Tous les articles par vladimirlacroix

Séance du 4/03 – Apparitions Inquiétantes d’Anne-Cécile Brandenbourger

L’Hypertexte de fiction

        Avant tout, et pour contextualiser le débat, nous rappellerons brièvement ce qu’est un hypertexte de fiction, et plus particulièrement l’œuvre d’Anne-Cécile Brandenbourger, Apparitions Inquiétantes. L’hypertexte de fiction est un récit fictionnel fondé sur l’utilisation de liens hypertextes pour relier des pages les unes aux autres.

Dans le cas d’Apparitions Inquiétantes, la diégèse est centrée autour d’une enquête policière. Cependant, les divers liens emmènent parfois le lecteur vers des récits secondaires. Il se peut aussi que les liens l’emmènent vers une impasse, en arrière, ou autre situation perturbante.

L’intérêt d’étudier l’hypertexte de fiction est que ce dernier interroge notre rapport au récit traditionnel. Afin de débattre de l’hypertexte de fiction, il a donc été décidé de faire l’expérience de l’œuvre de Brandenbourger en commun. Ce compte-rendu suivra en conséquence et pour une grande partie le cours de cette expérience.

        Pour commencer, et parce que l’expérience réalisée dans le cadre du TD n’a qu’effleuré l’œuvre, nous partirons des impressions du groupe ayant présenté celle-ci. Pour les trois, et malgré quelques différences dans le ressenti, il ressort que Apparitions Inquiétantes est en premier lieu frustrant. En effet, l’absence de repères et l’impossibilité d’avoir une vue globale perdent le lecteur. Ce dernier n’arrive pas nécessairement à avoir un parcours cohérent dans l’œuvre.

Puis, dans un second temps, l’ampleur du monde qu’offre le récit, sa richesse, poussent le lecteur à vouloir, comme Chris Winter1 , enquêter. Il apparaît donc que Apparitions Inquiétantes, qui déconcerte le lecteur par sa nature même, nécessite un temps d’adaptation et le développement de nouvelles stratégies de lecture pour être apprécié. Passons maintenant à l’expérience sur laquelle s’est basée le débat.

Comment entrer dans l’œuvre ?

        Avant d’être confronté à l’œuvre elle-même, le lecteur peut choisir plusieurs façons de rentrer dans celle-ci. La première consiste à commencer du début, c’est-à-dire la page désignée par l’autrice comme étant la première. Une deuxième méthode permet de se rendre aux derniers développements de l’histoire. Le lecteur peut aussi choisir de prendre une page au hasard, ou de se rendre sur un résumé d’où il pourra choisir entre plusieurs liens répartis dans différents paragraphes.

page d'accueil ai

Au moment de choisir, on a eu globalement deux réactions : commencer par le début ou par le résumé, ou prendre une page au hasard. Ceux qui ont choisi de commencer par la fin ont été minoritaires.

En effet, sur 31 étudiants présents, 15 ont souhaité « commence[r] par le début », aucun n’a voulu « découvr[ir] les derniers développements », 14 ont préféré avancer « de surprise en surprise » et 2 ont choisi le « rapide survol des faits ». 

On peut analyser le premier choix comme une approche traditionnelle de la fiction, avec les arguments suivants pour justifier du choix. Le premier de ces arguments était de dire que lorsque l’on commence un récit, on le commence à son début. Le second, celui-là avancé par ceux qui avaient choisi comme moyen d’entrer dans l’œuvre le résumé, était de dire que lorsqu’ils approchaient une œuvre, ils lisaient d’abord le résumé – la quatrième de couverture – pour s’en faire une idée.

Continuer la lecture de Séance du 4/03 – Apparitions Inquiétantes d’Anne-Cécile Brandenbourger

  1. C’est le détective du récit []