Séance du 18/03 – La Disparue de S. Seguin, C. Iran et M. Lulin

La littérature interactive

        Pour commencer, nous avons parlé du rapport entre la littérature et le ludisme. Le jeu est défini comme une

Action libre, sentie comme « fictive » et située en dehors de la vie courante, capable néanmoins d’absorber le joueur.

Le rapport entre les deux thèmes se fait autour de l’univers de la fiction et les deux reposent sur l’illusion. Si la narration et le jeu vidéo racontent tous les deux des histoires avec des personnages, cependant dans les jeux vidéos, on assiste à deux perspectives critiques : les narratologues et les ludologues.

        Dans la deuxième partie du cours, Isabelle Riquet, Lucie Langouet et Maëva Desmottes nous ont présenté l’oeuvre vidéoludique La Disparue qui a été créée par Médéric Lulin, Sophie Seguin et Cécile Iran. C’est une enquête à la première personne sur internet où il faut sauver une jeune femme, Elizabeth. Pour ce faire, nous devons chercher des informations en cliquant sur les hyperliens qui nous dirigent vers différentes pages dans lesquelles se trouvent les indices qui vont nous permettre de sauver la jeune femme.

Capture d’écran (226)

La question qui a été posée est la suivante : est-ce de la littérature ou sommes-nous réellement dans l’univers du jeu ? Ou bien, avons-nous affaire à un mélange des deux ?

Lucie a pensé que c’était une oeuvre un peu difficile. Elle a eu du mal à rentrer directement dans le jeu. Elle a bien aimé, mais elle a trouvé les fonds sonores agaçants. Elles nous ont expliqué que c’était les bruits de la ville que l’on entendait avec les gens qui passent, les voitures qui klaxonnent…

Isabelle a pensé que c’était plus du jeu que de la littérature, même s’il y a beaucoup d’informations à lire sur le bureau de l’inspecteur et dans la chambre de la jeune femme. Elle pense qu’il y a des informations sur le premier ordre qui ne servent pas vraiment à grand chose pour le déroulement de l’enquête, mais simplement à remplir les vides. Elle a eu beaucoup de mal à trouver la porte. Mais, ce qui lui a plu c’est le fait qu’il y ait deux fins possibles : soit l’héroïne est sauvée si l’interacteur entre le bon code, soit elle meurt. Elle a dit que c’était un peu comme les livres dont vous êtes le héros. Puis elle a fait un parallèle avec une autre oeuvre : Au coeur d’une nuit sans étoiles.

Capture d’écran (225)

Quant à Maëva, elle a beaucoup aimé suivre l’enquête. Elle a trouvé que c’était une oeuvre immersive et interactive. C’est un challenge personnel . C’est un jeu vidéo avec un esprit littéraire ( si on lit toutes les petites notes qu’il y a autour ) c’est une littérature ludique, on lit et on joue en même temps.

Elles ont posé la question à Sophie Seguin et des créateurs du jeu, elles voulaient savoir si à leurs yeux c’était plus un jeu vidéo ou une oeuvre littéraire. Elle leur a répondu qu’ils l’avaient conçu comme un jeu d’enquête.

        A la fin de la séquence, les filles nous ont présenté le jeu vidéo qu’elles avaient créé : La Noyée. L’oeuvre déploie le même esprit que La Disparue, on suit l’inspecteur qui enquête sur l’enlèvement d’une jeune femme. Le jeu se présente sous la forme d’un document powerpoint envoyé par mail, contenant une situation initiale lançant l’enquête, et différents éléments informatifs que le lecteur peut déplacer. Le lecteur-interacteur doit alors trouver une piste pour avancer dans l’oeuvre et espérer sauver la jeune femme : il lui faut envoyer un mail aux créatrices du jeu pour indiquer les indices. Si ceux-ci sont les bons, alors le lecteur-interacteur obtient le document suivant et peut continuer son enquête. Elles nous avaient envoyé le lien pour y jouer mais n’ayant pas d’ordinateur, je n’ai pas pu le faire. Mais Automne et Amandine ont réussi à aller jusqu’au bout et elle ont donné leur point de vu durant la séance, elles nous ont dit qu’elle avaient trouvé le jeu intéressant et qu’elles avaient même été plus curieuses. Pour elles le côté littéraire résidait dans l’écriture des messages électroniques qu’elles envoyaient aux créatrices du jeu. Elles se sont prises au jeu et attendaient avec impatience les réponses à leur enquête. 

CR disparue CR disparue 2

        Nous nous sommes enfin posé la question de savoir si la prise en charge de la narration ne passait pas par autre chose. Par exemple par le scénario : il faut une intrigue dans dans un jeu vidéo et peut-être que le côté littéraire repose sur cela car le scénario reste tout de même une oeuvre littéraire.

Compte-rendu établi par Elodie Zogo. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *