Spectaculaire littérature

        La dernière séance de l’atelier comparatiste de littérature numérique a eu pour but de permettre, par l’intermédiaire d’une question générale de type dissertation, un passage en revue problématisé des enjeux soulevés en cours de semestre. Nous nous sommes donc penché.e.s sur l’affirmation suivante :

Christian Vandendorpe considère que « l’apport le plus révolutionnaire de l’ordinateur comme « machine à lire » » se situe dans la « spectacularisation du texte ».1 A partir de vos connaissances des enjeux de la littérature numérique et des œuvres étudiées, partagez-vous ce point de vue ?

Analyse du sujet

        Ce sujet postule d’emblée que le numérique offre quelque chose en plus par rapport à la littérature classique : le débat est à resituer dans la question plus large des évolutions et/ou révolutions amenées par le numérique dans le champ de la littérature, et ce d’autant plus que le terme « révolutionnaire » est employé. Autrement dit, pour Christian Vandendorpe, le rôle de l’ordinateur dans le domaine de la littérature vient renverser les forces en présence et permet un renouvellement. Il faut alors rappeler que l’ouvrage fondateur de Christian Vandendorpe, Du papyrus à l’hypertexte, d’où est tirée cette citation, date de 1999 : c’est un contexte d’émergence et d’installation de plus en plus prononcée de l’informatique et d’internet dans le quotidien, c’est aussi une période d’effervescence du côté de la création numérique. Les plus vieux hypertextes ont déjà une dizaine d’années, et nous nous situons en plein dans ce que l’on a appelé ailleurs la bulle de l’hypertexte, voyant dans cette forme textuelle une possibilité d’émancipation du lecteur et de l’auteur, y voyant aussi le futur du livre et même de toute littérature.

        Le propos de Ch. Vandendorpe se concentre sur « l’ordinateur comme « machine à lire » » : il est donc à la fois question d’un outil, l’ordinateur – donc ni de la tablette tactile, ni de la liseuse, ni du smartphone, et pour cause : en 1999, ces technologies n’étaient pas encore d’actualité, ce qui ne nous empêche pas cependant d’élargir le propos de l’auteur, avec prudence  –, et de son usage. Ce qui semble intéresser ici l’auteur est d’une part la dimension mécanique du dispositif informatique, et son but, permettre la lecture. Comment alors comprendre cette expression, « machine à lire », volontairement mise en relief (ou bien mise à distance ?) par Ch. Vandendorpe via l’usage des guillemets ? On pourra orienter la discussion du côté des gestes induits par le dispositif informatique pour le lecteur et du côté de la matérialité textuelle qui en découle (on se plongera ainsi avec profit dans le compte-rendu de Writing Machines de Katherine Hayles), mais on pourra aussi réinscrire cette question dans la dialectique émancipation/contrainte impliquée par le dispositif numérique. Plus simplement, l’ordinateur comme « machine à lire » est peut-être une façon de désigner le support informatique (en dehors, donc, de son investissement littéraire en tant que dispositif), une façon de parler de ces œuvres hors du livre : que lit-on, comment lit-on en dehors du livre ? Dans cette perspective, c’est le compte-rendu de Rhétorique du texte numérique d’Alexandra Saemmer qui pourra être consulté. On notera enfin que Ch. Vandendorpe n’évoque pas l’ordinateur comme « machine à écrire » – étant entendu que la « machine à lire » y fait immédiatement référence – ce qui peut nous amener à nous interroger sur la portée de ce propos : faut-il inclure dans notre réflexion l’analyse des textes numériques en eux-mêmes, voire la démarche de création, ou se contenter d’explorer la réception des œuvres numériques, ainsi que le titre de l’ouvrage de Ch. Vandendorpe pourrait nous y inciter ? On pourra éventuellement élargir la réflexion en tenant compte de cette remarque.

        Mais le point central de la citation réside dans sa fin : la dimension la plus révolutionnaire de la révolution numérique en littérature se situe du côté de la « spectacularisation du texte ». La difficulté consiste donc à définir, de la façon la plus nuancée et la plus riche possible, cette notion de spectacularisation et de spectaculaire.  La spectacularisation, d’abord, renvoie à une action, celle qui consiste à « transformer un événement, une action en spectacle, de le rendre spectaculaire ». Autrement dit, il s’agirait bien de faire passer le texte, en quelque sorte, d’un état à un autre, notamment d’un état statique vers une mise en scène, en mouvement, en action. De ce fait le texte acquiert une spectacularité, c’est-à-dire le « fait de se présenter comme un spectacle, d’être ressenti comme un spectacle » (Trésor Informatisé de la Langue Française). Avant d’en venir aux définitions du spectacle et du spectaculaire, un détour par l’étymologie peut s’avérer pertinent : en effet, la notion de spectaculaire, dérivée du substantif spectacle lui-même emprunté au latin spectaculum, a trait à ce qui est visible, à partir de la racine verbale specto, « regarder, observer, contempler » (Gaffiot). On peut dès à présent garder en tête les classifications de la littérature numérique, et notamment la tripartition proposée par Jean Clément, entre la littérature dite lisible, visible, et scriptible : la révolution offerte par la machine informatique consisterait donc à faire passer d’un régime de lisibilité à un régime de visibilité.

        Plus précisément, le spectacle se définit donc comme « ce qui se présente au regard », voire « ce qui attire l’attention, éveille des réactions ». Il ne s’agirait donc pas simplement d’un transfert du texte vers l’image, de la lecture textuelle vers une expérience de réception plus globale, mais d’un transfert s’accompagnant d’un effet de saisissement, de fascination. Le spectaculaire en effet, c’est ce qui « frappe la vue, l’imagination par son caractère remarquable ». Par quels moyens le texte littéraire, pris dans la « machine à lire » informatique, se fait-il spectacle ? Il serait intéressant ici de convoquer les différents moyens de cette mise en scène frappante (dimension cinétique ou hypertextuelle par exemple, mais aussi esthétique de la frustration). Nous pouvons supposer que cet effet de fascination, de surprise voire d’émerveillement réside dans le bousculement de notre horizon d’attente : nous avons pu le voir dans les différents exposés, les habitudes de lecture sont bouleversées, le lecteur est souvent destabilisé par l’état même du texte qu’il a à lire. Cette destabilisation et cette fascination peuvent alors se comprendre comme cet « attrait irrésistible et paralysant exercé par le regard sur une personne, un animal » (Trésor informatisé de la Langue Française) : le texte numérique, spectaculaire, serait alors paralysant. On peut enfin mentionner une connotation associée à la notion de spectacle, et de spectaculaire : le spectacle peut se définir comme le fait de « s’exposer » ou « d’être exposé » au regard d’autrui, voire « d’attirer l’attention » sur soi ; dès lors, est spectaculaire quelque chose qui « fait beaucoup d’effet sans être de grande portée ». La critique de la superficialité des œuvres littéraires numériques n’est pas loin, et il serait pertinent ici d’évoquer, en guise de contrepoint à la dimension fortement positive du propos de Ch. Vandendorpe, la possibilité que ce spectaculaire soit une forme d’affichage, ne valant que pour soi, sans véritable visée littéraire, voire qu’il détourne le lecteur du texte lui-même. Autrement dit, la question ici est celle des effets du numérique : valent-ils pour eux-mêmes ou pour le renforcement éventuel qu’ils permettent des enjeux proprement littéraires des textes ? Nous retrouvons ici un débat qui s’est déployé tout le long de l’atelier : quelle est la valeur littéraire de ces œuvres numériques ?

        Enfin, n’oublions pas que la notion de spectacle implique un public : cela est important à prendre en compte dans le cadre de la réception qui est le nôtre dans cette approche. Comment le lecteur de littérature numérique devient-il un public ? En quoi les modalités de la lecture traditionnelle – individuelle, silencieuse, immobile – sont-elles transformées par le dispositif informatique ? Cela peut permettre de convoquer des œuvres participatives ou des installations littéraires numériques dans le champ d’investigation.

Pour aller plus loin : consulter le numéro 1 de la revue Adhoc portant sur le spectaculaire, et lire notamment l’introduction.

cropped-S10-escher-2.gif

Problème

        On peut percevoir deux problèmes généraux dans lesquels s’inscrit cette proposition de Ch. Vandendorpe : tout d’abord, le débat concernant la portée (r)évolutionnaire du dispositif numérique dans le champ de la littérature ; ensuite, plus spécifiquement, la question des mutations induites dans le faire littéraire et dans la lecture par l’intervention du médium informatique. C’est le deuxième champ qui nous intéresse. En d’autres termes, le propos de Ch. Vandendorpe répondrait à la question « Que fait le numérique à l’état du texte littéraire et à sa lecture ? ».

Thèse

        Ce que nous comprenons de la position de Ch. Vandendorpe à partir de cette citation est que le dispositif informatique, à mettre sur le même plan que les innovations techniques ayant accompagné le texte depuis toujours (écriture, papyrus, imprimerie, machine à écrire…), offre quelque chose de radicalement nouveau, permettant une révolution du texte. Cette révolution se situe dans un passage d’un régime de lisibilité vers un régime de visibilité.

Problématique

        Notre problématique doit tourner autour de cet effet spectaculaire identifié par Ch. Vandendorpe. Nous pouvons, notamment, nous interroger sur cette portée du spectaculaire : l’effet de fascination qu’il produit, révolutionnaire pour Ch. Vandendorpe, ne détourne-t-il pas en fin de compte du texte lui-même ? Par cette formulation, nous jouons sur le terme de « révolution » (qui implique un mouvement de rotation : nous retrouverons ce jeu lexical dans la troisième partie), et nous émettons un doute quand à la direction que prendrait cette métamorphose : vers plus ou moins de littérarité ? En fond, la question reste de savoir si le numérique est un véritable vecteur d’innovations littéraires ou un simple gadget.

S10 escher 3

Plan

I. Du lisible au visible : spectaculaire littérature

  1. Un changement de régime de réception (visible>lisible)
  2. Qui peut se penser comme une révolution (poser les termes du débat, montrer les effets de fascination)
  3. Et qui engendre un nouveau statut pour le lecteur, liée à une nouvelle pratique (intime>public + les pratiques impliquées)

II. Quand la littérature se donne en spectacle, l’ordinateur fait-il écran ?

  1. Mais vision ancrée : dispositif « poudre aux yeux » ? (rappel de la « bulle de l’hypertexte » par exemple)
  2. Vers une littérature gadget ? (des innovations qui n’apportent rien aux enjeux purement littéraires)
  3. Lecture à l’écran, lecture de l’écran ? (l’écran de l’ordinateur/de la tablette qui fait écran à la lecture : les effets paralysants de la fascination)

III. Spe(cta)culaire littérature

  1. Élargissement du champ des possibles littéraires (pousser à son terme les expérimentations du XXe siècle)
  2. Permettant un retour sur soi et un approfondissement des enjeux même de la littérature par l’expérimentation de ses frontières (évoquer les œuvres à la limite vues pendant le semestre)
  3. Changer le regard sur la littérature : ouvrir vers de nouveaux questionnements (par exemple, la matérialité des textes et des œuvres, au-delà du numérique > faire retour sur ce qui existe déjà).

S10 escher 7


Illustrations : M. C. Escher

 

  1. Vandendorpe, C., Du papyrus à l’hypertexte : essai sur les mutations du texte et de la lecture, Editions La Découverte, 1999, p. 126 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *