Littérature et réseaux sociaux

Littérature et nouvelles formes de communication : les blogs et la twittérature

        L’entrée de la littérature dans les blogs et les réseaux sociaux ces vingt dernières années a permis peu à peu une littérature démocratisée, accessible à tous. En effet, la transmission par les réseaux sociaux entraîne une littérature participative. On prendra comme exemple le Tiers-Livre de François Bon et ses ateliers d’écriture, mais aussi la forme de blog d’Eric Chevillard pour L’Autofictif et enfin, la twittérature, son accès libre et l’Institut de Twittérature Comparée. Cependant, on constate que cette participation peut se trouver réduite, que ce soit à travers la forme figée proposée par E. Chevillard qui permet le partage mais pas les commentaires, l’accès payant pour l’intégralité du Tiers Livre ou l’ITC qui produit sans échanger, et ne joue pas sur les hashtags ou les RT.

        On peut donc se demander si la littérature réinvestit les réseaux sociaux à l’heure où le numérique est à la démocratisation et à la discussion participative ou si elle se pose toujours comme œuvre littéraire offerte à la simple consultation des lecteurs.

1) François Bon : Le Tiers Livre

        François Bon est un écrivain de nationalité française né en 1953. La publication de son premier roman en 1982 (Sortie d’Usine) va faire connaitre ce passionné de littérature, qui va commencer en 1991 une recherche continue dans le domaine des ateliers d’écriture qui sera adressée à tout le monde. Touche-à-tout (théâtre, publication d’une trilogie sur le rock’n’roll ou sur l’écrivain américain H. P. Lovecraft), il est principalement occupé par son site, fondé en 1998, qui accueille l’ensemble de son travail et constitue sa principale plateforme de recherche et création.

Le titre de Tiers Livre provient d’une référence à Rabelais (Tiers-Livre ou Tiers livre des faits et dits Héroïques du noble Pantagruel – 1546), Rabelais qui est selon lui son « compagnon depuis longtemps ». Le site se présente sous la forme d’une infinité de liens hypertextes qui tissent un dédale de pages connectées les une aux autres. On observe aussi la présence d’autres médias avec une chaîne Youtube, des liens vers des livres imprimés / livres électronique et un fil Twitter.

        Une des parties les plus importantes du site est celle dédiée aux ateliers d’écriture, qu’ils soient par thèmes ou qu’ils soient réalisés conjointement par François Bon et ses lecteurs. Ce n’est donc pas tant le Web qui change l’auteur de littérature mais bien l’auteur de littérature qui se sert du Web afin d’ouvrir son atelier d’écriture à tous et d’avoir une plus grande proximité avec son public dans le cas de François Bon et du Tiers Livre.

2) L’Autofictif d’Eric Chevillard, une œuvre de fiction dans le réel

        L’autofiction est une écriture fictionnelle de l’autobiographie. Prenant appui à la fois sur la réalité et l’imaginaire, les auteurs d’autofiction proposent une redécouverte du monde à travers une écriture spontanée et personnelle. Le terme même est un néologisme proposé en 1977 par Serge Doubrovsky. Laurent Jenny (université de Genève), parle de double origine, à la fois littéraire et universitaire, et pose la question de la sincérité d’une telle production. Il définit l’autofiction comme un « détournement fictif de l’autobiographie », soit de manière stylistique (type de langage, procédés), soit de manière référentielle (contenu et son rapport à la réalité).

A. Robbe-Grillet et S. Doubrovsky critiquent le style narratif de l’autobiographie :

L’autofiction est d’abord définie par une liberté d’écriture, un refus du style littéraire. Mais cette opposition de forme entraîne aussi des différences de contenu.

L’autofiction deviendrait une écriture de l’inconscient, où le « moi » laisse place au « ça ». Elle serait une démocratisation de l’autobiographie, réservée aux « grands », grâce à son style, à sa spontanéité, à la mise de côté d’une histoire exemplaire. La spontanéité de l’écriture autofictive partirait à la rencontre de la réalité brute.

Pour Vincent Colonna, l’autofiction est une « fictionnalisation de l’expérience vécue », qui brouille les pistes entre fiction et réalité. Et Laurent Jenny précise :

l’autofiction serait un récit d’apparence autobiographique mais où le pacte autobiographique est faussé par des inexactitudes référentielles.

Ceci contribue à atténuer le lien avec la réalité, de trois façons :

  • l’atténuation morale : pour masquer une réalité qui peut être trop dérangeante
  • justification esthétisante de l’autobiographie : statut fictif = statut littéraire.
  • fable heuristique : la fiction apporte ce qui manque à la vérité de l’autobiographie

L’autofiction qui part d’un JE narrateur portant le même nom que l’écrivain, n’est presque jamais linéaire. Les sauts de temps, de strates de la temporalité, de l’histoire, sont agencés dans le but que le lecteur ne s’identifie pas forcément au narrateur (autofictif.org)

Éric Chevillard est né le 18 juin à la Roche-sur-Yon. Il se définit ainsi :

Purs morceaux de délire selon certains, ses livres sont pourtant l’œuvre d’un logicien fanatique. L’humour est la conséquence imprévue de ses rigoureux travaux.

Il commence à publier son blog L’Autofictif le 18 septembre 2007, et le nourrit de trois billets ou fragments de 2 à 8 lignes quotidiens. C’est une sorte de journal extime, néologisme de Jacques Lacan repris par Michel Tournier, qui s’oppose au journal intime, car il explore le territoire extérieur à l’auteur et non son intimité, dans une visée à la fois littéraire et sociologique.

L’utilisation d’Internet permet un renouvellement de formes et n’est pas vue comme une contrainte. Pour Éric Chevillard, internet est un deuxième monde offrant la possibilité de « petites écritures libres de toute injonction ». L’autofictif est ainsi une sorte d’autoportrait sans être une autobiographie. Il dessine un personnage qui ne parle pas anglais, mal adapté au monde, ne conduit pas de voiture. Chevillard auteur bascule en Chevillard personnage. Univers fictif est créé à partir de trois fondements : méfiance envers la langue, angle inédit du monde et aucun préjugé.

En janvier 2009, les éditions L’Arbre vengeur publient un premier volume, puis en janvier 2010, un deuxième et un troisième en janvier 2011 : ces publications n’apportent aucune modification aux textes en ligne, qui sont alors effacés du blog.

Pour Éric Chevillard,

Ces pages publiées ici sans retouches, parce qu’un livre sera toujours le terme logique de mes entreprises, pourront être lues comme la chronique nerveuse ou énervée d’une vie dans la tension particulière de chaque jour.

L’univers de Chevillard se construit sur la confrontation d’un esprit logique face à des réalités absurdes, à l’actualité, fait référence à une œuvre passée, ou présentent des réflexions sur l’écriture du monde littéraire de manière ironique. En voici quelques extraits :

Lors des émeutes en banlieue : « Mon contemporain n’a pas découvert le feu. Il n’a pas inventé la roue. Certes. Mais, synthétisant hardiment les travaux de ses pères, il aura été le premier à enflammer un pneu. »

Il commente le réel : « J’ai eu tort de laver mes carreaux. Dehors, c’est plus sale encore. »

Autodérision. « Je ne suis pas collectionneur, mais il y a dans ma bibliothèque quelques livres fort rares et que bien peu de personnes possèdent. Je me flatte en outre de les avoir écrits. »

Il présente son travail ainsi :

L’idée au départ était justement d’être souverainement libre, qu’il s’agisse du format (si peu apprécié des éditeurs) ou des contenus : tous azimuts. […] Mais je construis le petit triptyque quotidien juste avant de le poster, […] avec l’envie souvent de donner à lire les notes les plus récentes. […] Enfin, je publie mon billet vers minuit.

Il qualifie son écriture  comme

Des décharges nerveuses, des parades et des ripostes, des épées tirées et des sabres avalés. Des pensées d’idiot affectant la forme sentencieuse que le sage affectionne, ou au contraire des idées auxquelles je tiens lancées comme des plaisanteries. En fait, je crois que je n’en sais rien. Tout est possible dans ce carnet, des formes élaborées, des griffonnages, toutes sortes de tentatives hasardeuses, de spéculations, de paradoxes.

Je dois reconnaître qu’Internet offre à l’écrivain l’expérience inédite de la présence, le direct, lui qui semblait voué à ne pouvoir jamais exister qu’à contretemps de ses contemporains, comme s’il évoluait de son vivant même à la manière d’un fantôme, dans la brume d’une indécidable et toujours virtuelle postérité. Paradoxalement, donc, c’est ce monde virtuel d’Internet qui lui permet de prendre corps dans l’époque et de vivre l’écriture comme un art martial, où le réflexe compte autant que la méditation.

 L’Autofictif peut se voir comme une littérature de la démocratisation par le choix de sa forme d’écriture et de son lieu de publication, cependant il conserve un statut d’œuvre littéraire à travers sa forme non participative et son aboutissement en livre.

3) Introduction à la twittérature

        Qu’est ce que la twittérature ? Peut-on envisager twitter comme lieu de production littéraire, et quels effets produit ce média à l’exercice littéraire ? La Twittérature, selon le site de l’Institut de twittérature comparée, est composée de  l’ensemble des textes littéraires publiés sur Twitter sous forme de gazouillis (tweet). OUvert en 2006, Twitter est un réseau social dont le concept consiste en un  microblogging. Il permet aux utilisateurs de publier une pensée, un avis, un commentaire ; mais contrairement à d’autres réseaux sociaux, il possède une contrainte, celle du  nombre de caractères restreints qui s’élève à 140. L’utilisateur a donc l’obligation de composer son tweet en s’efforçant de faire au plus court, tout en essayant de faire passer son idée de la manière la plus claire possible. La contrainte va donc fortement conditionner le twittérateur.

        On peut envisager ce réseau social comme une lieu d’échange de réflexions, de pensées sur le quotidien. C’est un canal très utilisé aujourd’hui, que cela soit dans la diffusion d’informations que dans la l’expression d’une opinion ou d’une réflexion. On peut le considérer comme une zone de discussions publiques ou privées, un canal d’information pour la presse, un endroit d’échanges.

Si aujourd’hui, Twitter est très peu vu comme un lieu d’expérimentations littéraires, rien ne s’oppose réellement au fait que la plateforme puisse être un outil de production littéraire. La contrainte du nombre de caractères peut être acceptée comme une forme fixe, et par conséquent, les twittérateurs se doivent de développer de nouvelles techniques de  rhétorique. Avec la twittérature, ce réseau devient un médium de diffusion de nano-textes qui privilégient l’exploration formelle en travaillant sur l’imaginaire, la réflexion, le jeu formel, la contrainte stylistique, etc. On remarque que l’utilisation des signes usuels de twitter ont tendance à ne pas apparaître ; @, #, http. L’espace de production de textes littéraires de petit format va user au contraire de la métaphore, allitérations, jeux de mot… Dès lors, la question de la rhétorique devient prépondérante : il faut canaliser dans un format de 140 caractères ou moins l’imaginaire, l’émotion ou la réflexion.

        On peut envisager le Keitai Shosetsu au japon comme le précurseur de la twittérature. Ce sont des romans écrits sur téléphones cellulaires (portable) : ils portent l’appellation de  « celluroman » ou« cellu-lit ». On en retrouve peu en Europe, cette technique s’étant largement développée au Japon. Les différentes influences de cette twittérature peuvent être le haïkus japonais, le roman feuilleton du 19ème ( romans publiés au fur et à mesure dans des journaux), les cadavres exquis des surréalistes ou encore les expériences littéraires de l’oulipo.

Historiquement, voici les différentes productions sur Twitter :

  • En 2008, Laurent Zavack publie une nouvelle érotique sur twitter du nom de « on l’appelait Sodomy », uniquement en sms que s’envoient les personnages de l’histoire. L’oeuvre est ensuite publiée sur papier (mai 2009) après avoir été prépubliée sur twitter (environ 230 pages sur papier).
  • Matt Ritchel, journaliste et blogueur au NY Times : créateur du terme « twiller » dérivé de thriller et twitter.
  • Thierry Crouzet : twiller, roman intéractif « Croisade »
  • Arjun Basu, auteur montréalais anglophone, écrit des « twisters » sur twitter depuis 2008, gagnant d’un Shorty Awards en 2010 catégorie littéraire.
  • En 2009 : Apparition officielle du terme twittérature, lié au livre Twitterature – The World’s Greatest Books in Twenty Tweets or Less publié par Alexandre Aciman et Emmett Rensin (Penguin House). C’est une transcription humoristique de plusieurs classiques de la littérature en 20 tweets ou moins, dans l’esprit de la plate-forme dont la devise est «  what are you doing ? » (le début du livre est consultable sur le site amazon en anglais, on peut y lire notamment un résumé de L’étranger de Camus).
  • Matt Stewart, américain, publie son 1er roman en mini-blogs sur twitter. Il s’agit d’une retranscription d’un roman refusé par les éditeurs, plutôt qu’une création de twittérature.
  • Au Québec : Buboneka, twiller, twitteroman, twhorreur, twhorrifique.

La twittérature propose différents genres, styles, visées, visions : on peut noter l’absence de fil de discussion avec le fav, ou le hashtag par exemple, cela permet de n’utiliser que des mots dans le format contraint du tweet ( joue avec les attentes du réseau, qui fonctionne notamment avec le hashtag et le retweet). On retrouve dans la twittérature des allusions structurales, thématiques à des genres littéraires tels que la poésie, le conte, la légende, le récit, l’essai, la réflexion, l’humour, la stance, le verset… On retrouvera également la forme brève comme la maxime, l’aphorisme (sentence), ou l’apophtegme (précepte). Pour lire une œuvre d’un twittérateur comme un roman, le récit peut être lu à l’envers ( tweeter au fur et a mesure), ou à l’endroit,  le twittérateur va dans ce cas twitter à l’envers.

Au niveau des tendances, même si ce genre reste fermé quand au format, au contraire il est ouvert à beaucoup d’autres aspects de la littérature comme les jeux stylistiques. Le twittérateur va user de figures de styles dans son tweet, avec par exemple l’allitération, le parallélisme, ou encore la métaphore, les métonymies, les allégories… Les procédés les plus souvent utilisés sont le glissement d’humour, la personnification, l’allitération, la comparaison, les tropes, les antithèses et oxymorons.

L’institut de twittérature comparée publie un manifeste à l’attention des twittérateur qui complète ce panorama. Il publie aussi un catalogue recensant une partie de la production.

        Aujourd’hui la twittérature continue à exister, Twitter reste un réseau social très utilisé. La twittérature a tendance à se démocratiser, notamment avec la création d’événements dédiés à cette littérature particulière (surtout au Québec). On peut considérer cet espace comme un lieu d’expérimentations littéraires au même titre que la littérature en blog. L’utilisation d’internet permet aux auteurs de se frotter à de nouvelles techniques de publication et de s’exercer à un nouvel enjeu. Même si cette pratique reste largement marginale au vu de la production globale de twitter, on continue à voir fleurir de nouvelles créations de twittérature assez régulièrement.

Cf_ToaTWEAAslsB

, Fr. 13096, 14th c.

        On peut constater que la question de la légitimité d’une œuvre littéraire à travers ces différents réseaux sociaux se pose. La forme littéraire employée par l’utilisation des blogs ou de twitter n’est guère conventionnelle, mais on peut penser au contraire que cela ouvre de nouvelles perspectives en matière de création. Internet et les réseaux sociaux sous-entendent un partage au plus grand nombre, et dans certains cas, la possibilité d’une participation à l’élaboration de l’œuvre. Même si cela se fait à différents niveaux, ces canaux de diffusion de l’information permettent dans une certaine mesure une plus grande liberté de création (pour les blogs) et une nouvelle façon de s’exercer à l’écriture (twitter). On peut donc considérer ces œuvres comme des œuvres littéraires à part entières.

Accéder au diaporama.

Exposé présenté par Mathurin Boizart, Marie Benoît et Léna Baudon. 


2 réflexions au sujet de « Littérature et réseaux sociaux »

    1. Bonjour,

      Et merci pour votre commentaire. Effectivement, publier sur internet ne suffit pas, nous en avons discuté en classe (cet article est un condensé de l’exposé des étudiants) et cette question a été au cœur des débats de l’atelier (nous avions réfléchi à une « définition » en début de semestre, autour de l’idée d’une exploitation littéraire du dispositif numérique : https://acolitnum.hypotheses.org/44). Mais je laisse les étudiants vous répondre !

      Quant à l’historique que vous proposez, il figure dans un autre article sur la question (https://acolitnum.hypotheses.org/404) et a été mentionné lors de la séance en classe, car c’est en effet une référence très riche 🙂

      Merci encore de votre passage sur le carnet de recherche !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *