Littérature et nouvelles formes de communication : les blogs et les réseaux sociaux

Littérature et nouvelles formes de communication : les blogs et les réseaux sociaux

Objet du jour : Le Tiers-Livre de F. Bon, L’Autofictif d’E. Chevillard et la twittérature.

        Notre article du jour s’intéresse à ce que l’on appelle les pratiques du web 2.0, c’est-à-dire les nouvelles formes de publication, centrées autour des blogs et réseaux sociaux. On appelle web 1.0 le premier état du réseau internet qui reposait principalement sur la forme de l’hypertexte, permettant d’établir des liens reliant des pages contenant des informations. Chaque page constitue un nœud, à la fois autonome et relié à d’autres. Le web 1.0 est le web de l’information. Le web 2.0 est le web des relations, notamment sociales.

        La question qui est la nôtre est alors de savoir comment la littérature trouve à s’exprimer sur ces relais médiatiques. Quelles sont les caractéristiques de la publication sur blog ? Quels sont les principes de la littérature sur les réseaux sociaux ? Nous évoquerons le cas de la twittérature et le cas des blogs, qui, de façon très générale, reprennent le principe du journal de bord ou du carnet de pensées, un peu à la manière d’En Lisant en écrivant de Julien Gracq.

S9 en lisant en écrivant

Nous pouvons nous interroger, dans cette perspective, sur la médiatisation de ces pratiques littéraires et culturelles, notamment autour de la question de l’auto-promotion. Ces publications sur des blogs ou des réseaux sociaux ne passent pas par les canaux de diffusion habituels et reconnus ; le médium même crée auprès du lectorat des effets de rendez-vous – un lecteur devenant ainsi un abonné – et l’auteur est le promoteur de son oeuvre. Est ainsi mise en question la figure de l’écrivain et sa promotion personnelle, ce qui représente un champ de recherche.

On peut consulter les interventions autour de la « Figure de l’auteur à l’ère du numérique »,  l’ouvrage d’Hadopi L’Auteur au temps du numérique, ou encore l’appel à contribution du colloque portant sur l’Editorialisation de l’auteur et qui se tiendra à Montréal en mai prochain.

Pour aller plus loin : « Ecrivain, une profession de foi », tribune de Camille Laurens.

1. Principes généraux de la littérature du web 2.0

Qu’est-ce que le web 2.0 ?

        Le terme a été proposé par Tim O’Reilly en 2005. On appelle web 2.0 l’ensemble des techniques du web apparues à partir des années 2005 qui marquent à la fois une plus grande complexité technologique mais dans le même temps une simplification de la pratique et des interactions pour les utilisateurs.

S9 web2.0

C’est une utilisation du web qui met l’accent sur le réseau en favorisant l’interactivité et ouvre vers la création des réseaux sociaux. Le web 2.0 prête aussi une attention accrue à sa présentation, son ergonomie. Si le web 1.0 apportait de l’information à l’utilisateur, avec le web 2.0, l’utilisateur peut en retour lui-même enrichir ces informations (commentaires, blogs, etc.) : la pratique du web s’oriente vers la participation, prenant le tournant de ce qu’on appelle le web social.

S9 google avant S9 google après

Ces deux images comparent le moteur de recherche google en 1998 (web 1.0) et sa version actuelle : on constate une simplification de la page (dans le logo, dans les informations présentes, dans l’interaction possible). 

S9 intel avant

S9 intel après S9 intel après 2 S9 intel après 3

Ici, la comparaison porte sur le site internet de la société Intel, qui est un des plus vieux sites encore en ligne : en 1996, de très nombreuses informations sont présentes sur la page de façon condensée pour être accessibles en un coup d’oeil, tandis que dans sa version actuelle la page se déroule (comme en témoignent les cercles sur le côté droit de l’image) pour présenter, de façon épurée, diverses informations dont l’accès est simplifié. Par ailleurs, on constate un usage renforcé de l’image, et la présence, en bas de page, de la liste des réseaux sociaux du groupe. 

Le web social se définit comme le moment où Internet devient un espace de socialisation : son but est l’interaction entre utilisateurs, leur mise en contact. Le réseau devient alors celui des utilisateurs. Le web n’a plus pour vocation première de diffuser du contenu mais de permettre le partage et l’accroissement des savoirs, à travers la création des réseaux sociaux, des blogs, ou de plateformes collaboratives comme Wikipédia.

Pour aller plus loin : le web 3.0, et après ?

Les grands principes de la littérature du web 2.0

        C’est une littérature de l’immédiat : l’article, le texte, le contenu, est, une fois publié, immédiatement partagé, immédiatement commenté. L’immédiateté signifie aussi l’absence d’agent intermédiaire : l’auteur est aussi l’éditeur, le lecteur est le commentateur. On peut prendre l’exemple de ce carnet de recherche : l’article « Du livre au texte numérique » a été publié le 3 février, et partagé sur Twitter dans la foulée.

S9 article acolitnum partagé twitter

Cet exemple montre que les différents supports du web social s’entrecroisent : les articles rédigés sur le blog et publiés sans intermédiaire ou presque (les comptes-rendus de lecture, de séance et d’exposés sont soumis à relecture) , sont partagés sur les réseaux sociaux :

S9 CR acolitnum partagé twitter 1 S9 CR acolitnum partagé twitter 2

Comme on le constate, ces partages s’accompagnent de commentaires incitant à la lecture : ils contribuent à la diffusion du contenu voire créent les conditions d’une viralité.

        La deuxième caractéristique est la dimension continue de ce type de publication sur les réseaux sociaux et sur les plateformes de blog, qui repose sur la succession. Chaque article, chaque contenu partagé s’insère dans une continuité temporelle. Chaque nouveau texte partagé vient s’ajouter à la somme des précédents : contrairement à l’hypertexte qui publie tous ses nœuds d’un coup en les reliant, la littérature blog va publier ses contenus au fur et à mesure. L’usage du lien hypertexte persiste, mais il n’est plus l’élément fondateur. Cette publication en continu invite le lecteur à devenir un abonné : l’œuvre qu’il lit est en perpétuelle élaboration, c’est un work in progress constant.

S9 françois bon 1

Le lecteur peut alors suivre dans tous les sens du terme – c’est-à-dire se tenir au courant, mais avoir aussi toujours du retard – les publications grâce à des outils numériques, comme le flux RSS, qui permet de rassembler tous les sites d’intérêt et d’indiquer les mises à jour via un agrégateur de flux.

S9 françois bon 2

Ces outils représentent des stratégies pour contrer l’effet FOMO (Fear of Missing Out) qui est le propre des réseaux sociaux, accentué par l’émergence de nouveaux types de réseaux comme Snapchat. On peut consulter à ce propos cet article, « Raconter des histoires avec Snapchat, mode d’emploi »

        La troisième caractéristiques est la linéarité : elle découle de la dimension continue de ce type de littérature. Contrairement à l’hypertexte qui est une œuvre du réseau construite autour de la figure de l’arborescence voire du rhizome, la littérature en lien avec les nouvelles formes de communication sociale est un retour vers la linéarité. La littérature sur Twitter offre l’exemple le plus frappant : parmi les nombreux textes écrits par ce biais, on peut s’arrêter sur le roman policier Bubo Neka, d’abord publié sur Twitter puis rassemblé sur un blog, en 2010.

S9 buboneka

La linéarité repose sur la publication contrainte de chaque tweet l’un après l’autre. Le lecteur est contraint lui-même de les lire dans leur continuité. Formellement, cette linéarité se constate dans les deux premiers tweets en partant du bas : la phrase commencée dans le premier se poursuit dans le second, comme l’indiquent les points de suspension. Chaque tweet est ainsi une entité textuelle autonome – un fragment – et dans le même temps il est très clairement lié aux à celui qui le suit immédiatement. 

Cet exemple montre que la twittérature reponse sur un principe de fil à dérouler. Le blog est une forme plus libre.

S9 buboneka 2

Ici, le chapitre 5 que l’on lisait sur Twitter dans l’exemple précédent est rassemblé, et le lecteur trouve à sa disposition des liens pour consulter les chapitres précédents de l’oeuvre. 

