Séance du 26/02 – For all Seasons, A. Müller et Déprise, S. Bouchardon

Le texte animé

        Pouvons-nous considérer que la littérature animée est de la littérature ? Tout d’abord, le texte semble perdre sa place centrale par manque d’habitude de lire/voir/écouter de la littérature animée. Le lecteur est en effet détourné du texte lui-même, occupé à manipuler, comprendre et cheminer à travers les méandres informatiques et ses contraintes. Mais refuser ce mouvement de l’œuvre pour se concentrer sur le texte reviendrait à passer à côté de l’œuvre. Il en serait de même en opérant inversement, c’est-à-dire délaisser le texte pour le mouvement : ne serait abordé que le premier niveau de l’œuvre.

        Ce n’est donc pas de la littérature au sens fermé et traditionnel du terme, mais un travail qui joue contre la littérature. Aucune catégorie ne peut lui être réellement attribuée : ce n’est pas un film, ni une œuvre musicale, ni un tableau. Si l’on remonte aux racines de ce travail, ne reste que la littérature mais, comme nous l’évoquions plus haut, une littérature que les auteurs cherchent à détruire, déconstruire plus justement, le domaine des arts graphiques s’y insinuant largement. La notion d’écran est alors manipulée. Un texte de littérature « traditionnelle » sera toujours le même, transposé sur un support numérique. Néanmoins, la littérature animée cherche à faire écran à notre réception de l’œuvre, à contrer nos habitudes de lecteur. Le texte devient image. Mais les réflexes et habitudes de lecture persistent. Le lecteur considère ce travail comme de la littérature, a une vision trop étroite et se cantonne à l’aborder tout d’abord par le texte et ensuite par ses mouvements. C’est une des raisons pour lesquelles la littérature animée peine à trouver son public. Le dispositif numérique fait obstacle à la littérature textuelle. Il s’agirait donc pour le lecteur d’accepter de repenser le texte pour repenser la littérature, de se délester d’une vision figée du texte là où les auteurs de littérature numérique cherchent justement à insuffler une évolution, voire une révolution, sur les conventions d’écriture et de lecture. Frédéric Madre considère qu’il ne s’agit plus de l’associer à de la littérature :

Il faut s’efforcer de sortir de la littérature car ce n’en est fondamentalement pas, l’ « e-criture » c’est du domaine de l’image et non du texte […]. Je pense que c’est la faute de l’écran, que c’est l’écran qui empêche le texte et présente, forcément, de l’image.

Plusieurs questions se posent donc : l’image acquiert-elle une supériorité sur le texte ? Est-il possible de concilier les deux dans un rapport égalitaire, au même niveau de réception ? Dans tous les cas, une tension certaine se crée entre le texte et l’image, le lecteur hiérarchisant (plus ou moins consciemment) les deux médiums ; postulat qui, loin d’être immuable, s’applique selon les habitudes du lecteur et demeure fort contestable.

        Il faut bien percevoir ces œuvres comme des jeux avec le lecteur où celui-ci s’implique complètement dans l’acte de lire, il n’est plus l’entité passive qui reçoit les mots et leurs sens mais agit directement sur l’œuvre, la manipule (ou se fait manipuler) à son tour, ses actions et décisions influant sur le déroulement des événements. L’œuvre devient, selon l’expression de Serge Bouchardon dans son article du même nom, un récit littéraire interactif. L’immersion est certes annihilée mais la poéticité n’en est que renforcée. Les mots se matérialisent, prennent une forme et reviennent à ce qui est, finalement, la base du travail poétique.

Compte-rendu établi par Morgane Lavigne.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *