For All Seasons, A. Müller et Déprise, S. Bouchardon

Le texte animé : devenir image de la littérature ?

        La littérature numérique représente toutes les formes de narration ou de poésie sur un dispositif numérique. Nous pouvons diviser cette littérature en deux grands ensembles : le premier représente tout ce qui concerne la lecture du texte et le second ce qui touche le programme, les installations. Au sein de la première partie, nous pouvons y observer trois sous-catégories qui pourraient constituer des genres.

On distinguera, en s’appuyant sur la classification proposée par Philippe Bootz, l’hypertexte (“une structure particulière d’organisation d’une information textuelle” Ted Nelson), la littérature générative et enfin, la poésie animée. Cette dernière est en grande partie la base de notre exposé. Afin d’en approfondir et faciliter la compréhension, une définition de la littérature animée ainsi que de la poésie animée, sont les bienvenues.

La littérature animée est présente lorsque les mots, les lettres, et l’ensemble des constituants linguistiques possèdent une modification, comme par exemple, des déplacements, des éclatements…

La poésie animée généralise la littérature animée, car elle utilise d’autres éléments que la linguistique, comme la musique, le dessin, la photographie, la vidéo… Et il faut préciser que le récit n’a pas une place très importante dans ce genre de la littérature numérique (certains auteurs utilisent le terme “poésie cinétique”).

Notre exposé porte donc sur deux œuvres qui ont eu pour souci d’animer le texte, de telle sorte qu’on pourrait en effet les considérer comme de la “poésie animée”. D’une part, For All Seasons, œuvre “publiée” en 2005 par Andreas Müller qui lui a valu le Grand Prix du Tokyo Type Directors Club, et d’autre part Déprise du désormais bien connu Serge Bouchardon, “publiée” en 2010.

        For All Seasons, contrairement à Déprise, n’est pas un site mais un logiciel qu’il nous faut télécharger sur notre support informatique. Lorsqu’on le lance, une sorte de générique très rapide et succinct apparaît pour nous indiquer le nom de l’œuvre ainsi que celui de l’auteur, rappelant en quelque sorte un jeu vidéo. Puis nous sommes face à un menu principal ou sommaire comportant les quatre saisons que sont le printemps, l’été, l’automne et l’hiver. Chacune constitue un lien hypertexte sur lequel il nous faut cliquer pour entrer dans l’histoire. La lecture n’est pas nécessairement chronologique, il n’y a pas de véritable lien logique entre chaque saison, si ce n’est un souvenir du narrateur d’un moment passé de sa vie qui va être l’occasion pour la page et le texte de se métamorphoser en un dessin en trois dimensions. En effet, pour chaque saison, une page apparaît sur laquelle est écrit un texte, exactement comme dans un livre papier standard. Puis, une fois la lecture terminée, soit nous attendons que la page se transforme elle-même, soit nous déclenchons nous-mêmes cette transformation en cliquant simplement sur la page.  Ainsi, la page – ou ce que Gabriel Gaudette désigne comme la surface bidimensionnelle de l’écran afin de l’opposer à l’image tridimensionnelle se formant par la suite- se met à bouger, se pose au sol, et devient alors le terrain sur lequel va se déployer le texte devenu un élément naturel. Pour chacun de ces “paysages”, il nous est possible de zoomer et dézoomer, de façon à ce que nous soyons au cœur du texte, toujours en contre-plongée, comme si nous étions allongés sur la page blanche, la tête en l’air ; ou bien au contraire plus éloignés, nous permettant alors de prendre du recul et d’observer la scène “de l’extérieur”. Par ailleurs, nous pouvons figer l’image à tout moment en appuyant sur la touche “ctrl” sur PC et “S” sur Mac.

Le seul changement constatable est en hiver où le fond sur lequel est posé la page n’est pas blanc mais noir.

        Dans La Valeur heuristique de la littérature numérique, Serge Bouchardon présente Déprise comme une création contributive. Cette œuvre est le premier épisode d’une trilogie composée d’Opacité (2012) et Détrace (2016). Chacune des trois explore le rapport que l’on peut entretenir entre les mots et les gestes : “la possibilité de donner un sens à un mot à travers un geste.” Ainsi, Serge Bouchardon étudie en détails les gestes et attitudes des lecteurs face à ces œuvres nouvelles tant au niveau du support que du sens parce qu’elles ont tendance à nous déstabiliser. En ce qui concerne plus précisément Déprise, Bouchardon explore le thème de la perte de contrôle sur les autres mais aussi sur soi-même. Via l’histoire de ce narrateur, nous – utilisateurs – nous sentons également touchés par ce sentiment de solitude. A travers six tableaux ou scènes, nous découvrons le personnage principal qui est un homme à travers des étapes de sa vie qu’il ne contrôle plus du tout et remet en question ce qui le construit, son identité. Il est en déprise. Il cherche néanmoins à reprendre le contrôle de sa vie, de son être. Les six scènes présentées sont construites sur de nombreux dispositifs interactifs appelant l’internaute à se plonger entièrement dans cette quête personnelle. Bouchardon a créé Déprise selon une logique linéaire puisqu’il est difficile de trouver le moyen d’accéder au menu qui nous permettrait d’aller au chapitre désiré. Le lecteur semble, donc, donner le rythme de lecture lorsqu’il déplace sa souris sur les phrases. Cependant,  comme il n’existe pas de dispositif hypertextuel (ou presque!), l’internaute est contraint de suivre l’évolution de l’histoire souhaitée par l’auteur. Ainsi, au cours des six tableaux qui constituent Déprise, nous allons pouvoir étudier des procédés interactifs différents mais qui ont comme objectif de transformer le texte en image.

I. Analyse de For all Seasons

 Quelques éléments biographiques sur l’auteur

Andreas Müller est né en 1979 à Stockholm. Il suit des études de design, il est diplômé de l’Hyperisland School of New Media Design en 2000. Ses expériences professionnelles sont assez diverses et nous prouvent qu’il se situe bien du côté de la création et du design plus que de la littérature. En effet, il a été développeur pour la société londonienne Oven Digital qui travaille avec des entreprises telles que Nokia, Diesel ou Mistubishi. Aujourd’hui, il est directeur des studios de design Hi-Res. Par ailleurs, lors de son temps libre, il met en place des installations artistiques dans différentes villes européennes.

Sa première œuvre date de janvier 2006 et était un « motion-wall » pour SONY. Müller souhaitait retransmettre la fumée à l’écran tout en jouant sur les couleurs. Toujours en 2006, il a travaillé avec NOKIA pour les œuvres Wind qui se rapproche beaucoup de For All Seasons au niveau de la déconstruction des phrases et Swimming message system qui travaille sur la transformation en poissons. Ces deux œuvres peuvent être considérées comme les seules œuvres se rapprochant de la littérature numérique. Son travail en règle générale tourne autour de la lumière et du contraste en noir en blanc.

Si vous voulez découvrir plus en détails les différents travaux d’Andreas Müller, nous vous conseillons d’aller sur son site ou consulter son flickr.

Résumé de l’œuvre

Nous avons fait le choix de résumer saison par saison ce qu’il se passe dans For All Seasons.

  • Printemps :  

photo1printemps

Pour cette première saison, le narrateur évoque les pissenlits et le souvenir qu’il a, étant jeunes lui et son frère, de recevoir leurs grains dans le visage et les cheveux à cause du vent. Il dit enfin regretter de ne pas avoir su plus tôt qu’il fallait faire un vœu lorsqu’une chose pareille se produisait. Ceci peut être compris comme une invitation pour le lecteur à faire lui-même un vœu face à ce “paysage numérique” qui se crée sous ses yeux.

En effet, le lecteur assiste à l’éclosion d’autant de pissenlits qu’il y a de lettres dans le texte que nous venons de lire. De ce fait, ce sont les mots qui constituent les pétales ou les grains de ces fleurs. Si nous ne faisons que regarder la page, les pissenlits bougent légèrement, comme bercés par le vent, sans que rien d’autre ne se produise. En revanche, en maintenant le clic gauche enfoncé et en bougeant le curseur, nous devenons comme possesseur du vent et faisons donc s’envoler certains grains de pissenlit. Ceux-ci éclosent à nouveau si tôt que nous interrompons le mouvement de la souris.

  • Eté :

photo 2 été

En ce qui concerne l’été, le narrateur évoque à nouveau un souvenir d’enfance, alors qu’il passait les vacances chez ses grands-parents et qu’il voulait à tout prix un filet pour attraper les petits poissons qui nageaient dans l’eau. Au temps du récit, il nous dit s’être procuré un filet mais qu’il ne parvient pas davantage à les saisir. Là encore, il nous est possible d’y voir une invitation à essayer nous-mêmes d’attraper ces poissons qui vont en effet se former sous nos yeux. Chaque mot qui constituait le texte se trouve transformé en poisson, de longueurs différentes par conséquent, et nage dans tous les sens au-dessus de la page blanche. Alors qu’au printemps le texte disparaissait avant de réapparaître sous forme de fleurs, sa métamorphose est directement visible, étant donné que la page, toujours tapée, se pose sur le sol, et que les mots s’échappent alors de celle-ci pour devenir une quantité importante de poissons frétillants. En cliquant sur le banc de poissons, ils se mettent tous à nager rapidement vers l’extérieur de la page. Nous avons donc le pouvoir de les faire fuir l’espace d’un instant. Mais ils finissent toujours par revenir au centre de la page blanche.

  • Automne :

photo 3 automne

Pour cette troisième saison, le narrateur nous expose également une réminiscence  mais nous pouvons constater deux souvenirs en un. Le premier est sûrement un souvenir à l’âge adulte. Le narrateur a partagé un repas avec un ami un dimanche après-midi et ce jour-là il s’est rendu compte que c’était “le premier vrai jour de l’automne” car la météo le permettait. Il y avait du vent et les feuilles dansaient dans un tourbillon. A partir de ce moment-là, le souvenir d’enfance est déclenché, d’ailleurs ce n’est pas seulement un souvenir mais des souvenirs, où le narrateur enfant s’amusait à donner des coups de pieds dans les tas de feuilles afin de les éparpiller. Lorsque nous cliquons sur le texte un tourbillon commence à emporter nos lettres comme les feuilles qui dansent dans le premier souvenir, puis nous pouvons éclater ce tourbillon avec la touche “entrée”, de ce fait, nous déclenchons le second souvenir, celui de l’enfance. Avec notre souris nous pouvons éparpiller les lettres comme les coups du narrateur enfant dans les feuilles. Les lettres ne se trouvent plus sur la page blanche mais en dehors, et il est possible de les faire complètement sortir de la page qui représente le sol. Certaines touches comme la barre espace nous permet d’arrêter le tourbillon et de le recommencer.

  • Hiver :

photo 4 hiver

Cette dernière saison est sûrement la plus particulière, premièrement avec le changement de couleur, mais également à cause du passé du dessin qui se forme dans ce souvenir.

C’est un narrateur adulte qui nous expose sa vision dans cette dernière saison, il parle des quelques dessins qu’il a faits quand il était petit et dont il est encore fier. Il a notamment, un souvenir qui l’a marqué,  à l’âge de 15 ans en cours d’art, où il a dessiné un arbre brun sur du papier noir, ce dernier était couvert de neige. Le narrateur a vraiment aimé cet arbre car il représentait un matin d’hiver “sombre et silencieux”. Il clos son texte par “Et, maintenant, j’ai ceci.” Cette phrase nous permet de lancer la transformation du texte en image. Apparaît ainsi cet arbre nu et marron, seul élément coloré de l’œuvre, sur lequel viennent se déposer certaines lettres du texte qui représentent des flocons de neige. D’autres tombent sur le sol. En maintenant le clic gauche enfoncé et en déplaçant le curseur, nous pouvons secouer l’arbre et par conséquent faire tomber les flocons lettrés de ses branches. Afin d’approfondir cette idée, nous pouvons citer la présentation du site NT2

C’est l’expression d’un moment précieux que l’on ne peut conserver intact et qu’il n’est possible d’apprécier que brièvement, avant que les lettres qui en constituent l’expression première n’aillent se perdre dans un espace vide.

Analyse littéraire de l’œuvre

        À noter, une version de For All Seasons est disponible pour Ipod Touch et iPhone. De plus, une adaptation française de l’œuvre a été publiée dans la revue de littérature hyper médiatique en ligne bleuOrange. On peut noter qu’une évolution de l’œuvre est présente. Une évolution de la langue qui permet de toucher un plus grand nombre de personnes mais aussi une évolution sur support numérique. Le tactile est présent, nous n’avons plus besoin d’utiliser la souris, donc le “lecteur-acteur” peut avoir une expérience encore plus proche avec le texte ou l’œuvre numérique. On peut toucher le texte comme on touche les mots d’un support papier.

For All Seasons est une œuvre hypermédiatique qui ne se concentre pas uniquement sur le texte mais plus sur les mouvements de déconstruction et reconfiguration qu’elle peut subir afin de créer des images et des paysages. L’œuvre peut être modifiée et manipulée par le lecteur, il y a donc une grande place à l’interactivité.

Le site NT2 de l’UQAM présente des informations très constructives à ce sujet.

II. Analyse de Déprise 

Quelques éléments biographiques sur l’auteur

        Serge Bouchardon est un enseignant-chercheur au laboratoire Costech de l’UTC (Université de technologie de Compiègne) spécialisé dans la littérature et écriture numérique et auteur de plusieurs créations numériques. En 2010, Bouchardon accompagné d’un ingénieur UTC, Vincent Volckaert, a créé l’œuvre numérique Déprise qui évoque les notions de prise et de perte de contrôle. Un an plus tard, le créateur reçoit le prix international « New Media Writing Prize 2011 » parmi de nombreux participants ce qui met en avant la particularité et la singularité de Déprise. En effet, cette œuvre est composée de nombreux dispositifs interactifs et évoque avant tout les problèmes identitaires. Aux premiers abords, l’oeuvre peut nous sembler dépouillée et compliquée d’accès mais en s’y intéressant de plus près, nous découvrons des thèmes complexes et pleins de sens sans que l’on s’y perde puisqu’il y n’y a pas l’utilisation de liens hypertextes, c’est-à-dire que le lecteur doit suivre un processus linéaire.

