Archives par mot-clé : Maléfique

Un Conte à votre façon, Raymond Queneau

 

Un conte à votre façon, Raymond Queneau, 1967

Cet article parlera d’Un conte à votre façon écrit par Raymond Queneau en 1967 ainsi que de sa remédiatisation en 2009 par Gérard Dalmon. La première partie sera basée sur une approche théorique de l’œuvre papier, la seconde traitera de la remédiatisation en livre numérique. Mais pour commencer, nous allons présenter brièvement Raymond Queneau et l’OuLiPo qu’il a fondé conjointement avec François Le Lionnais en 1960.

Raymond Queneau (1903-1976) était un romancier, poète et dramaturge français. En 1960, il fonde l’OuLiPo avec François Le Lionnais (1901-1984) qui était un mathématicien épris de littérature.

image 2

Avec l’OuLiPo (Ouvroir de Littérature Potentielle), le groupe littéraire cherche, à l’aide des mathématiques, à créer de nouveaux langages, de nouveaux textes, à inventer une nouvelle façon de concevoir la littérature grâce à l’écriture sous contrainte. Sachant qu’une contrainte peut en cacher une autre. Mais en 1981, après la mort de Raymond Queneau, l’OuLiPo fait scission et certains de ses membres fondent l’Alamo (association pour la littérature assistée par la mathématique et les ordinateurs).

Nous passons maintenant au Conte à votre façon et à son approche théorique. En effet, certains professeurs se sont penchés sur la construction de ce conte original et avant-gardiste.

Hélène Campaignolle-Catel (professeure à la Sorbonne qui fait des recherches sur les écritures de la modernité depuis 2008 et qui enseigne l’histoire littéraire, la littérature culture et société ainsi que les techniques de l’oral et de l’argumentation) qualifiait Un conte à votre façon d’ « un récit ‘arborescent’ ».

Alain Vuillemin (professeur qui fait des recherches sur la littérature anglaise et française du XXème, sur les littératures étrangères d’expression française, sur la littérature comparée et nouvelles technologies, sur l’informatique littéraire et sur la littérature générée par ordinateur) pensait l’oeuvre comme « un récit à déroulement multiple ».

Grâce au schéma ci-dessous, nous pouvons illustrer leurs propos. En effet, dans Un Conte à votre façon, l’intrigue débute avec une phrase initiale, « Désirez-vous connaître l’histoire des trois alertes petits pois ? », et deux propositions « Si oui, passez à 4 / Si non, passez à 2 ». La construction du conte suit ce schéma initial qui laisse toujours une possibilité au lecteur. Ce qui fait de lui un réel acteur de sa lecture, qui elle devient individuelle. On peut également noter que les propositions du conte s’opposent (action de rêver ou de ne pas rêver) ou se différencient (gants de velours noirs ou gants de velours bleus). En effet, selon Claude Brémond (sémiologue), « il y a une nécessité de ne jamais poser une fonction sans poser en même temps la possibilité d’une option contradictoire ».

image 3

Ce conte apparaît comme un texte bref et comique, se rattachant aux genres littéraires narratifs mineurs comme le conte et la fable à la manière de Perrault, La Fontaine et Grimm. Mais il apporte également une nouveauté au genre car le lecteur doit devenir acteur de sa lecture. Le genre du conte est un genre souple et enclin au démembrement, ce qui a permis à Raymond Queneau de le renouveler plus facilement grâce à des techniques combinatoires. C’est un genre qui ne connait pas d’unité de temps, d’action et de lieu (contrairement à la fable). L’intrigue du conte est construite sur une suite de comédies enchâssées les unes dans les autres. Il y a une réelle volonté de divertir.

Même si Queneau a renouvelé le genre, il n’est pas le premier. Il s’est inspiré des travaux de Propp, surtout de son œuvre Morphologie du conte publiée en 1928 qui traite des unités de mots, de séquences et de narrations. Pour lui, les fonctions sont des unités narratives minimales que l’on retrouve d’un conte à l’autre. Mais ces fonctions émiettent le récit et ne prennent pas en compte les motivations initiales du récit et c’est là que les fréquences narratives interviennent car elles permettent de prendre en compte les motivations des personnages. Chaque séquence correspond toujours au schéma ternaire suivant :

  1. Ouverture d’une possibilité

  2. Passage à l’acte                                                

  3. Aboutissement de l’action : succès ou échec

 

image 4

Découvrons maintenant, le livre dans toutes ses formes. En effet, le livre papier de ce conte a donné lieu à des remédiatisations et nous nous pencherons principalement sur celle de Gérard Dalmon datant de 2009.

image 5

Raymond Queneau, dans Un Conte à votre façon, ouvre la voie au récit hypertextuel (système de renvois permettant de passer d’un lien à un autre selon des chemins préétablis ou élaborés lors de la construction). En effet, le conte préfigurait dans sa structure même une application interactive propice aux adaptions informatiques. On se demande alors s’il est possible de parler de texte hypertextuel à propos du livre papier.

Pour Serge Bouchardon (Professeur des Universités en Sciences de l’information et de la communication, dont les recherches sont l’écriture numérique, le récit interactif, la création numérique et la littérature numérique) disait: « On peut parler de proto-hypertexte à propos de Un conte à votre façon dans la mesure où ce récit propose des nœuds  (numérotés de 1 à 21) reliés par des liens (du type :  » si oui, passez à 4″) ».

Pour lui l’équivalent du lien hypertexte dans la lecture classique (papier) serait le mouvement oculaire qui permet de passer d’un nœud d’information à l’autre.

Même si l’on peut parler d’hypertextualité pour le livre papier, d’après Serge Bouchardon et la définition même de l’interactivité, « il n’y a pas véritablement d’interaction si le récit n’est pas accessible via un programme informatique », car « la possibilité d’embranchements variés dans la trame textuelle ne suffit pas à définir une écriture interactive ». En effet, dans la définition donnée par Le Petit Robert de la Langue Française, l’interactivité est « une activité de dialogue entre l’utilisateur d’un système informatique et la machine, par l’écran ».

Comparons maintenant l’aspect esthétique de nos deux œuvres. Nous pouvons déjà relever quelques similitudes qui lient la version papier à la version numérique comme le même nombre de liens, l’intrigue initiale qui reste la même. De plus, les pages de la version numérique correspondent aux numéros présents devant la partie du récit. Néanmoins, nous remarquons quelques divergences esthétiques. En effet, dans la version numérique, on peut voir des points devant les choix possibles alors qu’il n’y a rien devant les choix de la version papier. Dans les deux versions, l’intrigue est complètement oubliée, en faveur de l’esthétique combinatoire. Toutefois, dans la version numérique, l’intrigue est encore plus oubliée car elle est parasitée par les couleurs, la musique, la vitesse de lecture imposée au lecteur. Il a d’autres choses à voir que l’histoire en elle-même. Notons également que le format papier interdit tout suspens au lecteur lors de sa lecture puisqu’il a toutes les possibilités sous les yeux contrairement à la version numérique qui se dévoile selon ses choix.

Une grande différence que nous pouvons noter est la divergence entre les deux fins. Dans la version papier :

image 6

Il est important que ces deux fragments soient sur la même page sinon « Dans ce cas » et « également » perdraient leurs sens.

Mais dans la version numérique, Le segment 21 du livre se trouve être la phrase de fin avant un dernier choix. Cette version serait moins pertinente sur papier où l’ensemble des « aventures » possibles est, à défaut d’être lu, du moins sous les yeux. Donc il est possible de les découvrir à la première lecture, ou du moins de les apercevoir. De plus, la fin du conte est clairement représentée.

image 7

L’article est maintenant terminé.

  • S’il vous a plu, retournez au sommet de la page

  • Si non, fermez la page

Article proposé par Automne Eveillard et Amandine Carpentier

Continuer la lecture de Un Conte à votre façon, Raymond Queneau