Archives par mot-clé : livre

Du Papyrus à l’hypertexte : essai sur les mutations du texte et de la lecture

        Ne vous est-il jamais arrivé de procéder à une recherche spécifique sur le net comme : “Évolution du peuple amérindien du XVIème siècle à nos jours” et d’arriver, au bout de quelques minutes, sur une page Wikipédia intitulée “Pertes humaines lors des guerres napoléoniennes”, n’ayant rien à voir avec le contenu initial de la recherche ? Ainsi, vous tentez de revenir sur les pas de votre recherche et de comprendre comment vous en êtes arrivés là.

        De la manière la plus commune et la plus naturelle, nous effectuons ce type de recherche en nous laissant guider par le flux d’informations ou d’images qui attirent notre œil. Ainsi, de lien en lien, de page en page, nous glissons d’une information à une autre en cliquant sur ces petits mots bleus qui ne cessent d’éveiller notre curiosité. Cependant, il n’en a pas toujours été ainsi comme vous pouvez vous en douter. En effet, si on remonte ne serait-ce qu’à un siècle, ces outils informatiques étaient loin d’être la source première d’information offrant un texte par l’action d’un simple clic du fait qu’ils n’existaient pas. Faire une recherche n’allait pas de soi et demandait très certainement un temps considérable.

couverture du livre

        Ce qui aujourd’hui, est devenu un geste habituel voire banal n’était certainement pas une évidence à l’époque des premiers écrits. Christian Vandendorpe, dans son ouvrage Du Papyrus à l’hypertexte : essai sur les mutations du texte et de la lecture qu’il publie en 1999, tente de remonter aux origines de ce cheminement qui nous a amenés à un outil de recherche et de lecture confortable qu’est l’hypertexte et met aussi en évidence les problématiques de lecture et les enjeux dont elle a fait l’objet à chaque étape de son évolution. En remontant aux origines même du texte, il nous fait voyager à travers son histoire. Il oppose, met en relation et compare toutes ces méthodes de lecture par lesquelles l’homme est passé depuis ses origines et met en évidence les questions qui se sont posées dans les esprits pour faire évoluer cet acte de lecture et le rendre optimal c’est-à-dire en tentant de se débarrasser des contraintes que les textes antérieurs posaient une fois admis. Ainsi, “du papyrus à l’hypertexte”, le texte n’a cessé d’explorer ses formes, ses supports, plus précisément ses médias et continue de le faire dans une dimension qui met le lecteur sur le devant de la scène.

        Il s’agira donc de mettre en lumière les points phares que détaille et définit Christian Vandendorpe dans son ouvrage mais aussi de dégager les interrogations que soulève ou suggère son “exposé”. Pour ce faire, il conviendra donc d’abord d’établir un petit historique du livre pour mettre en exergue les étapes majeures et progressives de la pratique de la lecture et de ses problématiques contextuelles. Dans un souci de compréhension, il sera nécessaire de bien détailler les notions en jeu : la tension existante entre linéarité textuelle et tabularité, le lien entre effets visuels et effets de sens qui se placent toujours dans une problématique de lisibilité et d’accessibilité au texte. Entre le livre papier et l’écran comme support hypertextuel, l’écrivain fait face à de nouvelles conventions d’écriture et adopte un nouveau statut face aux évolutions textuelles. Enfin, se posera la question du rôle de lecteur : son interactivité avec des textes qui tendent plus à suggérer une lecture particulière et singulière plutôt que de s’imposer de façon hermétique et “totalisante”. Ainsi, la lecture se fait selon différentes approches et l’ouvrage de Christian Vandendorpe interroge la part de “contrôle” du lecteur sur le support hypertextuel. Continuer la lecture de Du Papyrus à l’hypertexte : essai sur les mutations du texte et de la lecture

Du livre au texte numérique, une (r)évolution ?

        Nous avons pu voir dans les articles précédents que les innovations – ou prétendues telles – de la littérature numérique étaient principalement à replacer dans une continuité des pratiques : le terrain était préparé en amont pour les expérimentations de la littérature numérique. Pour autant, nous nous situons malgré tout dans une période d’évolutions – non dans une révolution – qui ont une influence sur la création littéraire.

Comment comprendre alors cette période de transition dans laquelle nous nous situons ? Plusieurs mutations sont à prendre en compte : d’une part, l’entrée en scène des supports numériques face au support du livre papier ; d’autre part, le devenir de la littérature au moment de cette ouverture des possibles médiatiques. Enfin, il est possible d’appréhender ces questionnements du point de vue de la production des ouvrages littéraires, c’est-à-dire du point de vue de la chaîne du livre, des éditeurs, des libraires. Nous verrons alors que nous sommes en réalité dans une phase de redéfinition des enjeux du littéraire.

  1. Support numérique vs support papier : l’ère du dispositif ?

Pour entamer cette séance, j’ai interrogé les étudiants participant à l’atelier à propos de leurs pratiques de lecteurs. Sur quels supports ont-ils l’habitude de lire ? Les réponses, dont voici un aperçu, sont variées et instructives.

S3 résultat sondage

Ce que montre ce petit sondage est intéressant : les étudiants de Lettres Modernes qui participent à cet atelier d’initiation à la littérature numérique ne sont pas tous des pratiquants de la lecture numérique. Pour comprendre un peu mieux ces chiffres, j’ai interrogé les répondants : les étudiants lisant sur ordinateurs lisent le plus souvent des articles de presse ou des articles scientifiques, souvent aussi des fanfictions. De même, les lecteurs sur smartphones sont souvent aussi friands de fanfictions. Très peu d’entre eux (à peine 3 sur un groupe de 29 étudiants) déclarent lire sur liseuse – nous avons établis la distinction entre la liseuse, non rétro-éclairée, et la tablette tactile – et aucun ne lit sur tablette tactile… tout simplement, sans doute, car ils sont très peu nombreux à en posséder. Ce qui ressort alors de la discussion, et qui est un élément intéressant à prendre en compte pour cerner ces pratiques de lecture, est le coût du numérique – de l’oeuvre comme du support de lecture : peu d’entre eux se sont déclarés prêts à payer le même prix, voire plus, qu’un livre de poche pour avoir un livre numérique. Les pratiques de lecture numérique des étudiants de cet atelier sont donc, le plus souvent, des lectures d’œuvres gratuites, auto-éditées, échappant pour la majorité au circuit habituel de la production et de la diffusion des œuvres littéraires. Il serait intéressant de poursuivre cette petite « enquête » afin de voir si ces étudiants ont des pratiques d’écriture numérique.

  • Définition du support, définition du dispositif

        On définira le support, déverbal du verbe supporter, non pas comme « le fait de supporter », mais d’abord, dans notre approche, comme « ce qui soutient quelque chose », notamment une chose matérielle. C’est ce qui permet, en quelque sorte, de lui donner corps, voire de la mettre en valeur. Dans un sens plus restreint, le support est « le matériau sur lequel est appliqué quelque chose », c’est-à-dire sur lequel on peint, on grave, on imprime, voire on sauvegarde des éléments informatiques. Le support sera donc ce qui permet au texte d’être lu, si bien qu’un texte peut se déployer sur plusieurs supports : on peut lire Eugénie Grandet de Balzac, dans le domaine public, en livre de poche, en édition précieuse ou illustrée, en liseuse sous format epub, en ligne sur ordinateur… Continuer la lecture de Du livre au texte numérique, une (r)évolution ?