Archives par mot-clé : classification

Littérature numérique – Points de repère (3)

Les Courants ou genres de la littérature numérique

Cet article est un aperçu des façons de classer la littérature numérique, il sera complété et enrichi par les exposés des étudiants.

        L’objectif de cet article, comme celui évoquant les définitions de la littérature numérique, est de confronter différentes classifications, empruntées à différents chercheurs et ancrées dans différentes périodes, ce qui en explique les divergences. Il peut être problématique de parler de « genre » à propos d’une forme littéraire qui est elle-même, selon les perspectives, une sous-catégorie littéraire ou bien une entrée annexe de la littérature : en réalité, il s’agirait plutôt de tendances adoptées par les œuvres, qui individuellement n’appartiennent jamais uniquement à tel ou tel genre. Le but est plutôt d’essayer de construire des outils permettant de rendre compte de la visée dominante des œuvres : comment interagissent-elles avec le lecteur ? Quels effets cherchent-elles à produire prioritairement ?

1. La classification proposée par Philippe Bootz

        Commençons, comme pour les définitions, par la proposition de Philippe Bootz, qui est d’une part une des plus anciennes propositions, et d’autre part, souvent reprise comme base de réflexion ou de discussion. Dans Les Basiques : la littérature numérique, Philippe Bootz expose d’abord deux façons d’approcher la littérature numérique. D’une part, on peut distinguer ce qui relève de la lecture du texte à l’écran : on s’intéressera alors au résultat observable, à partir duquel il s’agira d’établir des distinctions. Philippe Bootz en voit trois : il distingue la littérature générative, la poésie animée, et l’hypertexte, qui diffèrent par la lecture que l’on va en avoir ou que l’œuvre implique. D’autre part, on peut distinguer ce qui relève du rôle spécifique du dispositif de communication : dans ce deuxième cas, Philippe Bootz différencie les installations, les œuvres collectives ou collaboratives, et les œuvres centrées sur le programme.

Prenons quelques exemples. Les installations et les performances rassemblent des œuvres littéraires exposées, données en spectacle dans une réception collective et non individuelle. On peut convoquer deux exemples, afin de percevoir la spécificité de l’installation numérique. Continuer la lecture de Littérature numérique – Points de repère (3)