Il est à noter que quatre versions de l’œuvre sont disponibles en ligne : une version française, une version anglaise (Loss of Grasp), une version italienne (Perdersi) et une version espagnole (Perderse). Les quatre versions sont accessibles ici ou ici.

Résumé de l’œuvre

De nouveau, en nous appuyant sur La Valeur heuristique de la littérature numérique, nous allons résumer les six scènes présentent dans Déprise.

  • Scène 1 :

Dans la première scène, le lecteur est de suite transporté dans une dimension interactive et numérique puisqu’une voix robotisée l’invite à taper sur la touche dièse de son clavier. De plus, on lui demande d’activer sa webcam ainsi que d’activer ses enceintes. L’emprise de l’œuvre commence de suite. Le lecteur n’est pas obligé d’appuyer sur la touche dièse mais sur n’importe quelle touche de son clavier afin de commencer l’œuvre. Les premiers sons imitent une conversation téléphonique ou de groupe, les bruits sont assez confus et nous font perdre nos repères. Le lecteur doit situer son curseur de souris sur les phrases afin qu’elles se succèdent et fassent avancer la trame de l’histoire. Le passage d’une phrase à une autre fait apparaître de façon très brève une suite de lettres et de chiffres difficilement déchiffrables. Ceci semble rappeler le code informatique, directement lié au dispositif employé. Ce curseur va disparaître lorsque la phrase “Tout m’échappe” apparaît. A partir de cet instant,

le lecteur peut commencer à expérimenter gestuellement la déprise.

De plus, les mouvements du curseur vont faire apparaître des tâches de couleurs qui créent du son, des notes de musique et vont finir par recouvrir entièrement notre écran d’un fond lumineux.

  • Scène 2 :

La deuxième scène est dans la continuité logique de la première, étant donné que la première phrase apparaissant à l’écran est “Mais le rendez-vous était biaisé”, avec cette conjonction d’opposition qui vient créer un lien direct avec la scène précédente. Là encore, il s’agit de passer le curseur sur le texte pour faire avancer l’histoire et lire le reste de celle-ci. Une série de questions apparaît ensuite, et lorsqu’on passe le curseur sur chacune de celles-ci, une voix vient les lire, et une autre phrase aux mêmes sonorités mais néanmoins insensée apparaît pendant quelques secondes, comme s’il s’agissait de retranscrire la difficulté d’entendre parfaitement ce que dit le narrateur à sa future femme, parmi ce brouhaha sonore en arrière-fond. Un point d’interrogation apparaît dans la partie gauche de l’écran sur lequel il nous est possible de cliquer, laissant alors deviner une série de questions colorées et pixélisées, qui, si nous passons le curseur dessus, se font de plus en plus nombreuses et donc de moins en moins lisibles. On comprend alors rapidement que toutes ces suites de lettres constituent en réalité une image, comme un jeu à gratter. Cette représentation n’est autre que la femme dont nous parle le narrateur, elle devient de plus en plus nette à mesure qu’on bouge notre souris, et l’interactivité paraît alors essentielle.

photo 5 la femme

Serge Bouchardon indique que cette scène “se déroule vingt ans auparavant”, ce qui crée alors un contexte temporel qui inscrit davantage l’œuvre dans une narration plus traditionnelle. Il est également intéressant de relever une expression qu’emploie l’auteur pour qualifier l’action du narrateur dans cette scène, puisqu’il dit que ce dernier tente de “mettre à jour” cette femme “à l’aide de questions”. Cette expression de mise à jour se trouve d’ailleurs en italique dans son texte, et est donc significative pour le medium employé de nature informatique. En effet, selon la définition du dictionnaire de l’Internaute “mettre à jour” signifie “actualiser, moderniser, rajeunir. Action de mettre en conformité, de faire correspondre à l’état actuel du progrès, du savoir ou en fonction des dernières innovations, des derniers développements.” Appliquer cette définition à l’ensemble de cette œuvre de littérature numérique est donc pertinent, d’autant plus qu’elle entre en écho avec l’expression voisine « mettre au jour », signifiant dévoiler : c’est exactement ce que fait le lecteur par son geste.

  • Scène 3 :

La troisième scène se déroule vingt après, certainement à l’époque où le narrateur s’exprime, ce qui entre toujours dans le cadre d’une narration traditionnelle. On entre dans le présent de sa vie, de sa déprise. On y découvre un sentiment de confusion chez le narrateur qui ne sait pas si le mot laissé par sa femme est un mot d’amour ou de rupture. Le fait de confondre les deux possibilités n’est pas bon signe pour l’état personnel de l’homme narrateur. “Tout se brouille dans mon esprit”, cette pensée du narrateur peut expliquer pourquoi il n’arrive pas à comprendre de suite le sens de ce mot. En outre, cette scène par son interactivité offre deux analyses puisqu’il y a deux sens de lecture qui répondent à la question initiale de la scène. Selon le côté choisi par le lecteur pour pointer sa souris, le mot devient un mot d’amour ou un mot de rupture. En effet, si nous choisissons de positionner notre curseur sur la droite de notre écran, le texte va défiler du haut vers le bas sur un fond de musique classique et ainsi, il ressemble à un mot d’amour. “Le charme de notre rencontre s’est dissipé à présent et le moindre malentendu a vaincu notre amour ; je sais que pour toi c’est un choc”, sa femme se détache de lui peu à peu. Si le curseur de la souris est situé à gauche, le texte se présente dans le sens inverse sur un fond sonore plus sombre puisque la musique est jouée à l’envers. Dans ce sens-là, le texte s’inverse et donne place à une lettre de rupture. Dans cette troisième scène, Serge Bouchardon a choisi de se concentrer sur l’ambiguïté que certains mots de notre environnement peuvent prendre. En découvrant cette lettre, le narrateur n’a plus de repères et n’arrive plus à raisonner consciemment. Bouchardon implique le lecteur à expérimenter de nouvelles dimensions puisque par la gestuelle, celui-ci peut appréhender cette double interprétation.

photo 6 lettre

  • Scène 4 :

Cette quatrième scène met en avant, non plus la femme du narrateur, mais son fils qui semble s’éloigner de son père comme le fait sa mère. En effet, le fils est qualifié par le narrateur comme disposant “des mêmes armes que sa mère”, c’est-à-dire que le narrateur entre dès à présent en rupture avec les deux personnes qui lui étaient les plus proches : sa femme et son fils. Il n’arrive plus à créer de lien avec eux et ne voit que des doubles sens dans leurs propos. Peut-être que ce ne sont pas eux qui s’éloignent du narrateur mais lui qui crée une distance avec eux comme il n’arrive pas à se raccrocher à la vie ? En effet, le jeune fils présente une rédaction évoquant le sujet de l’héroïsme, “je n’ai jamais eu de héros” écrit-il ce qui vient bouleverser la réception du texte par le père. Celui-ci se présente en haut de la page comme une rédaction classique sauf le point final qui est situé un peu plus bas sur la page. Si nous passons notre souris sur le texte, le curseur en forme de main apparaît et nous indique que nous pouvons cliquer sur le texte. En le faisant, le texte est dispersé, certaines lettres volent et une nouvelle phrase apparaît sous nos yeux et est aussi prononcée par le fils. Nous avons pu en relever plusieurs : “bientôt je partirai”, “nous n’avons rien en commun”, “je ne veux rien de toi”, “tu ne me connais pas”, “je ne t’aime pas”, “je veux voler de mes propres ailes”, “tu n’es pas un modèle pour moi”. Ces petites phrases n’ont pas de place particulière dans le texte, elles peuvent être prononcées dans n’importe quel ordre et à n’importe quel endroit. Elles sont simplement le reflet de ce que le père lit à travers cette rédaction. Nous sommes, une fois de plus, dans une dimension à double sens puisque le père en se rendant compte que son propre fils rejette l’idée de héros se sent viser et ne lit plus correctement ce qui est écrit. Le père lit entre les lignes et cela est représenté par la dispersion du texte initial.

  • Scène 5 :

La cinquième scène commence par quelques interrogations que le narrateur se pose à lui-même : “Suis-je si peu présent ? Si modelable ? Ma propre image semble me fuir.”. A la suite de ces questions, le lecteur voit son reflet apparaître sur son écran d’ordinateur. Le lecteur découvre alors son visage complètement déformé et modifié et comprend le sentiment du narrateur qui avait l’impression que son image le fuyait. C’est tout à fait le cas pour le lecteur. Il est comme manipulé par son propre reflet. Après ce bref brouillage de repères, le narrateur se sent perdu et manipulé “Je me sens manipulé”. Cette scène est intéressante puisque le texte ne devient pas en lui-même une image car il est toujours situé en bas du cadre tout au long de ce cinquième chapitre mais le reflet du lecteur est par définition une image. Ainsi, Bouchardon joue sur les deux genres aussi bien que sur l’instantanéité car le reflet du lecteur est en temps réel. Cette image qui fuit le narrateur fuit aussi le lecteur et les met au même niveau.

Cette scène joue à la fois sur la perte de repères du narrateur et sur celle du lecteur. Les sentiments et impressions du narrateur sont facilement transposables à l’internaute derrière son écran puisque dès le début de l’histoire, il a tendance à penser qu’il maîtrise le déroulement des événements et se rend compte dans cette cinquième scène que lui aussi est manipulé lorsqu’il découvre son reflet. Ainsi, le lecteur est dans ce chapitre lui aussi en pleine déprise, il ne maîtrise plus rien.

photo 7 la caméra

Si nous n’autorisons pas l’utilisation de la caméra au début nous tombons sur la photo d’un homme. La personne représentée est toujours la même, mais son apparence change plus ou moins, puisqu’il s’agit d’une succession rapide de différentes photos de son visage, jamais identiques (changement de coupe de cheveux, de vêtements)…

  • Scène 6 :

Cette dernière scène commence par la phrase injonctive :”Il est temps de reprendre le contrôle”. Elle apparaît en bas de page laissant un large fond noir au-dessus. On peut découvrir très rapidement en bougeant notre souris des lettres qui tombent du haut de l’écran vers la phrase et qui disparaissent. Elles ne restent pas comme dans l’Hiver de For all seasons. Cette dernière scène est assez courte puisqu’après cette pluie de lettres, le narrateur nous laisse de nouveau dans une situation ambiguë en prononçant la phrase : ”Arrêter de tourner en rond.”. On peut se poser la question : à qui est destiné cet ordre ? Est-ce le narrateur qui s’exprime à lui-même ou est-ce qu’il s’adresse au lecteur qui effectue des mouvements circulaires avec sa souris en attendant que quelque chose se passe sur son écran ? La première hypothèse semble être tout de même plus plausible car le narrateur est en pleine reconstruction de soi-même et de repossession de ses moyens. Le narrateur ayant décidé de reprendre sa vie en main et de mieux la contrôler implique une évolution dans la prise d’interaction du lecteur. En effet, ce n’est plus avec sa souris qu’il va agir mais avec son clavier puisqu’un cadre de texte se dessine. De suite, le lecteur comprend qu’il doit écrire un texte. De nouveau, on retrouve ce jeu avec le lecteur puisque les lettres tapées sur le clavier ne correspondent pas à celles qui sont dans la zone de texte. Le doute peut être quelque peu palpable les premiers instants puisque la cadence de frappe est la même entre le clavier et l’écran. Le lecteur apparaît donc manipulé jusqu’à la fin de l’œuvre car il n’est pas maître de ce qu’il écrit. Ce texte semble être le renouveau de quelque chose, le narrateur veut se reprendre en main et avancer. Cependant, en pleine “reprise”, il retombe à nouveau puisque la dernière phrase de l’œuvre devrait être :”Enfin, je me suis repris”, les dernières lettres changent en fonction de ce que le lecteur écrit, mais elle s’arrête à “Enfin, je me suis repr”. Le lecteur est à la fois manipulé selon Bouchardon puisqu’il y a un écart entre ses attentes lorsqu’il manipule et ce qu’il constate à l’écran et dans l’incompréhension face à cette situation. En outre, le lecteur peut alors expérimenter la déprise du narrateur à travers cette gestuelle qui est pleine de sens puisque, le narrateur retombe dans une nouvelle déprise en plein milieu dans sa reprise.

Analyse littéraire de l’œuvre

Le thème de la déprise se trouve exploré et exploité sous différentes formes :

  • dans l’histoire même, à travers les scènes racontées.
  • dans nos gestes de lecteurs (par exemple, lorsque l’on tape sur le clavier dans la 6ème scène)
  • dans le principe même de l’œuvre numérique : paradoxe entre impression de maîtrise par l’interactivité et de perte de contrôle par le logiciel, le code informatique qui implique que nos choix seront toujours anticipés.

Cette œuvre nous donne à voir ce qu’on expérimente nous-mêmes, l’image de nous-mêmes pendant qu’on lit le texte est une sorte de mise en abyme. On retrouve des images au sens propre (femme, webcam) et figuré (reflet, métaphore). Le “Je” qui parle tend vers une implication du lecteur, parle pour nous, nous raconte son histoire, mais aussi de nous, expérimentant indirectement ce qui nous est narré. Le texte s’anime et prend alors une forme différente, il est en mouvement, n’est plus figé mais crée du sens ou un autre sens par son animation. C’est une façon de proposer une lecture plus évasive, on ne peut pas tout lire et donc tout savoir.

Bouchardon, alors qu’il évoque Déprise dans son livre La Valeur heuristique de la littérature numérique, emploie le terme de “narrateur-personnage” ou “narrateur” tout court pour désigner la voix qui nous parle durant cette lecture. Ainsi, il établit un rapport direct avec la littérature traditionnelle en lui empruntant sa terminologie. De la même façon, il utilise le terme de “lecteur” pour parler de nous, qui entrons en interaction avec l’œuvre, et celui de “raconter” dans la description préalable à l’entrée dans l’œuvre.

Néanmoins, il ne s’agit pas de chapitres comme on pourrait alors s’imaginer mais de “scènes”, ce qui semble davantage s’apparenter au théâtre, et pourrait se justifier par ce rapport existant entre le lecteur et l’histoire. Il y aurait donc un éventuel mélange des genres, cette œuvre permettrait d’associer récit (roman) et représentation (théâtre), faisant de la littérature numérique un genre hybride ou du moins le lieu d’une expérimentation de ce type. De plus, l’espace de lecture n’est jamais identique dans Déprise, et la page du livre n’est pas directement retranscrite, bien qu’un cadre assez restreint, mais invisible, soit tout de même défini.

III. Analyse théorique

        Dans nos deux œuvres que sont For All Seasons de A. Müller et Déprise de S. Bouchardon, nous pouvons remarquer, que pour Müller une partie de l’œuvre tient de la poésie animée, cependant l’autre partie tiendrait plus du texte traditionnel. Ce dernier s’oppose à la poésie animée car le texte peut s’imprimer, et donc il a un lien plus fort avec l’œuvre papier, alors que la poésie animée constitue un “nouveau média”. Elle ne peut pas s’imprimer et être perçue sur un autre support qu’un écran. Dans For All Seasons, les quatre pages qui précèdent l’animation tiennent du texte, alors qu’après, nous avons de la littérature animée, en raison des déplacements de lettres qui forment un dessin donc de la poésie animée. Pour Déprise l’ensemble est de la littérature animée.

La poésie concrète est “l’ancêtre” papier de la poésie animée, nous pouvons insérer dans cette poésie concrète les Calligrammes d’Apollinaire, car les mots forment des images, il y a un jeu sur la graphie. La poésie animée reste dans cette idée, car son animation construit ou déforme les mots afin qu’ils aient la même forme que l’objet nommé. Nous pouvons insérer l’œuvre de Müller dans cette poésie.

apollinaire calligramme

En ce qui concerne Bouchardon, lors de la dernière scène, où nous devons taper sur le clavier pour faire apparaître des lettres, le son est celui d’une vieille machine à écrire et toutes les scènes où le narrateur lit à haute voix ce qui apparaît à l’écran, tous ces éléments s’inscrivent dans cette poésie animée qui, elle-même, vient des poésies concrètes/visuelles et sonores des avant-gardes du XXe siècle.

Nous pouvons remarquer dans nos deux œuvres, que c’est le texte qui fait le lien entre les différentes parties qui composent l’œuvre. Philadelpho Menezes propose qu’

En littérature animée il faut concevoir le texte comme une circulation entre signes textuels, visuels…  et non plus comme une intégration de médias.

Grâce à son poème Rever (1998) il montre la modification entre le statut du mot et sa modification en figure graphique, comme dans For All Seasons.

En se référant à la définition de la littérature numérique selon Jean Clément, nous pouvons constater qu’une problématique et une tension se créent par rapport à nos œuvres. En effet, Jean Clément estime que

la littérature numérique détrône le texte de sa place centrale et, à la limite, est tentée de s’en débarrasser.

Il est intéressant de se pencher sur cette affirmation et d’en exploiter l’application ou non à Déprise et For All Seasons.

D’une part, nous pourrions considérer que, oui, ces deux œuvres font du texte un élément secondaire ou du moins aussi important que l’image. Dans Déprise cela est assez frappant, Bouchardon tentant apparemment de faire du texte une matière malléable, souple, voire soluble, qui s’efface et s’échappe. A plusieurs reprises, les mots viennent tomber jusqu’au bas de la page, comme s’ils étaient relégués à un rang inférieur, mineur. Par ailleurs, le texte est très souvent associé à autre chose : l’image d’un côté, de façon concrète à travers le portrait de la femme du narrateur, où plus l’image devient nette plus les mots deviennent proportionnellement illisibles, flous, ce qui crée un rapport d’opposition entre ces deux éléments. Et de l’autre côté le son, notamment dans la troisième scène, où la musique vient dominer en quelque sorte le texte. Cela étant, il ne faut pas oublier que le lecteur peut choisir de couper le son, et de ce fait de rendre au texte la place première qu’il occupe habituellement en littérature.

