Archives par mot-clé : papier

Du livre au texte numérique, une (r)évolution ?

        Nous avons pu voir dans les articles précédents que les innovations – ou prétendues telles – de la littérature numérique étaient principalement à replacer dans une continuité des pratiques : le terrain était préparé en amont pour les expérimentations de la littérature numérique. Pour autant, nous nous situons malgré tout dans une période d’évolutions – non dans une révolution – qui ont une influence sur la création littéraire.

Comment comprendre alors cette période de transition dans laquelle nous nous situons ? Plusieurs mutations sont à prendre en compte : d’une part, l’entrée en scène des supports numériques face au support du livre papier ; d’autre part, le devenir de la littérature au moment de cette ouverture des possibles médiatiques. Enfin, il est possible d’appréhender ces questionnements du point de vue de la production des ouvrages littéraires, c’est-à-dire du point de vue de la chaîne du livre, des éditeurs, des libraires. Nous verrons alors que nous sommes en réalité dans une phase de redéfinition des enjeux du littéraire.

  1. Support numérique vs support papier : l’ère du dispositif ?

Pour entamer cette séance, j’ai interrogé les étudiants participant à l’atelier à propos de leurs pratiques de lecteurs. Sur quels supports ont-ils l’habitude de lire ? Les réponses, dont voici un aperçu, sont variées et instructives.

S3 résultat sondage

Ce que montre ce petit sondage est intéressant : les étudiants de Lettres Modernes qui participent à cet atelier d’initiation à la littérature numérique ne sont pas tous des pratiquants de la lecture numérique. Pour comprendre un peu mieux ces chiffres, j’ai interrogé les répondants : les étudiants lisant sur ordinateurs lisent le plus souvent des articles de presse ou des articles scientifiques, souvent aussi des fanfictions. De même, les lecteurs sur smartphones sont souvent aussi friands de fanfictions. Très peu d’entre eux (à peine 3 sur un groupe de 29 étudiants) déclarent lire sur liseuse – nous avons établis la distinction entre la liseuse, non rétro-éclairée, et la tablette tactile – et aucun ne lit sur tablette tactile… tout simplement, sans doute, car ils sont très peu nombreux à en posséder. Ce qui ressort alors de la discussion, et qui est un élément intéressant à prendre en compte pour cerner ces pratiques de lecture, est le coût du numérique – de l’oeuvre comme du support de lecture : peu d’entre eux se sont déclarés prêts à payer le même prix, voire plus, qu’un livre de poche pour avoir un livre numérique. Les pratiques de lecture numérique des étudiants de cet atelier sont donc, le plus souvent, des lectures d’œuvres gratuites, auto-éditées, échappant pour la majorité au circuit habituel de la production et de la diffusion des œuvres littéraires. Il serait intéressant de poursuivre cette petite « enquête » afin de voir si ces étudiants ont des pratiques d’écriture numérique.

  • Définition du support, définition du dispositif

        On définira le support, déverbal du verbe supporter, non pas comme « le fait de supporter », mais d’abord, dans notre approche, comme « ce qui soutient quelque chose », notamment une chose matérielle. C’est ce qui permet, en quelque sorte, de lui donner corps, voire de la mettre en valeur. Dans un sens plus restreint, le support est « le matériau sur lequel est appliqué quelque chose », c’est-à-dire sur lequel on peint, on grave, on imprime, voire on sauvegarde des éléments informatiques. Le support sera donc ce qui permet au texte d’être lu, si bien qu’un texte peut se déployer sur plusieurs supports : on peut lire Eugénie Grandet de Balzac, dans le domaine public, en livre de poche, en édition précieuse ou illustrée, en liseuse sous format epub, en ligne sur ordinateur… Continuer la lecture de Du livre au texte numérique, une (r)évolution ?