nomme Johnny. C’est lui qui héritera du carnet au décès de l’homme. On découvre, au fil du roman, des passages de sa vie. On retrouve aussi les lettres que reçoit Johnny de la part de sa mère. En bas des pages se trouvent des notes dont la paternité revient à la fois à Zampanò, à Johnny ou encore aux éditeurs de l’oeuvre. C’est le personnage de Johnny qui met en place les extraits du carnet, les passages sur sa vie privée et les lettres de sa mère.

hol1 001

        Il a été demandé à Hayles d’intégrer des éléments autobiographiques à son travail théorique. Pour cela, elle a créé un personnage autobiographique nommé Kaye. Ce personnage lui a permis de prendre de la distance et d’écrire ces passages qui la concernaient plus personnellement. Le lecteur peut découvrir des éléments de la vie de l’auteur concernent notamment son enfance, ses études scientifiques puis littéraires, l’étude d’hypertextes et sa découverte des livres d’artistes. Tous ces éléments permettent d’introduire ensuite des notions théoriques ou l’étude d’œuvres. Les passages autobiographiques sont aussi un moyen de comprendre comment la réflexion de Hayles sur la matérialité a évolué et de connaître les différentes expériences qui ont ensuite influencé son travail.

        Dans cet opuscule, comme pour les œuvres que Hayles étudie, le support a de l’importance. Sur la couverture, en plus du titre et du nom de l’auteur, on peut trouver des lignes de mots illisibles, comme si plusieurs textes avaient été superposés. Cela rappelle l’œuvre Lexia to Perplexia. Certains passages du texte sont grossis, comme s’il fallait leur accorder plus d’importance. On retrouve aussi, dans les chapitres qui les concernent, des images des trois œuvres étudiées ainsi que des extraits de celles-ci. Ces extraits viennent s’intégrer aux analyses de Hayles mais on les distingue facilement car ils semblent être collés sur la page. Anne Burdick a cherché à distinguer la voix personnelle, qui relate les passages autobiographiques, et la voix théorique en attribuent une police différente à chacune, ce que l’on ne remarque pas obligatoirement. Ces deux polices finissent par se fondre pour n’en former qu’une, lorsque les deux voix elles-même ne sont plus différentiables.

        Hayles dans Writing Machines démontre que le support sur lequel s’inscrit une œuvre influence la compréhension de l’œuvre par le lecteur. Elle s’est appuyée sur l’analyse de la matérialité d’œuvres numériques pour ensuite transposer cela aux œuvres imprimées. Pour son analyse spécifique des média, Hayles a utilisé des œuvres particulières, et l’on pourrait donc se demander si la matérialité a toujours autant d’influence sur une œuvre et si son étude, peu importe le genre de l’ouvrage serait toujours aussi fructueuse.


Sources :

Hayles, K. N., Writing Machines

Présentation de la collection Mediaworks Pamphlets

Memmott, T., Lexia to perplexia

Phillips, T., A Humument

William Hurrell Mallock

Danielewski, M. Z., House of Leaves

Crédits photographiques : 

Image 1

Image 2

Compte-rendu établi par Aurélie Lailler

Pour aller plus loin : Bertrand Gervais, « Imaginaire de la fin du livre : figures du livre et pratiques illittéraires », Fabula-LhT, n° 16, « Crises de lisibilité », janvier 2016,.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *