Archives de catégorie : Expérience

Séance du 18/03 – La Disparue de S. Seguin, C. Iran et M. Lulin

La littérature interactive

        Pour commencer, nous avons parlé du rapport entre la littérature et le ludisme. Le jeu est défini comme une

Action libre, sentie comme « fictive » et située en dehors de la vie courante, capable néanmoins d’absorber le joueur.

Le rapport entre les deux thèmes se fait autour de l’univers de la fiction et les deux reposent sur l’illusion. Si la narration et le jeu vidéo racontent tous les deux des histoires avec des personnages, cependant dans les jeux vidéos, on assiste à deux perspectives critiques : les narratologues et les ludologues.

        Dans la deuxième partie du cours, Isabelle Riquet, Lucie Langouet et Maëva Desmottes nous ont présenté l’oeuvre vidéoludique La Disparue qui a été créée par Médéric Lulin, Sophie Seguin et Cécile Iran. C’est une enquête à la première personne sur internet où il faut sauver une jeune femme, Elizabeth. Pour ce faire, nous devons chercher des informations en cliquant sur les hyperliens qui nous dirigent vers différentes pages dans lesquelles se trouvent les indices qui vont nous permettre de sauver la jeune femme.

Capture d’écran (226)

La question qui a été posée est la suivante : est-ce de la littérature ou sommes-nous réellement dans l’univers du jeu ? Ou bien, avons-nous affaire à un mélange des deux ?

Continuer la lecture de Séance du 18/03 – La Disparue de S. Seguin, C. Iran et M. Lulin

Séance du 4/03 – Apparitions Inquiétantes d’Anne-Cécile Brandenbourger

L’Hypertexte de fiction

        Avant tout, et pour contextualiser le débat, nous rappellerons brièvement ce qu’est un hypertexte de fiction, et plus particulièrement l’œuvre d’Anne-Cécile Brandenbourger, Apparitions Inquiétantes. L’hypertexte de fiction est un récit fictionnel fondé sur l’utilisation de liens hypertextes pour relier des pages les unes aux autres.

Dans le cas d’Apparitions Inquiétantes, la diégèse est centrée autour d’une enquête policière. Cependant, les divers liens emmènent parfois le lecteur vers des récits secondaires. Il se peut aussi que les liens l’emmènent vers une impasse, en arrière, ou autre situation perturbante.

L’intérêt d’étudier l’hypertexte de fiction est que ce dernier interroge notre rapport au récit traditionnel. Afin de débattre de l’hypertexte de fiction, il a donc été décidé de faire l’expérience de l’œuvre de Brandenbourger en commun. Ce compte-rendu suivra en conséquence et pour une grande partie le cours de cette expérience.

        Pour commencer, et parce que l’expérience réalisée dans le cadre du TD n’a qu’effleuré l’œuvre, nous partirons des impressions du groupe ayant présenté celle-ci. Pour les trois, et malgré quelques différences dans le ressenti, il ressort que Apparitions Inquiétantes est en premier lieu frustrant. En effet, l’absence de repères et l’impossibilité d’avoir une vue globale perdent le lecteur. Ce dernier n’arrive pas nécessairement à avoir un parcours cohérent dans l’œuvre.

Puis, dans un second temps, l’ampleur du monde qu’offre le récit, sa richesse, poussent le lecteur à vouloir, comme Chris Winter1 , enquêter. Il apparaît donc que Apparitions Inquiétantes, qui déconcerte le lecteur par sa nature même, nécessite un temps d’adaptation et le développement de nouvelles stratégies de lecture pour être apprécié. Passons maintenant à l’expérience sur laquelle s’est basée le débat.

Comment entrer dans l’œuvre ?

        Avant d’être confronté à l’œuvre elle-même, le lecteur peut choisir plusieurs façons de rentrer dans celle-ci. La première consiste à commencer du début, c’est-à-dire la page désignée par l’autrice comme étant la première. Une deuxième méthode permet de se rendre aux derniers développements de l’histoire. Le lecteur peut aussi choisir de prendre une page au hasard, ou de se rendre sur un résumé d’où il pourra choisir entre plusieurs liens répartis dans différents paragraphes.

page d'accueil ai

Au moment de choisir, on a eu globalement deux réactions : commencer par le début ou par le résumé, ou prendre une page au hasard. Ceux qui ont choisi de commencer par la fin ont été minoritaires.

En effet, sur 31 étudiants présents, 15 ont souhaité « commence[r] par le début », aucun n’a voulu « découvr[ir] les derniers développements », 14 ont préféré avancer « de surprise en surprise » et 2 ont choisi le « rapide survol des faits ». 

On peut analyser le premier choix comme une approche traditionnelle de la fiction, avec les arguments suivants pour justifier du choix. Le premier de ces arguments était de dire que lorsque l’on commence un récit, on le commence à son début. Le second, celui-là avancé par ceux qui avaient choisi comme moyen d’entrer dans l’œuvre le résumé, était de dire que lorsqu’ils approchaient une œuvre, ils lisaient d’abord le résumé – la quatrième de couverture – pour s’en faire une idée.

Continuer la lecture de Séance du 4/03 – Apparitions Inquiétantes d’Anne-Cécile Brandenbourger

  1. C’est le détective du récit []

Un Conte à votre façon, Raymond Queneau

 

Un conte à votre façon, Raymond Queneau, 1967

Cet article parlera d’Un conte à votre façon écrit par Raymond Queneau en 1967 ainsi que de sa remédiatisation en 2009 par Gérard Dalmon. La première partie sera basée sur une approche théorique de l’œuvre papier, la seconde traitera de la remédiatisation en livre numérique. Mais pour commencer, nous allons présenter brièvement Raymond Queneau et l’OuLiPo qu’il a fondé conjointement avec François Le Lionnais en 1960.

Raymond Queneau (1903-1976) était un romancier, poète et dramaturge français. En 1960, il fonde l’OuLiPo avec François Le Lionnais (1901-1984) qui était un mathématicien épris de littérature.

image 2

Avec l’OuLiPo (Ouvroir de Littérature Potentielle), le groupe littéraire cherche, à l’aide des mathématiques, à créer de nouveaux langages, de nouveaux textes, à inventer une nouvelle façon de concevoir la littérature grâce à l’écriture sous contrainte. Sachant qu’une contrainte peut en cacher une autre. Mais en 1981, après la mort de Raymond Queneau, l’OuLiPo fait scission et certains de ses membres fondent l’Alamo (association pour la littérature assistée par la mathématique et les ordinateurs).

Nous passons maintenant au Conte à votre façon et à son approche théorique. En effet, certains professeurs se sont penchés sur la construction de ce conte original et avant-gardiste.

Hélène Campaignolle-Catel (professeure à la Sorbonne qui fait des recherches sur les écritures de la modernité depuis 2008 et qui enseigne l’histoire littéraire, la littérature culture et société ainsi que les techniques de l’oral et de l’argumentation) qualifiait Un conte à votre façon d’ « un récit ‘arborescent’ ».

Alain Vuillemin (professeur qui fait des recherches sur la littérature anglaise et française du XXème, sur les littératures étrangères d’expression française, sur la littérature comparée et nouvelles technologies, sur l’informatique littéraire et sur la littérature générée par ordinateur) pensait l’oeuvre comme « un récit à déroulement multiple ».

Grâce au schéma ci-dessous, nous pouvons illustrer leurs propos. En effet, dans Un Conte à votre façon, l’intrigue débute avec une phrase initiale, « Désirez-vous connaître l’histoire des trois alertes petits pois ? », et deux propositions « Si oui, passez à 4 / Si non, passez à 2 ». La construction du conte suit ce schéma initial qui laisse toujours une possibilité au lecteur. Ce qui fait de lui un réel acteur de sa lecture, qui elle devient individuelle. On peut également noter que les propositions du conte s’opposent (action de rêver ou de ne pas rêver) ou se différencient (gants de velours noirs ou gants de velours bleus). En effet, selon Claude Brémond (sémiologue), « il y a une nécessité de ne jamais poser une fonction sans poser en même temps la possibilité d’une option contradictoire ».

image 3

Ce conte apparaît comme un texte bref et comique, se rattachant aux genres littéraires narratifs mineurs comme le conte et la fable à la manière de Perrault, La Fontaine et Grimm. Mais il apporte également une nouveauté au genre car le lecteur doit devenir acteur de sa lecture. Le genre du conte est un genre souple et enclin au démembrement, ce qui a permis à Raymond Queneau de le renouveler plus facilement grâce à des techniques combinatoires. C’est un genre qui ne connait pas d’unité de temps, d’action et de lieu (contrairement à la fable). L’intrigue du conte est construite sur une suite de comédies enchâssées les unes dans les autres. Il y a une réelle volonté de divertir.

Même si Queneau a renouvelé le genre, il n’est pas le premier. Il s’est inspiré des travaux de Propp, surtout de son œuvre Morphologie du conte publiée en 1928 qui traite des unités de mots, de séquences et de narrations. Pour lui, les fonctions sont des unités narratives minimales que l’on retrouve d’un conte à l’autre. Mais ces fonctions émiettent le récit et ne prennent pas en compte les motivations initiales du récit et c’est là que les fréquences narratives interviennent car elles permettent de prendre en compte les motivations des personnages. Chaque séquence correspond toujours au schéma ternaire suivant :

  1. Ouverture d’une possibilité

  2. Passage à l’acte                                                

  3. Aboutissement de l’action : succès ou échec

 

image 4

Découvrons maintenant, le livre dans toutes ses formes. En effet, le livre papier de ce conte a donné lieu à des remédiatisations et nous nous pencherons principalement sur celle de Gérard Dalmon datant de 2009.

image 5

Raymond Queneau, dans Un Conte à votre façon, ouvre la voie au récit hypertextuel (système de renvois permettant de passer d’un lien à un autre selon des chemins préétablis ou élaborés lors de la construction). En effet, le conte préfigurait dans sa structure même une application interactive propice aux adaptions informatiques. On se demande alors s’il est possible de parler de texte hypertextuel à propos du livre papier.

Pour Serge Bouchardon (Professeur des Universités en Sciences de l’information et de la communication, dont les recherches sont l’écriture numérique, le récit interactif, la création numérique et la littérature numérique) disait: « On peut parler de proto-hypertexte à propos de Un conte à votre façon dans la mesure où ce récit propose des nœuds  (numérotés de 1 à 21) reliés par des liens (du type :  » si oui, passez à 4″) ».

Pour lui l’équivalent du lien hypertexte dans la lecture classique (papier) serait le mouvement oculaire qui permet de passer d’un nœud d’information à l’autre.

Même si l’on peut parler d’hypertextualité pour le livre papier, d’après Serge Bouchardon et la définition même de l’interactivité, « il n’y a pas véritablement d’interaction si le récit n’est pas accessible via un programme informatique », car « la possibilité d’embranchements variés dans la trame textuelle ne suffit pas à définir une écriture interactive ». En effet, dans la définition donnée par Le Petit Robert de la Langue Française, l’interactivité est « une activité de dialogue entre l’utilisateur d’un système informatique et la machine, par l’écran ».

Comparons maintenant l’aspect esthétique de nos deux œuvres. Nous pouvons déjà relever quelques similitudes qui lient la version papier à la version numérique comme le même nombre de liens, l’intrigue initiale qui reste la même. De plus, les pages de la version numérique correspondent aux numéros présents devant la partie du récit. Néanmoins, nous remarquons quelques divergences esthétiques. En effet, dans la version numérique, on peut voir des points devant les choix possibles alors qu’il n’y a rien devant les choix de la version papier. Dans les deux versions, l’intrigue est complètement oubliée, en faveur de l’esthétique combinatoire. Toutefois, dans la version numérique, l’intrigue est encore plus oubliée car elle est parasitée par les couleurs, la musique, la vitesse de lecture imposée au lecteur. Il a d’autres choses à voir que l’histoire en elle-même. Notons également que le format papier interdit tout suspens au lecteur lors de sa lecture puisqu’il a toutes les possibilités sous les yeux contrairement à la version numérique qui se dévoile selon ses choix.

Une grande différence que nous pouvons noter est la divergence entre les deux fins. Dans la version papier :

image 6

Il est important que ces deux fragments soient sur la même page sinon « Dans ce cas » et « également » perdraient leurs sens.

Mais dans la version numérique, Le segment 21 du livre se trouve être la phrase de fin avant un dernier choix. Cette version serait moins pertinente sur papier où l’ensemble des « aventures » possibles est, à défaut d’être lu, du moins sous les yeux. Donc il est possible de les découvrir à la première lecture, ou du moins de les apercevoir. De plus, la fin du conte est clairement représentée.

image 7

L’article est maintenant terminé.

  • S’il vous a plu, retournez au sommet de la page

  • Si non, fermez la page

Article proposé par Automne Eveillard et Amandine Carpentier

Continuer la lecture de Un Conte à votre façon, Raymond Queneau

La Littérature générée : l’auteur en question

La littérature générée : l’auteur en question

Objet du jour : Mes Contre-haïkus de Jean-Pierre Balpe et, plus généralement, la question de la littérature générée et ses implications.

        On a pu voir dans l’expérimentation d’Un Conte à votre façon que la combinatoire textuelle posait la question de l’auteur. En effet, nous avons vu d’une part que la combinatoire, notamment dans l’emploi qu’en fait Queneau, était liée à la mécanisation du fait littéraire, qui ouvrait la voix au fantasme du robot-poète suggéré par Boris Vian ; d’autre part, dans l’expérimentation de l’œuvre de Queneau dans sa version papier comme numérique, nous avons pu nous apercevoir que la littérature combinatoire avait pour but de laisser une grande place au lecteur. Le titre même de l’œuvre de Queneau le dit bien : il s’agit pour le lecteur de réaliser, par sa lecture, un conte « à sa façon », c’est-à-dire, en quelque sorte, d’en devenir le co-auteur. Nous avons vu ce que ce projet impliquait en termes de liberté d’action pour le lecteur, et la différence entre la version papier et la version numérique était dans cette perspective assez importante. Nous nous intéressons alors de près, dans cet article, à une modalité spécifique de la combinatoire et de la mécanisation de la littérature : la génération textuelle

  1. Les principes de la génération textuelle

        Les remarques et réflexions apportées ici sont issues des propos et articles de Jean-Pierre Balpe, qui est le représentant majeur de la génération textuelle en France. Avant d’aborder son projet général, dans lequel s’inscrivent les Contre-haïkus, de génération textuelle à la croisée des genres littéraires, il nous semble important de préciser les choses concernant la génération textuelle. Nous avons montré, dans un précédent article, que la génération textuelle apparaissait souvent dans les typologies génériques de la littérature numérique. Jean Clément, par exemple, l’institue en modèle de ce qui relève du lisible : l’œuvre produit automatiquement, de façon programmée, un texte que le lecteur lit à l’écran, et avec lequel il n’a pas nécessairement d’interaction. Philippe Bootz, dans Les Basiques : la littérature numérique, définit précisément le générateur de texte comme

« un programme qui crée du texte à partir d’un ensemble de règles qui constituent une grammaire et d’un ensemble d’éléments préconstruits qui forment un dictionnaire ».

Le générateur de texte profite alors du fait que la littérature repose sur des structures récurrentes, qui distinguent par exemple les genres entre eux – le retour à la ligne voire la présence de rimes désignant sans trop de doute le genre poétique, tandis que la présence de chapitres, ainsi qu’une certaine longueur, font signe vers le roman – pour exploiter cette dimension structurelle, identifier des formes qui peuvent alors être systématisées au sein d’une base de données, dans laquelle le programme viendra piocher.

S5 storystructure

Continuer la lecture de La Littérature générée : l’auteur en question

Un Conte à votre façon : Les Prénoms perdus

UN CONTE A VOTRE FAÇON – Les Prénoms perdus

[1] Désirez-vous connaître l’histoire de Tic et Tac, deux écureuils qui ont perdu leurs prénoms ?
Si oui,  passez à [2]
Si non, passez à [9]

[2] Tic et Tac ont perdu leurs prénoms. Ils décient de se rendre à la mairie.
Si vous voulez qu’ils y aillent à pieds, passez à [5]
Si vous voulez qu’ils y aillent bus, passez à [3]

[3] Zut ! Deux arrêts avant d’arriver, Tic et Tac se font contrôler. Ont-ils acheté leurs tickets ?
Si oui, passez à [4]
Si non, passez à [7]

[4] Tic et Tac sont enfin arrivés à la mairie. Voulez-vous patienter avec eux ?
Si oui, passez à [6]
Si non, passez à [9]

[5] Veuillez patienter, ils ne sont pas encore arrivés.
Si vous préférez que le fermier réponde oui, passez à [6]
Si non, passez à [9]

[6] Ils sont arrivés au guichet mais il manque un document.
Voulez-vous refaire une file d’attente pour récupérer le document ?Passez à [4]
Voulez-vous rentrer ? Passez à [9]

[7] Les contrôleurs vous emmènent au poste de police. Vous n’avez désormais plus le choix. Passez à [8]

[8] Les policiers retrouvent les prénoms de Tic et Tac dans leurs dossiers. Passez à la [9].

[9] L’histoire est finie !

Réalisation de G, U, J, E, M et M. 

Un Conte à votre façon : La Fameuse histoire des deux castors sur un radeau, perdus sur une mer demi-sel

UN CONTE A VOTRE FAÇON – La Fameuse histoire des deux castors sur un radeau, perdus sur une mer demi-sel.

[1] Si vous souhaitez connaître l’histoire de deux castors sur un radeau, perdus sur une mer demi-sel, allez au [2]
Si cette histoire ne vous convient pas et que vous soutenez la ligue de défense des animaux, allez au [19]

[2] Ils sont deux castors, seuls, affamés, moribonds, sur un radeau branlant.
Si vous souhaitez continuer cette tragique histoire, allez au [4]
Si les castors ne vous plaisent pas, passez à [3]

[3] Une baleine d’eau douce à moitié mal à l’aise regarde avec concupiscence deux castors sur un radeau.
Si cela ne vous intéresse pas, allez à [21]
Si nous avons excité votre curiosité, allez au [17]

[4] Les deux castors se lamentent, s’arrachant les cheveux, lacérant leur frêle poitrine.
Si vous vous voulez connaître les raisons de leur désespoir, passez à [9]
Si vous souhaitez entendre leurs lamentations, allez à [5]

[5] « Hélas ! Ô désespoir ! pauvre de nous, castors
Condamnés à voguer sur un radeau de mort ! »
Si vous êtes maintenant décidés à entendre le récit de leur désespoir, allez à [9]
Si non,vous y êtes obligé, donc allez à [9] et ne posez pas de problèmes.

[7] Sur l’île, ils avaient un certain Vendredi qui les aida à construire leur radeau, ils repartirent en laissant Vendredi seul sur son île.
Si vous voulez que le Castor le plus vieux ait des lunettes, passez au [8]
Si non, allez au [21]

[8] Nous nous trouvons donc avec honneur en présence de père Castor. Si vous souhaitez qu’il vous raconte une de ses fameuses histoires, allez au [1].
Si non, allez au [10]

[9] Ces pauvres castors se trouvaient sur ce radeau après avoir dérivé pendant des jours, des mois ! Leur barrage avait été détruit par une catastrophe écologique, due à des hommes en jaune. Ils avaient dérivé, épuisés, pendant des jours. Finalement, ô joie, ils avaient découvert une île.
Si vous désirez connaître la suite de ce récit, allez à [7]
Si non, passez à [21]

[10] Deux autres castors crièrent alors. C’était Benjamin et Câline qui avaient réussi à échapper à la catastrophe.
Si vous souhaitez connaître le récit de ce sauvetage, allez au [11]
Si non, branchez-vous sur TJ à 15h35, un mercredi après-midi. 

[11] Les deux castors avaient en fait fait usage d’un super pouvoir : la métalepse.
Si cette solution vous convient, rendez-vous au [12]
Si la métalepse est votre pire ennemie, rendez-vous au [16]

[12] La métalepse leur avait permis de sortir du livre tranquillement, se retrouvant autour de leur grand-père.
Si cela vous convient, allez au [13]
Si vous ne vous y intéressez pas, allez au [15]

[13] Il était une fois un radeau vide sur une mer demi-sel. FIN.

[15] Ceci est une diversion. Si vous souhaitez tout de même connaître la fin de l’histoire des castors, allez au [16]
Si non, allez au [21]

[16] Les deux castors sont en train de se débattre dans l’eau, l’eau commence à remplir leurs poumons.
Êtes-vous sûr de vouloir les laisser mourir ?
Si oui, allez au [18]
Si non, allez au [12]

[17] La baleine attaque le bateau et gobe les castors.
Si vous souhaitez entendre leur cri de détresse, allez au [5]
Si non, allez au [18]

[18] Les castors ont tragiquement péri.
Si vous souhaitez les ressusciter, allez à [1] 
Si non, allez à [19]

[19] Tueur de castor, ça fait quoi de tuer des animaux ?
Si vous regrettez votre choix, allez au [2]
Si vous êtes sans cœur (sans vous juger), allez au [21]

[21] FIN (vous aurez remarqué l’absence de certains nombres, les auteurs sont machiavéliques).

Réalisation de  L,  H, F et M.

Un Conte à votre façon : Les Trois petits cochons revisité

UN CONTE A VOTRE FAÇON – Les trois petits cochons revisité

[1]– Il y avait une fois trois petits cochons, Nouf-Nouf, Nif-Nif et Naf-Naf, qui vivaient avec leur maman. Un jour, la maman appela ses trois fils et leur dit qu’elle ne pouvait plus les élever car elle était trop pauvre. « Je voudrais que vous partiez d’ici et que vous construisiez votre maison, dit-elle, mais prenez garde qu’elle soit bien solide pour que le Grand Méchant Loup ne puisse entrer et vous manger ». Désirez-vous connaître l’histoire de Nouf-Nouf, le premier des trois frères ?
                   Si oui,  passez à [4]
                   Si non, passez à [2]

[2]-Préférez-vous celle de Nif-Nif, le deuxième des trois frères ?
                   Si oui, passez à [16]
                   Si non, passez à [3]

[3]-Préférez-vous celle de Naf-Naf, le troisième des trois frères ?
                   Si oui, passez à [17]
                   Si non, passez à [21]

[4] – Le premier petit cochon, Nouf-Nouf, était inconséquent et tête en l’air. Il interpela donc le premier homme qui passait devant lui, un fermier portant une botte d’herbe séchée.
                   Si vous préférez une autre description, passez à [9]
                   Si celle-ci vous convient, passez à [5]

[5]– « Mon bon monsieur, pouvez-vous me donner un peu de cette herbe séchée pour construire ma maison ? », demanda Nouf-Nouf. « Non », répondit le fermier.
                   Si vous préférez que le fermier réponde oui, passez à [6]
                   Si non, passez à [7]

[6]– « Oui, bien sûr ! » répondit le fermier à Nouf-Nouf, « cela ne pourrait me faire plus plaisir ! ».
                   Si vous désirez savoir pourquoi cela cause autant de plaisir au                          fermier, passez à [11]
                   Si vous n’y tenez pas, vous passez à [7]

[7]– Après une longue discussion, Nouf-Nouf put enfin repartir avec sa botte d’herbe séchée, qui n’était autre que de la bonne paille, pour construire sa maison.
  Si vous préférez que ça soit une botte de bon foin, passez à [8]
                   Si la paille vous convient, passez à [10]

[8]– Après une longue discussion, Nouf-Nouf put enfin repartir avec sa botte d’herbe séchée, qui n’était autre que du bon foin, pour construire sa maison.
                   Si vous préférez que ça soit une botte de bonne paille, passez                            à [7]
                   Si le foin vous convient, passez à [10]

[9]– Le premier petit cochon, Fifer Pig, était un joueur de fifre. Préoccupé par un air nouveau qu’il n’avait pas eu le temps de retranscrire, il interpella le premier homme qui passait devant lui, un fermier portant une botte d’herbe séchée.
                   Si vous désirez connaître la suite, passez à [5]
                   Si non, passez à [21]

[10]– Pendant ce temps, le Grand Méchant Loup surveillait les trois petits cochons. « Lequel vais-je croquer en premier ? Sûrement Nouf-Nouf dans sa maison de paille ! Ou bien est-ce du foin ? ».
                   Si vous désirez en savoir plus sur ce Grand Méchant Loup,                                  passez à [11]
                   Si non, passez à [12]

[11]– En réalité, le fermier était complice du Grand Méchant Loup, tueur à gages à sa solde qui avait pour mission de profiter de la nouvelle autonomie de Nouf-Nouf pour accomplir son méfait. Le fermier cherchait depuis longtemps à se venger de Nouf-Nouf (pour une sombre histoire de maïs) – et n’était pas contre un bon rôti pour le repas du soir.
                   Si cela vous paraît étrange, allez consulter le conte et n’en                                  parlons plus.
                   Si vous jugez inutile d’approfondir la question, passez à [12]

[12]– Le Grand Méchant Loup frappe alors à la porte de la maison de paille (ou de foin, c’est selon). « Cher Nouf-Nouf, puis-je entrer ? »
                   Si vous désirez connaître tout de suite le résultat de cette                                    rencontre, passez à [15]
                   Si vous souhaitez au contraire connaître tout le déroulement de                      l’action, passez à [13]

[13]– « Non, non, par le poil de mon menton ! Éloigne-toi, satané Grand Méchant Loup ! », s’écria Nouf-Nouf.
                   Si vous désirez connaître la réponse du Grand Méchant Loup,                          passez à [14]
                   Si non, passez à [14] tout de même car le Grand Méchant Loup                        ne s’embarrasse pas de savoir votre opinion

[14]– « Alors je vais souffler et ta maison s’envolera ! » réplique le Grand Méchant Loup.
                   Si vous voulez connaître la suite, passez à [15]
                   Si non, passez également à [15], car l’intrigue est lancée

[15]– Ne pouvant entrer, le Grand Méchant Loup souffla, souffla, tant et si bien que la maison de paille (ou de foin ? il faudrait régler ce point) s’envola. Nouf-Nouf courut alors se réfugier chez son frère Nif-Nif, qui entre-temps avait construit sa propre maison, en bois (mais ne me demandez pas lequel).
                   Si vous désirez savoir ce qui arrive à la maison de bois, passez à                      [16]
                   Si vous ne le désirez pas, vous passez à [21]

[16]– Nif-Nif accueillit son frère imprudent dans sa maison de bois, mais voilà que le Grand Méchant Loup arrive !
                   Si Nif-Nif vous semble inconsistant, passez à [21]
                   S’il vous est sympathique, passez à [18]

[17]– Naf-Naf, bien au chaud dans sa belle et solide maison de briques, observe la déroute de ses frères.
                   Si ce Naf-Naf vous déplaît, passez à [21]
                   S’il vous convient, passez à [18]

[18]– Le Grand Méchant Loup, ne pouvant entrer dans la maison de bois, souffla, souffla, tant et si bien qu’elle s’envola. Nif-Nif et Nouf-Nouf se précipitèrent dans la belle et solide maison de briques de Naf-Naf qui, vantard (« Je vous l’avais bien dit ! »), les accueillit malgré tout.
                   Si vous désirez savoir ce qu’ils firent ensuite, passez à [19]
                   Si vous ne le désirez pas, vous passez à [21]

[19]– Comme prévu par Naf-Naf, le souffle du Grand Méchant Loup ne suffit pas à détruire la maison de briques. Enragé, il courut chez le fermier – sacré fermier ! – chercher une échelle, pour entrer par la cheminée. Naf-Naf, décidément le plus malin des trois frères, alluma alors un feu, tant et si bien que le Grand Méchant Loup, en descendant par la cheminée, tomba droit dedans. Prenant ses jambes à son cou, il s’enfuit et on ne le revit plus jamais.
                   Si vous désirez connaître la suite, passez à [20]
                   Si vous ne le désirez pas, vous passez à [21]

[20]-Il n’y a pas de suite, le conte est terminé.

[21]-Dans ce cas, le conte est également terminé.


UPDATE : Je vous propose une version de cette expérimentation réalisée via l’outil Twine.

>> ENTER HERE <<