Dans For All Seasons, ce déséquilibre entre texte et image se fait de façon différente : en effet, le texte est toujours primordial, il est ce qui apparaît en premier, et nous ne pouvons accéder à l’image sans passer par ce texte. Et même quand l’image finit par apparaître, les mots sont toujours omniprésents. Néanmoins, leur caractère concret et leur authenticité varient selon les saisons. Alors qu’en été ils demeurent intacts, chaque mot formant un poisson, en hiver par exemple, les mots sont complètement déconstruits et réduits à de simples lettres formant autant de flocons. Nous pouvons d’ailleurs constater que cette désagrégation des mots est de plus en plus importante au fil des saisons, comme si le texte lui-même perdait de son sens alors que l’histoire avance et que les souvenirs défilent, faisant du passé et de la mémoire un espace de plus en plus vide ou du moins imprécis. Il s’agirait alors de tenter de le reconstruire.

D’autre part, il ne semble pas possible de faire de nos deux œuvres une illustration parfaite de la définition de Jean Clément. Alors que le texte n’est pas aussi essentiel que dans la littérature traditionnelle où il en est l’essence, il trouve tout de même sa place dans la littérature numérique, et y est réinvesti. Comme nous l’avons déjà mentionné, For All Seasons marque typographiquement et visuellement son rapport à la page et donc au texte figé habituel. De plus, le texte est le paysage que nous observons et avec lequel nous jouons. Sans les mots, les lettres, il n’y aurait ni pissenlits, ni poissons, ni feuilles, ni flocons. Et nous nous retrouverions, au mieux avec des tiges et un arbre nu, et au pire avec une page blanche. Ainsi, le texte est toujours présent dans cette œuvre et il est même nécessaire à son déroulement.

En ce qui concerne Déprise, cette idée est plus discutable, mais il est néanmoins certain que le texte porte tout le sens de l’œuvre. Comme nous le disions au préalable, sans le son, il ne reste presque que le texte. En outre, l’histoire regorge de termes faisant directement et explicitement référence au langage textuel : on parle de “mot”, “texte”, “rédaction”, “enfants-livres”. Le texte est ici l’objet même de la déprise, il est celui qui subit cette expérience de perte de contrôle. Les mots se détachent du contexte, les lettres se détachent des mots, le texte est donc au cœur de l’œuvre de Bouchardon en ce sens où il est toujours ce qui amène à l’image, au son, à l’interactivité. Ces derniers ne font qu’accompagner le texte, le relayer, lui apporter une “substance” particulière. Le texte forme ainsi une passerelle vers un au-delà expérimental et d’une nature différente.

Par conséquent, ces œuvres de littérature numérique semblent “détrône[r] le texte de sa place centrale”, mais en réalité, il est aisé de constater qu’il est le fil directeur de toute l’œuvre et donc en son absence, celle-ci n’aurait plus de sens et d’intérêt. Nous pourrions donc en conclure que le texte ne constitue pas, certes, à lui seul l’œuvre, mais qu’il en est tout de même l’élément principal, sur lequel repose tout le reste. For All Seasons et Déprise se réapproprient le texte afin d’en proposer un nouveau fonctionnement et intérêt, et de ce fait une nouvelle lecture, démultipliée et enrichie. Cela étant, les deux œuvres s’accordent dans l’une des catégories que propose Jean Clément. En effet, il s’agit bien d’œuvres “visibles”, qui correspondent au mode d’affichage de celles-ci.  Nous pouvons également “classer” ces œuvres dans les “récits cinétiques” mentionnés par Serge Bouchardon, qui renvoient au texte mis en mouvement, comme nous l’avons déjà vu au préalable.

En définitive, For All Seasons et Déprise nous ont permis de voir que le texte animé constitue un nouveau rapport à la littérature qui se trouve ainsi littéralement illustrée dans un cas, et figurativement dans l’autre. L’animation du texte permet à celui-ci de prendre vie et de donner à voir au lecteur une nouvelle forme de littérature qui se veut fondamentalement interactive, faisant de lui un véritable acteur de sa lecture.

Nos deux œuvres semblent par conséquent proposer un rapport inédit entre texte et image, voire son, dans le but d’associer ces éléments, parfois considérés comme distincts, dans le domaine littéraire du moins. Sans pour autant minimiser le texte et son importance, la poésie animée renouvelle donc par la même occasion les fondements de la littérature traditionnelle en lui apportant des media complémentaires ne pouvant être considérés que comme une source d’enrichissement littéraire. Le texte animé devient donc bien image de la littérature, au sens propre mais aussi figuré, tant il paraît souhaiter représenter la richesse et la malléabilité du texte.

Exposé présenté par Coline Morin, Camille Paillaud et Romane Robelet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *