Littérature numérique – Points de repère (1)

Cet article expose les éléments de définition de la littérature numérique qui sont mobilisés au sein de l’atelier.  L’intérêt est de pouvoir confronter différentes définitions à mettre à l’épreuve des œuvres envisagées. 

        La définition que nous avons déjà pu proposer précédemment est celle de Philippe Bootz, dans Les Basiques : la littérature numérique : il la définit comme « toute forme narrative ou poétique qui utilise le dispositif informatique comme un médium et met en œuvre une ou plusieurs propriétés spécifiques à ce médium » (nous soulignons). On constate d’emblée que le terme de texte n’est, volontairement, pas employé : en effet, pour Philippe Bootz, la littérature numérique n’est pas prioritairement textuelle mais est à comprendre comme un « art du rapport au langage ». Ce point de définition pourra être discuté selon les œuvres que l’on abordera. Plus loin, il précise qu’ « un texte littéraire ‘mis sur ordinateur’ ne peut être qualifié de ‘littérature numérique’ que s’il utilise au moins une de ces propriétés en tant que contrainte, c’est-à-dire si l’œuvre fait fonctionner cette propriété de façon constructive ». Autrement dit, la littérature numérique se distingue de l’œuvre littéraire numérisée : elle est nativement conçue par et pour le numérique, et en exploite les potentialités comme créatrices.

        Cette première définition nous confronte à deux termes qu’il s’agit de préciser : le « médium », et le « dispositif ». Philippe Bootz définit le médium comme « le moyen de communication utilisé »[1], détenteur de propriétés (les fameuses contraintes productrices), que nous listons ci-dessous :

  • Algorithme : c’est « un ensemble de règles logiques codées dans un langage de programmation en vue de produire un résultat ». Philippe Bootz mentionne notamment le générateur (le programme crée l’œuvre en temps réel) et le principe de calculabilité.
  • Codage numérique (binaire) : il a pour objectif entre autres de faciliter la manipulation, et supprime les distinctions entre les différents médias en ramenant tout signe à un code identique.
  • Interactivité : elle est fondamentale pour caractériser la littérature numérique, tant pour Philippe Bootz que pour Serge Bouchardon[2] et même Espen Aarseth[3]. Philippe Bootz la définit comme « la capacité que l’œuvre donne au lecteur de pouvoir influencer la composition des signes proposés à sa lecture » et « l’obligation que l’œuvre impose au programme de devoir tenir compte de certaines informations fournies par le lecteur ». Dans cette perspective, l’œuvre n’est plus un système mais un outil.
  • Ubiquité : le programme peut se matérialiser en même temps sur plusieurs appareils.
  • Feed back: c’est la possibilité pour les lecteurs d’intervenir dans l’œuvre, qui est modifiée pour les lecteurs suivants. Cet élément n’est pas investi par toutes les œuvres de littérature numérique, qui ne cherchent pas toutes à être participatives. Toutefois, la question de la lecture de l’œuvre littéraire numérique est à poser (voir Rhétorique du texte numérique d’Alexandra Saemmer[4]) : en effet, une des grandes différences entre un texte littéraire imprimé et un texte littéraire numérique réside dans le fait qu’il est pratiquement impossible que deux lecteurs aient la même lecture de l’œuvre numérique, ou même qu’un lecteur effectue deux fois la même lecture. Il peut en aller de même pour un texte imprimé, étant donné que toute lecture est un acte d’interprétation ancré dans un contexte de réception spécifique : toutefois, dans le cadre de la littérature numérique, l’œuvre elle-même se métamorphose d’une lecture à l’autre au gré des interactions entre l’homme et la machine.
  • Compatibilité : le programme s’exécute sur des machines différentes et pourtant offre un résultat similaire. Cependant, les performances des machines (ordinateur, tablette tactile ou autre) influent sur le résultat observable du programme : il faut alors prendre en compte le risque que cette compatibilité soit parfois mise en échec.
  • Dispositif : c’est un terme auquel nous auront souvent recours et que nous devons définir précisément. Philippe Bootz en fait une des propriétés du médium informatique et le définit comme « l’ensemble des composants matériels et logiciels qui interviennent dans la communication que l’œuvre instaure entre l’auteur et le lecteur ». Nous constaterons que ce dispositif est à prendre en compte dans l’appréhension globale de l’œuvre numérique, car il détermine, en jouant un rôle de communication entre auteur et lecteur, son esthétique.
  • Transitoire observable : terme proposé par Philippe Bootz devenu nom d’un regroupement d’auteurs numériques, il désigne la partie de l’œuvre que le lecteur voit, c’est-à-dire non pas le programme mais le résultat du calcul, de l’interactivité, du codage et du feed back, prenant en compte la compatibilité avec la machine. C’est ce que le lecteur peut lire. Autrement dit, et c’est là aussi un point majeur de l’œuvre numérique, le lecteur n’a bien souvent pas accès au code de l’œuvre, à son programme, mais seulement à son résultat, ce qui se révèle à la surface comme aboutissement de l’interaction entre le lecteur, le programme et la machine.

Cette définition de la littérature numérique proposée par Philippe Bootz semble pouvoir, d’emblée, dessiner tout un ensemble de problématiques au cœur de notre approche comparatiste : c’est la raison pour laquelle elle servira de base lors de notre atelier.

        Toutefois, il est intéressant de la confronter à d’autres propositions, recueillies çà et là dans des ouvrages majeurs. Dans la continuité des propos de Philippe Bootz, Serge Bouchardon, dans son travail de thèse soutenu en 2005 et publié en 2009[5], postule lui aussi l’importance de la notion de dispositif. Il va plus loin en dotant la littérature numérique d’une esthétique de la matérialité (voir aussi à ce propos Writing Machines de Katherine Hayles[6]) : il s’agit pour l’auteur de travailler le support (ou le médium selon les termes de Philippe Bootz) numérique, partie intégrante de la création littéraire. De cette façon, on peut contredire l’idée selon laquelle le texte numérique est immatériel : au contraire, il est ancré et dépendant d’une nouvelle forme de matérialité, non plus celle du livre mais celle du numérique. Dès lors, on peut définir la littérature numérique comme une littérature ancrée dans un médium informatique et qui met volontairement l’accent sur son dispositif technique. Cette définition nous permet de prendre la mesure des évolutions médiatiques de la littérature : si nous sommes aujourd’hui pleinement habitués au livre papier, au point de le percevoir comme un support neutre et transparent du texte, ce dernier n’a pas toujours été dominant. Comme le dit alors Serge Bouchardon, la littérature numérique a la vertu de révéler les impensés de l’approche traditionnelle du texte littéraire : il s’agit bien, comme nous le soutenions précédemment, d’ouvrir les frontières, de déplacer les bornes d’appartenance afin d’explorer des œuvres à la marge.

        Dans son second ouvrage sur la question[7], Serge Bouchardon propose une définition plus formelle de la littérature numérique, en montrant que l’expression même comporte une tension constructive. En effet, on peut l’aborder de deux façons :

  • Soit à partir du numérique, en distinguant la littérature numérique de la littérature : cela permet de mettre l’accent sur le rôle du dispositif dans la constitution de l’esthétique et du sens de l’œuvre, mais aussi de mettre en avant le fait que l’œuvre numérique est prise dans une double visée, à la fois objet à appréhender comme une installation dépendant de son contexte et comme objet transmissible (comme un livre), ou encore, ce qui découle de ces deux points, que l’œuvre numérique est une œuvre programmée.
  • Soit à partir de la littérature, en distinguant la littérature numérique des arts numériques : cela permet de mettre en avant l’appartenance de la littérature numérique aux arts du langage au même titre que la littérature orale et la littérature imprimée, et de comprendre qu’une œuvre numérique sera littéraire si son texte, peu importe sa quantité, joue le rôle principal (en tant que phénomène linguistique à lire et non en tant qu’image à contempler) et que l’œuvre requiert comme activité principale celle de la lecture.

Pour Serge Bouchardon, la littérature numérique naîtrait alors de la tension entre la dimension littéraire et la dimension numérique, et cela nous parait tout à fait stimulant pour aborder certaines œuvres. Il ne faut pas penser en termes d’oppositions mais en termes d’interaction : la littérature numérique est l’« ensemble des créations qui mettent en tension littérarité et spécificités du support numérique » (p. 75).

        Tout comme Philippe Bootz et Serge Bouchardon, Espen Aarseth[8] considère la littérature numérique comme une expression artistique fortement liée à la « machine » (p. 3) : le texte littéraire numérique est incarné dans un dispositif en dehors duquel il n’existe pas. Mais l’intérêt de l’approche d’Espen Aarseth se situe dans la continuité qu’il dessine entre certaines œuvres expérimentales du XXe siècle et les œuvres de la littérature numérique, envisagées dans un tout qu’il nomme « cybertexte », appartenant à la catégorie de la « littérature ergodique » : « The concept of cybertext focuses on the mechanical organization of the text, by positing the intricacies of the medium as an integral part of the literary exchange[9] » (p. 1). Tandis que « les performances du lecteur ont toutes lieu dans sa tête, […] l’utilisateur d’un cybertexte agit aussi d’un point de vue extranoématique[10] » (p. 1) : c’est le phénomène « ergodic » (p. 1). Si le texte littéraire numérique est une machine (comme l’indique le préfixe cyber), alors il n’est complet qu’une fois agi par l’homme.

Cybertext […] is the wide range (or perspective) of possible textualities seen as a typology of machines, as various kinds of literary communication systems where the functional differences among the mechanical parts play a defining role in determining the aesthetic process[11] (p. 22).

Tout l’intérêt de la proposition d’Aarseth réside dans la place qu’elle offre au lecteur, en montrant que tout texte, médiatisé par un dispositif, peut être considéré comme ergodique, donc appartenir à la catégorie du cybertexte.

apollinaire calligramme

« Poème du 9 février 2015 », dans Calligrammes, Guillaume Apollinaire, 1918.

Dès lors que le dispositif se pense comme une machine à manipuler, le texte qu’il porte devient cyborg. C’est ainsi qu’Espen Aarseth range du côté de la cyberlittérature des œuvres bien antérieures au numérique, comme Calligrammes d’Apollinaire, Composition n°1 de Marc Saporta, Cent mille milliards de poèmes de Raymond Queneau… Mais aussi, comme nous avons pu déjà les citer, des œuvres plus récentes comme S. de J. J. Abrams et Doug Dorst ou La Maison des feuilles de Mark Z. Danielewski.

COmposition n°1 papier

Composition n°1, Marc Saporta, 1962

S. abrams dorst

S., J. J. Abrams & Doug Dorst, 2013

                On peut alors conclure ce panorama en citant deux autres façons d’appréhender la littérature numérique, qui dans le même temps résument les perspectives précédemment déployées et posent les questions sous-jacentes à la réflexion en cours. D’une part, Jean Clément, spécialiste français de l’hypertexte de fiction, affirme que « la littérature numérique […] est une littérature problématique[12] ». En effet,

En passant du papier au numérique, elle oblige à reconsidérer la question de son support, à tenir compte de son dispositif de réception. Le texte n’est plus séparable de son environnement technique, il est contaminé par les médias avec lesquels il partage son espace, il n’est plus que le résultat, la partie visible d’un ensemble de programmes et de processus. La littérature numérique détrône le texte de sa place centrale et, à la limite, est tentée de s’en débarrasser (p. 17, nous soulignons).

Cette tentation de la disparition du texte, menaçant directement l’existence même d’un champ intitulé littérature numérique, est à prendre au sérieux : c’est une question qui se posera avec force notamment dans l’approche des œuvres dites « visibles », comme Déprise de Serge Bouchardon, ou For All Seasons d’A. Müller, ou encore la poésie animée.

for all seasons

D’autre part, Alexandra Saemmer, qui s’intéresse en particulier à la réception de l’œuvre littéraire numérique, met en garde contre la fascination qu’elle exerce, faisant oublier la part de coercition et de perte de pouvoir qu’implique l’impossibilité (technique ou contextuelle) d’accéder au code de l’œuvre :

Basée sur une énergie suggestive du langage, de l’image, de l’éclairage, de la mise en espace, du graphisme et de l’animation, la littérature hypermédiatique veut fasciner, transporter, ravir ; les codes de programmation se font souvent oublier[13].

Pour aller plus loin : Vitali-Rosati Marcello (2014). “Pour une définition du « numérique »”, in Les Presses de l’Université de Montréal (édité par), Pratiques de l’édition numérique, collection « Parcours Numériques », Montréal, p. 63-75, accessible en ligne


[1] Tandis que le média serait à comprendre, toujours selon Philippe Bootz, comme un document construit avec un système sémiotique spécifique.

[2] Bouchardon, S., Littérature numérique – Le récit interactif, éditions Lavoisier, 2009, Paris.

[3] Aarseth, E. J., Cybertext – Perspectives on Ergodic Literature, The John Hopkins University Press, Baltimore & London, 1997.

[4] Saemmer, A., Rhétorique du texte numérique: figures de la lecture, anticipations de pratiques, Presses de l’enssib, Villeurbanne, 2015.

[5] Bouchardon, S., Littérature numérique – Le récit interactif, éditions Lavoisier, Paris, 2009.

[6] Hayles, N. K., Writing Machines, Mediawork The MIT Press, Cambridge, 2002.

[7] Bouchardon, S., La Valeur heuristique de la littérature numérique, Hermann éditeurs, Paris, 2014.

[8] Aarseth, E. J., Cybertext – Perspectives on Ergodic Literature, The John Hopkins University Press, Baltimore & London, 1997.

[9] Nous traduisons : « Le concept de cybertexte met l’accent sur l’organisation mécanique du texte, postulant que la complexité du médium fait partie intégrante de l’échange littéraire ».

[10] Nous traduisons : « The performance of [the] reader takes place all in his head, while the user of cybertext also performs in an extranoematic sense ». Extranoématique = en dehors de la conscience. Syn. : concrètement.

[11] Nous traduisons : « Le cybertexte consiste en un vaste ensemble (ou une perspective) de possibilités textuelles vues comme une typologie de machines, ou comme différentes sortes de systèmes de communication littéraire dans lesquels les différences de fonctionnement parmi leurs mécanismes jouent un rôle clé dans la détermination du processus esthétique ».

[12] Clément, J., Préface à Un laboratoire de littératures – Littérature numérique et internet, Bouchardon, S. (dir.), Éditions de la Bibliothèque publique d’information, Paris, 2013.

[13] Saemmer, A., « Littérature numériques : tendances, perspectives, outils d’analyse », Etudes françaises, vol. 43, n°3, 2007, p. 113 (http://id.erudit.org/iderudit/016907ar, consulté le 12/11/14).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *