Archives par mot-clé : interactivité

La littérature interactive : aux frontières du jeu vidéo

La littérature interactive : aux frontières du jeu vidéo

Objet du jour : La Disparue de S. Seguin, C. Iran et M. Lulin.

        Le point de départ de cet article est en lien avec notre article précédent concernant l’hypertexte de fiction, autour du rôle du lecteur ou de l’interacteur de l’œuvre : en réalité, les œuvres évoquées dans le cadre de ces deux articles sont, plutôt que des textes à lire, des espaces à explorer. Dans le cas de l’hypertexte, la comparaison porte souvent sur la figure du labyrinthe : dans Luminous Airplanes de Paul La Farge, la comparaison labyrinthique est plus précisément celle de la grotte et du souterrain. La conclusion que l’on peut en tirer est que la lecture d’un hypertexte de fiction est plutôt une exploration ; Jean Clément dit bien, d’ailleurs, que

En parcourant l’hypertexte, le lecteur a plus l’impression de visiter un univers romanesque fragmenté, non orienté et foisonnant que de suivre le fil d’une histoire1.

Il en va de même dans le cadre des œuvres interactives qui nous intéressent ici : ces œuvres, à la frontière du jeu vidéo, se présentent au lecteur comme des interfaces, des lieux à investir et à investiguer. L’emploi de ce dernier terme n’est pas neutre : la figure de l’enquêteur est un élément d’analyse important. La Disparue est une œuvre qui se présente comme une enquête, et le lecteur se fait enquêteur. Par ce biais, il devient l’acteur principal du récit qui se joue sous ses yeux, et qui advient par l’intermédiaire de ses actions. C’est pourquoi la question principale qui se pose à nous est celle des relations entre la littérature et le jeu, y compris le jeu vidéo dans le cadre de la littérature numérique : ce sont deux systèmes médiatiques qui visent à intriguer le lecteur, à le plonger dans une histoire, à construire un univers fictionnel ; ils racontent tous deux une histoire, mais pas de la même façon.

1. Littérature et ludisme

        La première des notions à rappeler est celle du jeu, qui renvoie à la dimension ludique de la littérature, de toute forme littéraire et pas simplement de la littérature numérique. Dans un ouvrage majeur, La Lecture comme jeu, Michel Picard cite en introduction de son propos la définition qu’en donne l’historien Johan Huizinga (Homo ludens, 1938) : le jeu est

Continuer la lecture de La littérature interactive : aux frontières du jeu vidéo

  1. Clément, J., « Fiction interactive et modernité », p. 9 []

Littérature numérique : Le récit interactif, par Serge Bouchardon

bouchardonlittnum

        La littérature numérique, ainsi que le récit interactif que Serge Bouchardon se propose d’étudier, se construisent sur une tension. Leurs noms font voir les deux tendances qui y sont à l’œuvre, la littérature numérique étant la jonction des lettres et des nombres, le récit interactif étant la jonction entre l’activité du narrateur et du lecteur. La complexité de ces rapports est amplifiée par la nouveauté que représente cette littérature numérique qui n’a émergée que depuis 25 ans et qui ne bénéficie donc ni d’une base d’œuvre étendue (bien que Serge Bouchardon s’appuie sur un corpus de cent œuvres numériques ou à la frontière du numérique), ni d’une visibilité pour le public ou la critique. On peut d’ailleurs voir cette littérature numérique comme une littérature encore en construction, qui se cherche, et Serge Bouchardon se tente ici à la caractérisation d’un objet mouvant, instable et, surtout, toujours en évolution. L’ouvrage est divisé en quatre chapitres qui se penchent sur différentes tensions inhérentes au récit interactif. Ainsi, après une première définition de l’objet d’étude, la réflexion se porte sur les questions du récit, de l’interactivité et du multimédia et enfin sur la littérarité des œuvres de littérature numérique. Nous reprendrons ici le plan de l’ouvrage.

I. Qu’est-ce que le récit interactif ?

  • Une définition du récit

        Le terme de récit interactif implique évidemment la notion de « récit ». Serge Bouchardon commence donc par rappeler les distinctions opérées par Gérard Genette : le récit, la narration et l’histoire, qui sont les trois plans différents sur lesquels se développe un texte narratif. Genette définit aussi le récit comme la « représentation d’une suite d’événements […] par le moyen du langage ». Cette définition, qui servira de base pour l’étude du récit interactif plus tard, possède l’avantage selon Serge Bouchardon de prendre en compte la dimension textuelle aussi bien que la dimension énonciative du récit : c’est aussi bien un texte grammatical qui comporte une structure avec un début et une fin qu’un dialogue entre quelqu’un qui raconte et quelqu’un qui écoute. C’est en partant de cette définition par Gérard Genette que Serge Bouchardon pose les premières limites du champ du récit interactif.

  • Une définition différentielle

        Après avoir posé ces bases définitionnelles, Serge Bouchardon fait jouer les limites pour cerner la notion de récit interactif, pour mettre en évidence les frontières de la notion.

Continuer la lecture de Littérature numérique : Le récit interactif, par Serge Bouchardon