Séance du 4/03 – Apparitions Inquiétantes d’Anne-Cécile Brandenbourger

L’Hypertexte de fiction

        Avant tout, et pour contextualiser le débat, nous rappellerons brièvement ce qu’est un hypertexte de fiction, et plus particulièrement l’œuvre d’Anne-Cécile Brandenbourger, Apparitions Inquiétantes. L’hypertexte de fiction est un récit fictionnel fondé sur l’utilisation de liens hypertextes pour relier des pages les unes aux autres.

Dans le cas d’Apparitions Inquiétantes, la diégèse est centrée autour d’une enquête policière. Cependant, les divers liens emmènent parfois le lecteur vers des récits secondaires. Il se peut aussi que les liens l’emmènent vers une impasse, en arrière, ou autre situation perturbante.

L’intérêt d’étudier l’hypertexte de fiction est que ce dernier interroge notre rapport au récit traditionnel. Afin de débattre de l’hypertexte de fiction, il a donc été décidé de faire l’expérience de l’œuvre de Brandenbourger en commun. Ce compte-rendu suivra en conséquence et pour une grande partie le cours de cette expérience.

        Pour commencer, et parce que l’expérience réalisée dans le cadre du TD n’a qu’effleuré l’œuvre, nous partirons des impressions du groupe ayant présenté celle-ci. Pour les trois, et malgré quelques différences dans le ressenti, il ressort que Apparitions Inquiétantes est en premier lieu frustrant. En effet, l’absence de repères et l’impossibilité d’avoir une vue globale perdent le lecteur. Ce dernier n’arrive pas nécessairement à avoir un parcours cohérent dans l’œuvre.

Puis, dans un second temps, l’ampleur du monde qu’offre le récit, sa richesse, poussent le lecteur à vouloir, comme Chris Winter1 , enquêter. Il apparaît donc que Apparitions Inquiétantes, qui déconcerte le lecteur par sa nature même, nécessite un temps d’adaptation et le développement de nouvelles stratégies de lecture pour être apprécié. Passons maintenant à l’expérience sur laquelle s’est basée le débat.

Comment entrer dans l’œuvre ?

        Avant d’être confronté à l’œuvre elle-même, le lecteur peut choisir plusieurs façons de rentrer dans celle-ci. La première consiste à commencer du début, c’est-à-dire la page désignée par l’autrice comme étant la première. Une deuxième méthode permet de se rendre aux derniers développements de l’histoire. Le lecteur peut aussi choisir de prendre une page au hasard, ou de se rendre sur un résumé d’où il pourra choisir entre plusieurs liens répartis dans différents paragraphes.

page d'accueil ai

Au moment de choisir, on a eu globalement deux réactions : commencer par le début ou par le résumé, ou prendre une page au hasard. Ceux qui ont choisi de commencer par la fin ont été minoritaires.

En effet, sur 31 étudiants présents, 15 ont souhaité « commence[r] par le début », aucun n’a voulu « découvr[ir] les derniers développements », 14 ont préféré avancer « de surprise en surprise » et 2 ont choisi le « rapide survol des faits ». 

On peut analyser le premier choix comme une approche traditionnelle de la fiction, avec les arguments suivants pour justifier du choix. Le premier de ces arguments était de dire que lorsque l’on commence un récit, on le commence à son début. Le second, celui-là avancé par ceux qui avaient choisi comme moyen d’entrer dans l’œuvre le résumé, était de dire que lorsqu’ils approchaient une œuvre, ils lisaient d’abord le résumé – la quatrième de couverture – pour s’en faire une idée.

De l’autre côté, ceux qui avaient choisi de se rendre sur une page au hasard laissaient en quelque sorte sa chance à l’hypertexte. Ils décidaient que, puisque l’œuvre le permettait, ce n’était pas dénué d’intérêt. La division opérée entre les lecteurs traduit donc deux façons d’appréhender l’œuvre.

L’hypertexte de fiction peut donc ou rebuter ou enthousiasmer le lecteur, en fonction de sa façon de percevoir ce que doit être un récit.

Enfin, le fait de ne pas choisir de commencer par les derniers développements de l’histoire a globalement été argumenté de la même manière par tout le monde : lire la fin gâche le suspense, élément important notamment dans le genre policier auquel appartient Apparitions Inquiétantes. Récit traditionnel et hypertexte de fiction semblent donc partager au moins ce point.

Le choix des liens : entre tenter de trouver des repères et se laisser porter par l’hypertexte de fiction

        L’expérience a été poursuivie à partir de la quatrième possibilité, le résumé, qui offrait le plus large ensemble de liens à activer. La page se présente de la façon suivante : plusieurs paragraphes résumant des éléments du récit et contenant des liens menant dans l’œuvre elle-même. Nous avons donc, chacun notre tour, choisi un lien et explicité ce choix. Là encore, plusieurs tendances sont apparues.

page résumé

Beaucoup ont choisi les mots « voyeur » (6 étudiant.e.s) et « psychopathe » (4 étudiant.e.s), tous deux situés au début du résumé et appartenant au lexique du genre policier. C’est là encore un choix qui relève d’une approche plutôt traditionnelle du récit, puisque l’on n’essaie pas de tester les particularités de l’œuvre. Plus loin dans le résumé, le lien « un endroit louche » a aussi été largement plébiscité, l’explication donnée étant qu’il convient de nouveau au genre policier.

Certaines personnes ont préféré quant à elles choisir des liens aux noms de personnages, s’attendant à tomber sur des portraits de personnages, ce qui était pour elles une tentative de trouver des repères, d’identifier les protagonistes du récit avant de s’y plonger.

Néanmoins, une partie non négligeable des étudiants a fait le choix du dernier lien, à savoir « des crimes futurs » (5 étudiant.e.s), avec comme horizon d’attente une éventuelle suite à l’histoire narrée dans Apparitions Inquiétantes. Or, Anne-Cécile Brandenbourger contrarie ici cet horizon d’attente en insérant dans son récit d’enquête contemporain une histoire se déroulant dans le futur.

des crimes futurs

Il ressort de ce constat et des discussions qui en ont découlé que cet effet déroutant est rendu possible par l’utilisation des liens hypertextes. De fait, dans un livre papier, ce brusque changement d’univers serait déroutant, mais le lecteur soupçonnerait une logique sous-jacente voulue par le livre et se laisserait porter en suivant les pages de façon linéaire, avec éventuellement une coupure propre due à un changement de chapitre. On peut trouver d’autres liens qui jouent à briser l’horizon d’attente, bien que d’une façon moins violente, comme « la fatale Magali » dont le portrait n’est absolument pas celui qu’on imagine.

fatala magali

Enfin, d’autres étudiants ont encore une fois voulu tester l’hypertexte de fiction en prenant des liens tels que « chez sa maman » ou « poireauter pendant des heures… », avançant que ces liens étant assez flous et inattendus, semblant même insignifiants dans le récit par rapport aux autres liens, ils en devenaient donc intéressants à explorer. Avec des choix extrêmes comme celui du lien « indues » qui ne laisse vraiment rien présager.

Tous ces choix différents montrent bien que l’hypertexte de fiction, en proposant un univers large et varié, peut intéresser chaque lecteur en fonction de ses préférences, de ce qu’il recherche ou attend de l’œuvre.

Conclusion

        En résumé, il est clair que l’hypertexte de fiction bouleverse nos habitudes de lecture. Bien que nous ayons étudié Apparitions Inquiétantes dans le cadre d’un cours d’introduction à la littérature numérique, et donc en étant prévenus de la nature particulière de l’œuvre, il apparaît clairement que nous avons été surpris. Horizon d’attente débouté, changement de cadre spatio-temporel… De plus, bien qu’on puisse voir apparaître une fracture entre les lecteurs tentant une approche traditionnelle et ceux se laissant porter par les possibilités de l’hypertexte de fiction, il est difficile de savoir quel sera l’impact de ce dispositif sur notre rapport au récit dans le futur. En effet, il est assez récent dans l’histoire de la littérature et peu pratiqué, le récit traditionnel avec un début, un fin et des péripéties entre les deux étant encore largement majoritaire (quand bien même il peut y avoir des analepses et des prolepses, la linéarité du récit traditionnel, notamment sous la forme du livre papier, donne des repères au lecteur).

Alors, l’hypertexte de fiction peut-il changer notre façon de percevoir le récit ? Il demande en tout cas la mise en place de nouvelles stratégies de lecture et l’acceptation de voir son horizon d’attente constamment contrarié. Du débat fait en cours, on peut toutefois dégager l’avis général que ce type de récit est certes intéressant, mais qu’il nécessite un travail plus important du lecteur, travail qui réduit l’immersion fictionnelle et peut le frustrer, voire même le dégoûter. L’hypertexte de fiction doit donc jouer sur d’autres enjeux, comme la richesse de l’univers qu’il déploie et la possibilité d’aiguillonner la curiosité du lecteur afin de le pousser à explorer l’œuvre. Enfin, la diversité des approches possibles permet à chaque lecteur d’avoir sa lecture, là où la rigidité du récit traditionnel balise la lecture.

Compte-rendu établi par Vladimir Lacroix

  1. C’est le détective du récit []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *