L’Avènement du livre électronique, simple transition ?, Jean Clément

« L’avènement du livre électronique, simple transition ? », Jean Clément

Article paru dans Apprendre avec le multimédia, où en est-on ? en 1997. 

CR jean clément

        A travers cet article, nous prenons connaissance de l’évolution des différents supports d’écriture ainsi que l’apparition du livre sur écran entraînant une progression du point de vue de la réception, de l’usage de l’informatique et d’internet (créé en 1978) pour les lecteurs « traditionnels » du livre papier. Le programme de générateur combinatoire de textes littéraires de 1959 ainsi que l’atelier de la Littérature Assistée par la Mathématique et les Ordinateurs (ALAMO) de 1981 qui se donne pour objet de concevoir des « littéraciels » c’est-à-dire des programmes à mi-chemin de la littérature et du logiciel, permettant la génération d’œuvres littéraires de façon automatisée (par exemple : le littéraciel Un conte à votre façon de Queneau, permet au « lecteur-intéracteur » de créer un conte à partir d’une base de données en arrière-fond), participent tous deux à la naissance de la littérature numérique.

        L’avènement du livre électronique évolue au cours des années, c’est pourquoi l’on peut affirmer que ce dernier est non pas une simple transition mais une évolution progressive. En effet, son développement est parallèle à celui du multimédia et des outils informatiques permettant la création et la diffusion de textes de plus en plus numérisés. Il permet au lecteur d’intervenir dans l’œuvre (« feedback ») comme par exemple dans Le Livre des Morts de Xavier Malbreil et Gérard Dalmon qui renvoie à un poème numérique interactif accompagné d’un forum pris en compte et intégré au poème. En parallèle, on peut noter le cybertexte qui met l’accent sur l’organisation mécanique du texte : littérature ergodique (retourner le livre, lire en miroir).

        En complément de ce compte rendu au sujet de l’hypertexte, on peut retenir le propos de Jean Clément qui définit l’hypertexte comme

un texte non linéaire qui peut être parcouru en sautant d’un fragment à l’autre grâce à des liens explicités. Le lecteur a plus l’impression de visiter un univers romanesque fragmenté, non orienté et foisonnant que de suivre le fil de l’histoire.

Ainsi, notre rapport au texte évolue avec l’émergence et la diffusion de la littérature numérique en France et en Europe. Ce dispositif entraîne un impact sur le lecteur. Le web bascule vers le modèle de linéarité avec la logique de l’immédiateté et du temporel. Comme le résume de manière simple et directe (selon moi) Jean Clément dans sa préface à Un Laboratoire de littératures – Littérature numérique et internet de 2013, la littérature numérique est une littérature problématique :

en passant du papier au numérique, elle oblige à reconsidérer la question de son support, à tenir compte de son dispositif de réception. Le texte n’est plus séparable de son environnement technique, il est contaminé par les médias avec lesquels il partage son espace, il n’est plus que le résultat, la partie visible d’un ensemble de programmes et de processus. La littérature numérique détrône le texte de sa place centrale et, à la limite, est tentée de s’en débarrasser.

Après vous avoir présenté brièvement le contenu de l’article et avoir ajouté quelques éléments pouvant le compléter, je vous laisse le soin de consulter le compte-rendu de l’article de Jean Clément.

Accéder au compte-rendu.

Compte-rendu établi par Marie Clotteaux. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *