Archives par mot-clé : Compte-rendu

Pour une littérature cyborg : l’hybridation médiatique du texte littéraire, Anaïs Guilet

Pour une littérature cyborg : l’hybridation médiatique du texte littéraire, A. Guilet

couv cyborg

        C’est avec une épigraphe de Maurice Blanchot, tirée de Le Livre à voir et qui souligne la dialectique entre « l’avenir » et « la tradition de vieilles cultures », qu’Anaïs Guilet ouvre sa thèse de doctorat présentée en novembre 2013 sous le titre Pour une littérature cyborg : l’hybridation médiatique du texte littéraire, dans laquelle elle se consacre à l’étude de la notion de cyberculture et aux nouveaux médias, moteur d’évolution pour le texte littéraire. La thèse s’intéresse à la relation triangulaire entre le livre, l’hypermédia et le texte, le livre n’étant qu’un média parmi d’autres, un support matériel de la textualité au même titre qu’un ordinateur ou un smartphone. L’hypermédia n’est pas, par définition, directement et entièrement accessible à nos sens. Par extension, l’hypertexte est un texte fractionné, composé de plusieurs blocs reliés par des liens électroniques, et qui suppose une certaine interactivité entre le lecteur et le média. Dans son introduction, Anaïs Guilet se prête à donner une définition précise de ces termes qui sont au cœur de sa réflexion. Elle part du constat que nous appartenons à la cyberculture, qu’elle fait partie de notre présent, que nous sommes dans une société où la culture informatique a été complètement intégrée. Elle propose d’ailleurs, au commencement de sa thèse, un flashcode permettant d’accéder au site Web qui complète la thèse en donnant accès à des modules supplémentaires, et en la faisant devenir elle-même cyborg.

        Elle fait appel à de nombreux théoriciens de la littérature, philosophes et scientifiques, dont beaucoup sont américains et qu’elle cite en anglais. Son corpus d’étude s’étend de 1975 à 2012 et se partage entre l’Amérique du Nord et l’Europe francophone et anglophone. Son point de départ se situe à la date de la première adaptation informatique d’un texte littéraire, celle des Cent mille milliards de poèmes de Raymond Queneau. Les œuvres étudiées sont nombreuses, et comprennent notamment l’adaptation par Tom Drahos du Journal d’un fou de Nicolas Gogol, les éditions en livre papier des œuvres hypermédiatiques d’Anne-Cécile Brandenbourger et du blog de Caroline Allard, P.A. de Renaud Camus, Tokyo d’Éric Sadin, Le Décodeur de Guy Tournaye, House of Leaves de Mark Z. Danielewski, Coming Soon !!! A Narrative de John Barth, Principes de gravité de Sébastien Cliche et The Rut d’Andy Campbell.

        Anaïs Guilet consacre une partie par type de relations que peuvent entretenir le livre et l’hypermédia : le processus d’adaptation du livre en hypermédia et de l’hypermédia en livre (III et IV), puis la relation complémentaire entre le livre et l’hypermédia (V), avant de s’intéresser à la présence de l’hypermédia au sein du livre et celle du livre au sein de l’hypermédia (VI et VII).

1 - Triangle hybridation

Continuer la lecture de Pour une littérature cyborg : l’hybridation médiatique du texte littéraire, Anaïs Guilet