Le blog offre ainsi un usage couplé de la linéarité du réseau social et de la réticularité de l’hypertexte.

Pour prolonger la réflexion : « Six ans après, internet se recroqueville »

        Enfin, la dernière caractéristique de la littérature du web 2.0 est sa dimension sociale : c’est une littérature qui se nourrit de ses interactions avec son public, son lectorat, qui est invité à partager non seulement le temps de la création mais même son acte. François Bon, par exemple, propose des ateliers d’écriture sur son blog, dont il publie les résultats au même titre que ses propres textes. Tout semble alors mis sur le même plan, la surface du site : nous retrouvons la dialectique surface/superficialité vs profondeur/intérêt que nous évoquions dans un article précédent. La superficialité devient une valeur, une vertu de la littérature numérique dans le sens où elle permet, par la mise en surface de tous ses éléments, de contrer les hiérarchies, de laisser la liberté au lecteur de juger ce qui a plus ou moins de valeur à ses yeux.

        Ces effets de surface sont liés au rapport à l’image qu’instaure ce type de littérature, rapport double : d’abord, à la construction d’une image de soi de la part des auteurs – on revient à ce qu’on évoquait au départ – mais aussi rapport de l’écriture à l’image, aux images. Une littérature du flux, du continu, est une littérature qui s’étale dans l’espace immatériel du web, qui occupe alors un espace, qui se fait image, comme en témoigne la page d’accueil du blog de Philippe de Jonckheere, desordre.net :

S9 desordre

Chez De Jonckheere, images et image de soi se rejoignent, car comme il l’affirme dans un texte de présentation, le blog est un moyen de se saisir par « l’accumulation de soi ».

        Le risque de cet usage social de la littérature peut alors reposer, comme l’expose Olivier Erschzeid, dans une logique d’affaiblissement des enjeux littéraire : internet et ses réseaux de sociabilité deviennent des objets d’auto-promotion.

En  lien, deux articles d’Olivier Erschzeid : « Internet, le jour d’après », et « Le like tuera le lien ».

2. Les blogs littéraires

Qu’est-ce qu’un blog ?

        Le terme blog provient de la contraction de web (=toile) et log (=carnet de bord) proposée par Jorn Barger pour son propre journal en ligne, publié à partir de décembre 1997. Au départ, le blog a donc bien partie prenante avec le journal personnel, voire intime. Mais c’est un journal paradoxal : un journal exposé, ce qui n’est pas sans rappeler le pacte de lecture à l’ouverture des Confessions de Rousseau. C’est un carnet personnel ouvert à la lecture d’autrui, voire à l’écriture d’autrui à travers les commentaires.

        De fait, l’écriture bloggesque est une écriture intime le plus souvent : on peut prendre l’exemple du blog Grosse Fatigue, en ligne et alimenté depuis 1999. Comme le titre de la page l’indique quand on passe la souris sur l’onglet, nous sommes face au « site des petites frustrations et amertumes quotidiennes ».

S9 grosse fatigue 1

La page d’accueil met en avant ce paradoxe : « Vous venez d’entrer dans ma tête par effraction ». 

S9 grosse fatigue 2

La lecture de cette entrée en date du 29 mars 2016 ancre l’écriture dans le genre autobiographique. 

        Plusieurs interfaces et logiciels permettent la publication facilitée de blogs, pour tout type de public : LiveJournal (1999), Blogger (1999), plateformes d’accueil proposées par les sites en ligne des grands journaux, comme Le Monde… Le blog peut alors se définir, en reprenant la proposition d’Olivier Erschzeid dans son ouvrage consacré à la question, Créer, trouver et exploiter les blogs, comme

une page personnelle, généralement alimentée par un seul individu et constituée de courts messages affichés et archivés automatiquement selon un ordre anté-chronologique1

Mais en réalité, comme il le dit un peu plus loin, « les blogs sont bien plus que de simples pages personnelles et ils ne sont pas « simplement » des journaux intimes »2 : c’est ce que nous allons voir avec les exemples suivants.

