Archives par mot-clé : révolution

Du livre au texte numérique, une (r)évolution ?

        Nous avons pu voir dans les articles précédents que les innovations – ou prétendues telles – de la littérature numérique étaient principalement à replacer dans une continuité des pratiques : le terrain était préparé en amont pour les expérimentations de la littérature numérique. Pour autant, nous nous situons malgré tout dans une période d’évolutions – non dans une révolution – qui ont une influence sur la création littéraire.

Comment comprendre alors cette période de transition dans laquelle nous nous situons ? Plusieurs mutations sont à prendre en compte : d’une part, l’entrée en scène des supports numériques face au support du livre papier ; d’autre part, le devenir de la littérature au moment de cette ouverture des possibles médiatiques. Enfin, il est possible d’appréhender ces questionnements du point de vue de la production des ouvrages littéraires, c’est-à-dire du point de vue de la chaîne du livre, des éditeurs, des libraires. Nous verrons alors que nous sommes en réalité dans une phase de redéfinition des enjeux du littéraire.

  1. Support numérique vs support papier : l’ère du dispositif ?

Pour entamer cette séance, j’ai interrogé les étudiants participant à l’atelier à propos de leurs pratiques de lecteurs. Sur quels supports ont-ils l’habitude de lire ? Les réponses, dont voici un aperçu, sont variées et instructives.

S3 résultat sondage

Ce que montre ce petit sondage est intéressant : les étudiants de Lettres Modernes qui participent à cet atelier d’initiation à la littérature numérique ne sont pas tous des pratiquants de la lecture numérique. Pour comprendre un peu mieux ces chiffres, j’ai interrogé les répondants : les étudiants lisant sur ordinateurs lisent le plus souvent des articles de presse ou des articles scientifiques, souvent aussi des fanfictions. De même, les lecteurs sur smartphones sont souvent aussi friands de fanfictions. Très peu d’entre eux (à peine 3 sur un groupe de 29 étudiants) déclarent lire sur liseuse – nous avons établis la distinction entre la liseuse, non rétro-éclairée, et la tablette tactile – et aucun ne lit sur tablette tactile… tout simplement, sans doute, car ils sont très peu nombreux à en posséder. Ce qui ressort alors de la discussion, et qui est un élément intéressant à prendre en compte pour cerner ces pratiques de lecture, est le coût du numérique – de l’oeuvre comme du support de lecture : peu d’entre eux se sont déclarés prêts à payer le même prix, voire plus, qu’un livre de poche pour avoir un livre numérique. Les pratiques de lecture numérique des étudiants de cet atelier sont donc, le plus souvent, des lectures d’œuvres gratuites, auto-éditées, échappant pour la majorité au circuit habituel de la production et de la diffusion des œuvres littéraires. Il serait intéressant de poursuivre cette petite « enquête » afin de voir si ces étudiants ont des pratiques d’écriture numérique.

  • Définition du support, définition du dispositif

        On définira le support, déverbal du verbe supporter, non pas comme « le fait de supporter », mais d’abord, dans notre approche, comme « ce qui soutient quelque chose », notamment une chose matérielle. C’est ce qui permet, en quelque sorte, de lui donner corps, voire de la mettre en valeur. Dans un sens plus restreint, le support est « le matériau sur lequel est appliqué quelque chose », c’est-à-dire sur lequel on peint, on grave, on imprime, voire on sauvegarde des éléments informatiques. Le support sera donc ce qui permet au texte d’être lu, si bien qu’un texte peut se déployer sur plusieurs supports : on peut lire Eugénie Grandet de Balzac, dans le domaine public, en livre de poche, en édition précieuse ou illustrée, en liseuse sous format epub, en ligne sur ordinateur… Continuer la lecture de Du livre au texte numérique, une (r)évolution ?

Ce que la littérature numérique fait à la comparée, et réciproquement

L’objet de ce carnet de recherche, qui n’est pas le premier et encore moins le seul à questionner la littérature numérique [1], est d’aborder un corpus d’œuvres créées par et pour le support numérique (ordinateur, tablette, ou autre format plus ou moins obsolète, type CD-Rom ou – pire ! – disquette) selon une perspective comparatiste. En d’autres termes, il ne s’agit pas d’étudier la littérature numérique en tant que spécialiste du numérique, ni des nouvelles formes de communication – d’autres le font bien mieux [2] -, mais avec un bagage littéraire. Plus précisément, un bagage de littéraire comparatiste.

Vous l’aurez alors compris, si cette approche s’inscrit dans le champ des humanités numériques [3], elle n’y correspond pas non plus tout à fait, puisqu’il ne s’agit pas d’aborder la littérature avec des outils numériques, mais bien d’aborder un corpus déjà numérique avec les outils de la littérature.

  • Quel espace ouvre la littérature numérique dans la démarche comparatiste ?

Pour bien nous comprendre, précisons d’emblée la démarche de la littérature comparée : comme le rappelle Yves Chevrel dans son petit opus sur La Littérature comparée,  il s’agit, par le geste de comparaison, de

« prendre ensemble (cum) plusieurs objets ou plusieurs éléments d’un ou de plusieurs objets pour en scruter les degrés de similitude (par), afin d’en tirer des conclusions que l’analyse de chacun d’eux n’avait pas nécessairement permis d’établir, en particulier sur leur part de singularité » [4]

Précisant plus loin que l’on peut considérer la littérature comparée bien plutôt comme une « science comparative de la littérature », Yves Chevrel propose de la définir comme un geste qui ne vise

« pas tant [à] ‘comparer des littératures’ […] qu'[à] questionner la littérature (au sens de collection d’oeuvres) en plaçant chaque oeuvre, ou chaque texte, dans des séries, à élaborer par le chercheur, qui interrogent la singularité relative de cette oeuvre ou de ce texte […] » [5]

Le geste interprétatif consiste alors à « reconna[ître] des frontières, des carrefours » [6]. C’est bien l’objectif que nous nous fixons en explorant la littérature numérique d’un point de vue comparatiste : mesurer cette frontière, sa porosité et son imperméabilité entre, d’une part, la littérature incarnée dans le livre, notamment imprimé, et d’autre part, la littérature qui se déploie sur un dispositif numérique à même de la redéfinir, d’en redéfinir les enjeux et les confins. Mais de quoi parle-t-on quand on évoque la littérature numérique ? On la  définira en suivant la proposition de Philippe Bootz : relève de la littérature numérique

« toute forme narrative ou poétique qui utilise le dispositif informatique comme un médium et met en œuvre une ou plusieurs propriétés spécifiques à ce médium [7] » ; dès lors, « un texte « mis sur ordinateur » ne peut être qualifié de « littérature numérique » que s’il utilise au moins une de ces propriétés en tant que contrainte, c’est-à-dire si l’œuvre fait fonctionner cette propriété de façon constructive [8] » (nous soulignons)

Dans cette perspective, l’approche comparatiste se confronte à des œuvres qui ont cela de nouveau qu’elles ne se déploient pas sur le support auquel est habituée la recherche en littérature – le livre, sous ses diverses formes, du volumen au codex, du manuscrit au livre imprimé – mais sur un médium relativement nouveau, le « dispositif informatique », le numérique. Pour autant, il s’agit toujours de littérature : nous ne nous intéressons pas aux Arts numériques dans leur ensemble, mais bien à leur expression littéraire, à l’incarnation, dans un dispositif neuf, de formes textuelles. L’intérêt est alors de pouvoir observer les points de rapprochement et de prise de distance entre des œuvres du texte incarnées dans des dispositifs différents, qui ne possèdent pas les mêmes potentialités.

Ainsi, s’intéresser à la littérature numérique permet de creuser la démarche comparatiste en la rapprochant des sciences de l’information et de la communication (voir notes [1] et [2]), elles-mêmes au croisement des sciences humaines et des sciences de l’ingénieur et qui abordent les œuvres littéraires notamment par le prisme de leur matérialité. Autrement dit, la comparaison est double : il s’agit de comparer des supports textuels différents, ne nécessitant pas les mêmes compétences d’analyse – et influant sur la création elle-même – et il s’agit aussi de comparer deux approches des œuvres littéraires, une approche plus centrée sur les textes, et une approche plus centrée sur les dispositifs d’accès aux textes. La littérature comparée expérimente ainsi, à travers cet objet d’étude, ses points de convergence avec l’exploration médiatique des œuvres.

Nous avons déjà commencé à le suggérer : une autre vertu que nous trouvons à l’exploration de la littérature numérique par le prisme de la littérature comparée réside dans la confrontation d’objets littéraires à la marge à un corpus d’œuvres plus « traditionnelles ». La marginalité de la littérature numérique s’explique, en tout cas dans le cadre de l’enseignement universitaire de lettres modernes, par un manque de visibilité des œuvres (à ce propos, Alexandra Saemmer, dans un article interrogeant « deux situations pédagogiques » de lecture de « la littérature numérique à l’université », exclut de son approche l’enseignement littéraire, jugeant que « [la littérature numérique y] est pour l’instant encore quasiment absente. »). Récentes, ces dernières n’ont pas encore pu s’instituer – sauf quelques exceptions, comme afternoon a story de Michael Joyce ou Non-Roman de Lucie de Boutiny, pour le domaine francophone – comme des classiques.

luciedeboutiny

Par ailleurs, l’exemple même de l’hypertexte de M. Joyce le prouve : l’accessibilité de ces œuvres pose problème, tant les supports numériques sont rapidement obsolètes (en ce qui concerne afternoon a story, l’oeuvre, rédigée par l’intermédiaire du logiciel Storyspace, est disponible par CDRom, format qui tend à disparaître, et l’oeuvre elle-même est tributaire d’un état du logiciel qui rend difficile la lecture de l’oeuvre sur des ordinateurs récents, dotés des dernières versions des systèmes d’exploitation). A la marge, la littérature numérique l’est aussi parce que certaines de ses œuvres semblent se situer aux limites de la textualité : on peut par exemple considérer qu’une oeuvre comme Déprise de Serge Bouchardon joue avec les frontières de la littérature, engageant des analyses intermédiales qui par ailleurs intéressent en propre la littérature comparée. Le texte n’est plus forcément la donnée principale ou première de l’oeuvre, ce qui doit interroger le chercheur en littérature. C’est alors dans la confrontation de ces œuvres avec les œuvres inscrites dans un support plus traditionnel, c’est-à-dire le livre imprimé, que se situe l’approche comparatiste. Plusieurs questions doivent être soulevées : comment ces œuvres à la marge tendent-elles à redéfinir le littéraire et ses limites ? En quoi cette confrontation permet-elle de mettre au jour des distinctions radicales entre littérature traditionnelle et littérature numérique, mais en quoi aussi établit-elle des ponts, révèle-t-elle des ressemblances ? Peut-on, à partir de ces ressemblances et ces dissemblances, établir une continuité entre ces deux champs d’exploration ? Faut-il au contraire postuler une nette coupure, incitant à créer de nouveaux outils pour aborder les œuvres de littérature numérique ? Ce sont autant de questions qui émergent grâce à l’intermédiaire du regard comparant.

Enfin, à la jonction des deux remarques précédentes, s’interroger en littérature comparée sur la question de la littérature numérique permet de mettre l’accent sur la question du support / du médium / du dispositif (nous reviendrons sur cette distinction) et d’en faire un élément important de création et de réception : cela permet de prendre conscience que le livre, objet neutre et qui semble bien souvent n’être qu’un support textuel transparent, implique bien au contraire, comme sa comparaison avec d’autres supports (ebook, application pour tablettes tactiles, hypertexte en ligne) le révèle, des pratiques d’écriture et de lecture spécifiques. En retour donc, analyser d’un point de vue comparatiste la littérature numérique ouvre de nouvelles perspectives d’interprétation des œuvres de l’imprimé, et met alors en lumière des livres qui questionnent ce support papier, comme La Maison des feuilles de Mark Z. Danielewski, ou bien Kapow ! d’Adam Thirlwell, S. de Doug Dorst et J. J. Abrams ou encore le tout récent Bats of the Republic de Zachary Thomas Dodson.

S.

  • Qu’est-ce qu’apporte l’approche comparative au champ de la littérature numérique ?

Prenons la question dans l’autre sens, maintenant. Si l’on a compris que l’objet « littérature numérique » permet à la littérature comparée d’éprouver ses propres limites, se découvrir des affinités avec les sciences de l’information et de la communication tout comme des vertus exploratoires et définitoires de nouveaux champs du littéraire, l’inversion du regard dévoile, là aussi, un agrandissement des perspectives.

En effet, bien souvent la littérature numérique est étudiée pour elle-même, en elle-même, par des théoriciens qui bien souvent sont ou deviennent eux-mêmes des créateurs d’œuvres numériques (c’est le cas de Philippe Bootz, de serge Bouchardon, d’Alexandra Saemmer). Autrement dit, c’est un objet qui court assez rapidement le risque de l’enfermement, voire de l’autarcie. Il nous semble nécessaire, et fortifiant, d’aborder dès lors la littérature numérique en cherchant sans cesse à la faire sortir de son propre confort. Car bien souvent, si l’on n’y prend garde, on est impressionné par l’effet de nouveauté du support, des moyens techniques de création et d’accès à l’oeuvre : le dispositif numérique est aveuglant. Il tend de ce fait rapidement à créer l’illusions d’une radicale innovation qui ne résiste pas à la comparaison. L’approche comparatiste aura alors ceci de vertueux qu’elle peut permettre d’ancrer les œuvres numériques dans le champ littéraire, les réinscrire dans la continuité d’une histoire des expérimentations littéraires qui iraient des grands rhétoriqueurs à la poésie numérique animée en passant par les avant-gardes du XXe siècle, les facéties oulipiennes ou les explorations symbolistes du XIXe siècle. La comparaison permet ainsi un double mouvement de contextualisation et de décontextualisation, d’écarts et de rapprochements percutants et signifiants.

Nous l’avons dit, la littérature numérique est principalement, encore, affaire de sciences de l’information et de la communication (ou des départements d’arts). Si les outils de ces champs disciplinaires ne sont pas fondamentalement ou radicalement différents des nôtres pour aborder les œuvres de littérature numérique, pour autant ils contribuent eux aussi à fermer le numérique sur lui-même. Cependant, il n’est pas non plus évident d’aborder la littérature numérique avec les outils de la littérature comparée – par exemple, avec des outils narratologiques quand il s’agit d’explorer le récit dans les hypertextes de fiction – sans questionner la pertinence de cette exploration. Il faut alors encore une fois élargir l’ampleur de la comparaison en prenant appui sur la diversité des instruments d’analyse qui s’offrent au chercheur, ce qui nécessite de sa part un travail de décloisonnement et de décentrement, qui ne s’effectue pas seulement de la recherche en littérature vers la recherche en sciences de l’information et de la communication, mais depuis cette dernière vers la littérature comparée au même titre. Dans cette perspective, l’approche de Serge Bouchardon dans Littérature numérique. Le récit interactif nous paraît tout à fait exemplaire et pertinente, tout comme celle d’Alexandra Saemmer dans Rhétorique du texte numérique [2].  Nous serons peut-être amenés, dans le cadre de l’atelier comparatiste dont ce carnet de recherche vise à rendre compte, à forger nos propres outils d’analyse, en adaptant ceux à notre disposition.

couv-rhetorique-texte-num-3

Ces éléments ne peuvent qu’enrichir l’approche de la littérature numérique, qui ne doit pas uniquement être interrogée du point de vue de sa technicité, mais qui a le droit, tout autant que les œuvres littéraires traditionnelles, à donner lieu à des interprétations littéraires. C’est en dernière instance sur ce point que se rassemblent les vertus de la confrontation littérature comparée / littérature numérique : permettre l’émergence de nouveaux discours critiques et théoriques, portés par une conscience claire des enjeux tant du littéraire que du numérique.


Pour aller plus loin : « Les sciences de l’information et de la communication à la rencontre des cultural studies », par Oriane Deseilligny.

[1] On consultera avec profit notamment le carnet de Marc Jahjah et le blog d’Anaïs Guilet, ainsi que le carnet du Séminaire ebook.

[2] Les ouvrages de référence : Bouchardon, S., Littérature numérique – Le récit interactif, éditions Lavoisier, 2009, Paris,  et La Valeur heuristique de la littérature numérique, Hermann éditeurs, Paris, 2014 ; Saemmer, A., Rhétorique du texte numérique: figures de la lecture, anticipations de pratiques, Presses de l’enssib, Villeurbanne, 2015 ; Ertzscheid, O., Les enjeux cognitifs et stylistiques de l’organisation hypertextuelle : le Lieu, Le Lien, Le Livre, thèse de doctorat soutenue en 2002 [en ligne], ainsi que son blog.

[3] Les carnets à consulter : HUMANLIT, Classiques et numérique, Ecriture médiévale et numériqueHuma-Num, Introduction aux humanités numériques… On peut aussi aller lire le manifeste des Digital Humanities.

[4] Chevrel, Y., La Littérature comparée,  PUF Que sais-je ?, 6e édition, 2009 [1989], p. 3.

[5] Ibidem, p. 4

[6] Ibid., p. 5

[7] Bootz, P., Les Basiques : la littérature numérique, Olats/Leonardo, 2006 [en ligne], http://www.olats.org/livresetudes/basiques/litteraturenumerique/basiquesLN.php [consulté le 10/03/15].

[8] Ibid.