Archives par mot-clé : Réseaux sociaux

Littérature et réseaux sociaux

Littérature et nouvelles formes de communication : les blogs et la twittérature

        L’entrée de la littérature dans les blogs et les réseaux sociaux ces vingt dernières années a permis peu à peu une littérature démocratisée, accessible à tous. En effet, la transmission par les réseaux sociaux entraîne une littérature participative. On prendra comme exemple le Tiers-Livre de François Bon et ses ateliers d’écriture, mais aussi la forme de blog d’Eric Chevillard pour L’Autofictif et enfin, la twittérature, son accès libre et l’Institut de Twittérature Comparée. Cependant, on constate que cette participation peut se trouver réduite, que ce soit à travers la forme figée proposée par E. Chevillard qui permet le partage mais pas les commentaires, l’accès payant pour l’intégralité du Tiers Livre ou l’ITC qui produit sans échanger, et ne joue pas sur les hashtags ou les RT.

        On peut donc se demander si la littérature réinvestit les réseaux sociaux à l’heure où le numérique est à la démocratisation et à la discussion participative ou si elle se pose toujours comme œuvre littéraire offerte à la simple consultation des lecteurs.

Continuer la lecture de Littérature et réseaux sociaux

Littérature et nouvelles formes de communication : les blogs et les réseaux sociaux

Littérature et nouvelles formes de communication : les blogs et les réseaux sociaux

Objet du jour : Le Tiers-Livre de F. Bon, L’Autofictif d’E. Chevillard et la twittérature.

        Notre article du jour s’intéresse à ce que l’on appelle les pratiques du web 2.0, c’est-à-dire les nouvelles formes de publication, centrées autour des blogs et réseaux sociaux. On appelle web 1.0 le premier état du réseau internet qui reposait principalement sur la forme de l’hypertexte, permettant d’établir des liens reliant des pages contenant des informations. Chaque page constitue un nœud, à la fois autonome et relié à d’autres. Le web 1.0 est le web de l’information. Le web 2.0 est le web des relations, notamment sociales.

        La question qui est la nôtre est alors de savoir comment la littérature trouve à s’exprimer sur ces relais médiatiques. Quelles sont les caractéristiques de la publication sur blog ? Quels sont les principes de la littérature sur les réseaux sociaux ? Nous évoquerons le cas de la twittérature et le cas des blogs, qui, de façon très générale, reprennent le principe du journal de bord ou du carnet de pensées, un peu à la manière d’En Lisant en écrivant de Julien Gracq.

S9 en lisant en écrivant

Nous pouvons nous interroger, dans cette perspective, sur la médiatisation de ces pratiques littéraires et culturelles, notamment autour de la question de l’auto-promotion. Ces publications sur des blogs ou des réseaux sociaux ne passent pas par les canaux de diffusion habituels et reconnus ; le médium même crée auprès du lectorat des effets de rendez-vous – un lecteur devenant ainsi un abonné – et l’auteur est le promoteur de son oeuvre. Est ainsi mise en question la figure de l’écrivain et sa promotion personnelle, ce qui représente un champ de recherche.

On peut consulter les interventions autour de la « Figure de l’auteur à l’ère du numérique »,  l’ouvrage d’Hadopi L’Auteur au temps du numérique, ou encore l’appel à contribution du colloque portant sur l’Editorialisation de l’auteur et qui se tiendra à Montréal en mai prochain.

Pour aller plus loin : « Ecrivain, une profession de foi », tribune de Camille Laurens.

1. Principes généraux de la littérature du web 2.0

Qu’est-ce que le web 2.0 ?

        Le terme a été proposé par Tim O’Reilly en 2005. On appelle web 2.0 l’ensemble des techniques du web apparues à partir des années 2005 qui marquent à la fois une plus grande complexité technologique mais dans le même temps une simplification de la pratique et des interactions pour les utilisateurs.

S9 web2.0

C’est une utilisation du web qui met l’accent sur le réseau en favorisant l’interactivité et ouvre vers la création des réseaux sociaux. Le web 2.0 prête aussi une attention accrue à sa présentation, son ergonomie. Si le web 1.0 apportait de l’information à l’utilisateur, avec le web 2.0, l’utilisateur peut en retour lui-même enrichir ces informations (commentaires, blogs, etc.) : la pratique du web s’oriente vers la participation, prenant le tournant de ce qu’on appelle le web social.

S9 google avant S9 google après

Ces deux images comparent le moteur de recherche google en 1998 (web 1.0) et sa version actuelle : on constate une simplification de la page (dans le logo, dans les informations présentes, dans l’interaction possible). 

Continuer la lecture de Littérature et nouvelles formes de communication : les blogs et les réseaux sociaux