Quelques exemples

  • François Bon : tierslivre.net. Il s’agit à la fois d’un journal, d’une plateforme recensant ses projets personnels, d’un système économique lui permettant de retirer un profit de cette activité, en dehors des canaux habituels, d’un lieu d’échange et de discussion… Le titre est une allusion à Rabelais, et peut s’interpréter comme la volonté de mettre en lumière un ouvrage fait d’une couture de voix et mettant en œuvre le principe de la digression, de la pérégrination notamment intellectuelle, tout en revendiquant une dimension irrévérencieuse et une inscription dans l’histoire littéraire.

S9 françois bon 3

  • Eric Chevillard : L’Autofictif. Comme François Bon qui n’a pas écrit qu’en numérique, Eric Chevillard a écrit et écrit toujours des livres papier qui passent par les chemins de l’édition traditionnelle3. La particularité de ce blog est d’être aussi, régulièrement, publié en version papier, ce que ne fait plus nécessairement François Bon. La pratique d’Eric Chevillard est ancrée dans le web 2.0 : le blog sert aussi à la promotion personnelle, et permet au lecteur, non pas de commenter mais de partager sur de multiples réseaux sociaux les contenus publiés. Contrairement au blog de François Bon, l’interface graphique est moins travaillée, plus conventionnelle. Le titre indique que l’oeuvre est plus centrée autour des questions du journal intime, ouvrant vers ce que Serge Doubrovsky a appelé l’autofiction et qu’il définit comme la « fiction d’événements et de faits strictement réels ». Il s’agit de livrer le récit de la vie de l’auteur (cela repose sur le pacte autobiographique qui veut que l’auteur, le narrateur et le personnage soient une seule et même personne) romancé (ce qui compte est moins la vérité des faits racontés que la véracité du souvenir et de sa mise en récit).

S9 autofictif

  • Philippe de Jonckheere : desordre.net. Le titre là aussi a une portée métanarrative : il s’agit de mettre en avant l’effet de désordre, de déperdition d’information, d’absence de hiérarchisation propres au blog, voire au journal personnel.

René Audet et Simon Brousseau ont mené une comparaison entre le blog de François Bon et celui de Philippe De Jonckheere, autour de la notion de diffraction (2011). Ils postulent une transformation de l’idée d’œuvre à travers ces exemples, question qui rejoint nos interrogations autour de la valeur littéraire de ces expérimentations. Ces blogs sont, paradoxalement, des œuvres qui durent, et qui ont sans doute la plus grande visibilité en France dans le champ de la littérature numérique : ce sont les supports médiatiques de littérature numérique les plus étudiés4 . Pour Audet et Brousseau, ce sont des œuvres de l’hétérogène, de la diffraction des contenus en même temps que d’une « accumulation archivistique », comme si tout de la vie et des projets devait être exposé et conservé. Les blogs sont des œuvres en train de se faire, mais qui ne visent jamais l’achèvement : elles se nourrissent de cet état de progression constante.

Pour aller plus loin, lire l’article d’Audet et Brousseau, « Pour une poétique de la diffraction de l’oeuvre littéraire : l’archive, le texte et l’oeuvre à l’estompe ». On peut aussi consulter la réponse de François Bon à cet article.

3. La littérature sur réseaux sociaux

        Nous avons déjà mentionné plus haut l’exemple d’un roman publié sur twitter, Bubo Neka. La difficulté est l’accessibilité à ces œuvres éphémères une fois le projet fini, comme en témoigne l’exemple de Croisade / La Quatrième théorie de Thierry Crouzet.

S9 crouzet 1

Il n’est plus possible d’accéder directement au laboratoire de l’oeuvre : celle-ci est cependant toujours disponible sur Twitter, comme l’indique son auteur. 

Le compte Twitter de Thierry Crouzet, vers lequel le texte de présentation de l’oeuvre nous renvoie, compte plus de 14 000 tweets :

S9 crouzet 2

Les tweets oeuvrant à la constitution de l’œuvre ont été publiés entre le 25 décembre 2008 et le 1 avril 2010, soit il y a plus de six ans : il est pratiquement impossible de retrouver cette oeuvre et de la lire par ce biais. L’œuvre est maintenant accessible dans un format plus traditionnel : on peut en lire des extraits gratuits, ou l’acheter sous format numérique ou imprimé.

S9 crouzet 3

Pour en savoir plus sur le projet.

Historique proposé par Thierry Crouzet sur la twittérature.

D’autres informations sont aussi accessibles du côté de l’Institut de twittérature.

Vers la question de la microfiction ?

        Ces nouvelles formes littéraires orientent la réflexion du côté des formes narratives très brèves. On a tous en tête la fameuse nouvelle en six mots attribuée à Hemingway :

For Sale. Baby shoes. Never worn

Thierry Crouzet s’est associé à d’autres auteurs pour proposer un ouvrage rassemblant 50 micronouvelles de 50 auteurs, que l’on peut se procurer gratuitement : il s’agit de cinquante textes ne dépassant pas les 140 caractères, contrainte de Twitter, mais mettant en oeuvre une narration minimale.

S9 microfiction 3 S9 microfiction 4 S9 microfiction 5

Ces textes ressemblent parfois à des haïkus mais se situent en dehors du champ poétique : des haïkus narratifs ?

        On peut définir la microfiction dans son opposition au roman : le roman serait une forme de la totalité et la microfiction une forme discontinue. Mais cette approche est problématique à plusieurs titres : un roman peut être discontinu, la littérature contemporaine en offre plusieurs exemples, et la microfiction, oeuvre du fragment, entretient un rapport de proximité avec la totalité. C’est en tout cas un genre propre au postmodernisme qui signe la fin des grands récits, pour reprendre à traits grossiers la position défendue par Lyotard. La microfiction renvoie à la fragmentation, à l’explosion des formes narratives traditionnelles, du roman à la nouvelle. Pour Andreas Gelz,

le microrécit comme genre littéraire constitue […] une mise en question du genre romanesque, [parce que] c’est dans le texte ultra-bref que se cristallisent certaines questions majeures d’une poétique du roman5

Dans cette perspective, le roman de Thierry Crouzet entièrement publié sur twitter et comptant plus de 500 pages relève d’une autre logique : la discontinuité des fragments est dépassée par la continuité très forte du fil Twitter (sinon, on retombe dans la logique de l’hypertexte, ce qui n’est pas le cas). La microfiction au contraire désigne l’usage par l’auteur de récits de la contrainte offerte par Twitter : publier un texte en 140 caractères maximum. Il faut donc pouvoir, en 140 caractères, raconter une histoire, lancer une intrigue voire la résoudre.

S9 microfiction 2

On peut mentionner des exemples de microfictions ailleurs que sur support numérique : Microfictions de Régis Jauffret présente des courts textes d’une ou deux pages, comportant un titre ; les textes sont classés par ordre alphabétique. Ce sont des récits qui tournent autour des obsessions de l’auteur. Le paradoxe est alors que l’ouvrage est très gros : il comporte plus de 500 pages.

microfictions

Pour aller plus loin, on peut lire l’article d’Andreas Gelz dans la revue Fixxion, et consulter le numéro complet.

Poursuivre la réflexion.


  1. Erschzeid, O., Créer, trouver et exploiter les blogs, ADBS Editions, 2008, p. 8 []
  2. Ibidem, p. 11 []
  3. On peut mentionner L’Auteur et moi aux éditions de Minuit en 2012, ou Le Vaillant petit tailleur chez le même éditeur en 2004 []
  4. Il y a notamment de nombreux colloques portant sur l’oeuvre et les travaux de François Bon ; un ouvrage vient tout juste d’être publié sur Eric Chevillard, Eric Chevillard dans tous ses états, paru le 30 mars 2016 aux éditions Classiques Garnier après un colloque en 2013 []
  5. Gelz, A., « Microfiction et roman dans la littérature française contemporaine », Revue Fixxion, Micro/Macro, n°1, 2010 []

Une réflexion au sujet de « Littérature et nouvelles formes de communication : les blogs et les réseaux sociaux »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *