Archives de catégorie : Outils

La Fiction de demain présentée par G. Vissac

        Un article très intéressant vient d’être publié sur Rue89.NouvelObs : écrit par Guillaume Vissac, expérimentateur du numérique impliqué dans le projet Publie.net, « Merveilles du Web » propose un panorama des nouvelles pratiques d’écriture sur internet qui met l’eau à la bouche.

        Présentant une dizaine d’œuvres, comme par exemple A Cold Grave réalisé grâce à l’outil open source Twine permettant de créer des récits à embranchements, ce panorama met en relief plusieurs questions abordées lors de l’atelier, notamment le travail conjoint de la narration, de la construction d’un univers fictionnel et de la prise en  compte du dispositif d’accueil.

Allez donc lire cet article, c’est par ici !

Quelques générateurs en ligne

Pour compléter l’article sur la littérature générative, voici un certain nombre de générateurs en ligne plutôt intéressants – voire amusants :

1. Générateur de texte aléatoire selon un choix de nombre de phrases.

S5gén1

2. Le Pipotron, générateur automatique de phrases savantes. Son intérêt est de vous expliquer son fonctionnement : c’est un générateur qui dévoile ses rouages.

S5gén2

3. Gunof, générateur de noms de fiction qui se propose notamment d’aider les « écrivains en herbe » et propose des noms selon les univers fictionnels envisagés (science-fiction, mythologique, etc.).

S5gén3

4. UnTitre, générateur de couverture de livres avec votre nom, un titre aléatoire et une image associée.

S5gén4

5. Le Logotron, générateur de termes pour désigner des réalités à partir d’étymons grecs.

S5gén5

Pour aller plus loin : « Comment fabriquer un logiciel générateur de texte grammaticalement correct ? », Thomas Thierry / le site Littérature aléatoire.

Annonce de parutions

        Nous souhaitons attirer l’attention des lecteurs sur la parution de deux ouvrages numériques consacrés aux écrans tactiles mobiles :

Nous précisons que ces deux lectures sont entièrement gratuites !

Merci à A. Guilet pour l’information. 

Cours en ligne d’apprentissage du langage informatique

        Un des problèmes quand on s’intéresse à la littérature numérique depuis le point de vue de la littérature réside dans le manque de compétence informatique : on est bien souvent incapable d’aller lire ce qui se joue derrière l’écran, de comprendre les programmes ou le code qui permettent à l’oeuvre de fonctionner. Ce « sous-texte » est donc inaccessible au lecteur non-initié, et une grande partie de l’oeuvre reste alors indisponible à l’analyse. Par ailleurs, il est souvent compliqué pour un étudiant ou un chercheur en littérature de se former, dans le cadre universitaire, au langage informatique, tant sciences humaines et sciences de l’ingénieur sont séparées, notamment géographiquement, dans le paysage de l’enseignement supérieur.

        Mais Internet existe. On voit depuis quelques années fleurir les MOOCs, ces cours en ligne qui permettent de suivre de façon dématérialisée, chez soi, à la bibliothèque ou dans un café (bref, dans n’importe quel endroit possédant le wifi), des enseignements divers et variés (je vous invite à consulter la plateforme FUN, ou bien à aller faire un tour du côté du Portail numérique de l’enseignement supérieur, mais aussi à consulter L’Aire d’U, le webmédia de l’Université Rennes 2). Par exemple, vous pouvez suivre un cours sur le Transmedia Storytelling proposé par l’Université Bordeaux Montaigne, ou bien encore un autre sur la Fantasy, de l’Angleterre victorienne au Trône de fer proposé par l’Université d’Artois.

        C’est donc sur Internet que l’on peut se former au langage informatique, à sa grammaire, afin d’acquérir les rudiments (mais pas seulement, si l’on a du temps et que l’on est motivé) permettant d’enrichir notre approche de la littérature numérique – voire, pourquoi pas, de créer des œuvres numériques. Pour cela, une ressource qui semble prometteuse : la Codecademy, présentée ici dans un article qui en vante les mérites.

codecademy

Je serais assez intéressée de connaître vos retours d’expérience !

Merci à A. Latimier pour l’info.