Poétique du hasard et de l’aléatoire en littérature numérique, Jean Clément

« Poétique du hasard et de l’aléatoire en littérature numérique »,  Jean Clément.

Article paru dans Protée, volume 39, numéro 1, au printemps 2011. 

        Hasard et aléatoire désignent par définition ce qui nous échappe, ce qu’on ne peut prévoir. L’homme les manipule pourtant depuis des temps immémoriaux. Leur place la plus évidente est celle qu’elles occupent dans le jeu : jeux de dés, jeux de cartes, jeux vidéo. Mais ces deux notions ont depuis toujours servi la création artistique. Elles sont sans doute plus que jamais mises en valeurs dans les créations depuis la deuxième moitié du XXème siècle, notamment avec la musique aléatoire développée par John Cage ou Earle Brown. Elles prennent une place toute particulière en littérature où elles constituent un élément clé de la littérature numérique. Présentes autant dans la création que dans la consommation de cette littérature, hasard et aléatoire constituent la rupture discursive et sémiotique de la littérature numérique.

        Il convient d’abord de définir les termes « aléatoire » et « hasard », trop souvent confondus. Aléatoire vient du latin alea qui signifie « Jeux de dé, hasard ». Un événement aléatoire se dit d’un événement dont on peut déterminer quelques indices sur ses chances de réalisation, il tombe alors sous les lois du calcul des probabilités. L’aléatoire suppose un événement et un processus. Les philosophes des lumières ont défini le hasard comme étant la cause ignorée d’un effet connu duquel serait responsable le « Dieu Horloger ». Le mathématicien Cournot le définit comme la rencontre de deux séries causales indépendantes. Cette définition semble plus pertinente pour le cas de la littérature numérique qui repose sur la rencontre imprévisible du processus informatique avec l’intervention du lecteur sur ce processus.

        On a pu reprocher à la littérature numérique son aspect désordonné. Cependant nombre de scientifiques, notamment en physique, ont démontré que désordre et ordre s’interpénètrent perpétuellement dans les structures primordiales de la matière. Le désordre s’inscrit donc, au même titre que l’ordre, au cœur de l’univers. C’est bien là ce que beaucoup d’avant-garde chercheront à faire comprendre. Du hasard, perçu depuis longtemps comme un accident de matière, peuvent naître des structures inédites, des trouvailles artistiques.

        Mais ces formes bouleversent : les artistes tels que Marcel Duchamp ( dans « erratum musical » par exemple) remettent en cause une conception linéaire et raisonnée, dominante dans l’art occidental. Aujourd’hui, la lecture d’un livre n’est pas nécessairement faite de façon linéaire, on feuillette, on saute des passages. L’invention du livre au XIIème siècle contribue à cette dé-linéarisation avec les rajouts progressifs de pagination, d’index de références et aboutie à des modes de lectures « à saut et à gambade » selon l’expression de Montaigne. Les ouvrages encyclopédiques préfigurent ainsi l’hypertexte informatique, au centre de la littérature numérique, donnant l’opportunité de découvrir au hasard de la lecture : c’est ce qu’on appelle la sérendipité. Certains auteurs renforcent cette liberté. Les genres brefs ou fragmentaires (aphorismes, fables) se prêtent bien aux lectures aléatoires. Certains auteurs vont même jusqu’à préparer un mode d’emploi pour une lecture non linéaire.

        Poussant cette idée d’un hasard en dispositif, Queneau écrit Cent mille milliards de poèmes, un dispositif génératif puissant. On appelle dispositif stochastique le dispositif d’énonciation reposant sur l’aléatoire lui même régi par des contraintes structurantes. Dans le domaine de l’aléatoire l’avantage de la machine tient à sa capacité illimitée à tirer dans des bases de données textuelles. Son réel défi est de parvenir à la production d’énoncés syntaxiquement et sémantiquement acceptables. Quand l’aléatoire est maîtrisé selon des critères linguistiques il reste invisible et imperceptible au lecteur, son intérêt réside alors dans l’infinie variation. Ainsi l’accent est mis sur le processus au détriment de la production : il en résulte une véritable poétique du processus.

        D’après la définition de Cournot c’est le mot rencontre qui permet de mieux comprendre comment le hasard peut intervenir dans la création : c’est la rencontre du lecteur avec le texte. La présence de ce hasard relève du paradigme de la combinatoire mais elle y ajoute une dimension phénoménologique car le hasard suppose un sujet face à un phénomène. La dimension décisionnelle touche autant le lecteur, dans le choix de lecture, que l’auteur, dans le choix d’écriture. Il s’agit alors d’un phénomène général car c’est l’interactivité qui caractérise toute création artistique de littérature numérique.

        Le hasard prend plusieurs figures en littérature depuis les commencements. Il peut prendre les traits de la providence divine ou bien conduire les héros picaresques dans leurs aventures. Diderot et Voltaire l’ont placé au cœur de leur fiction narrative, l’utilisant comme moteur de l’intrigue. Il est dit dans l’incipit de Jacques le fataliste que le texte est une réalisation possible parmi celles qui ne seront jamais écrites. L’idée d’une littérature arborescente, ou structurée en carte (Carte du Tendre), n’est donc pas nouvelle.

        La littérature numérique offre avec ses liens hypertexte un vaste espace hypertextuel, vecteur de rencontres hasardeuses. Le lecteur n’a alors qu’une vue locale du dispositif. Cette possibilité d’exploration est appelé l’hyperaction numérique. Cette hyperaction numérique relève d’un espace topologique, elle fait cohabiter dans un voisinage différents espaces textuels. Mais l’hypertexte n’est qu’une branche de l’interactivité. Le lecteur sollicite une réaction de la machine qui elle-même sollicite une réaction du lecteur produisant un effet de hasard au sens de Cournot : la rencontre de la causalité de la machine avec celle du geste d’un interlocuteur. De cette rencontre naissent de nouvelles figures discursives relevant d’une sémiotique du mouvement et de la manipulation.

        Certains sont réticents à cette littérature car ils voient là l’abandon de la maîtrise de l’auteur sur son texte. L’Oulipo, contrairement à ce qu’on pourrait immédiatement penser, se définit comme anti-hasard car, au hasard, l’Oulipo oppose le calculable. On peut définir l’aléatoire littéraire comme un mécanisme formel associé à un ou plusieurs processus algorithmiques destinés à produire des énoncés par combinaison d’énoncés textuels ou infratextuels. L’ordinateur dessine ainsi une esthétique de l’éphémère. L’aléatoire est à la fois la signature de l’œuvre numérique programmée et le procédé de création. Le hasard en littérature numérique est donc la figure que prend l’aléatoire pour un interlocuteur. Il agit comme le Minotaure qui nous égare dans son labyrinthe.

Compte-rendu établi par Dorian Moulart. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *