Archives par mot-clé : robot-poète

La Littérature générée : l’auteur en question

La littérature générée : l’auteur en question

Objet du jour : Mes Contre-haïkus de Jean-Pierre Balpe et, plus généralement, la question de la littérature générée et ses implications.

        On a pu voir dans l’expérimentation d’Un Conte à votre façon que la combinatoire textuelle posait la question de l’auteur. En effet, nous avons vu d’une part que la combinatoire, notamment dans l’emploi qu’en fait Queneau, était liée à la mécanisation du fait littéraire, qui ouvrait la voix au fantasme du robot-poète suggéré par Boris Vian ; d’autre part, dans l’expérimentation de l’œuvre de Queneau dans sa version papier comme numérique, nous avons pu nous apercevoir que la littérature combinatoire avait pour but de laisser une grande place au lecteur. Le titre même de l’œuvre de Queneau le dit bien : il s’agit pour le lecteur de réaliser, par sa lecture, un conte « à sa façon », c’est-à-dire, en quelque sorte, d’en devenir le co-auteur. Nous avons vu ce que ce projet impliquait en termes de liberté d’action pour le lecteur, et la différence entre la version papier et la version numérique était dans cette perspective assez importante. Nous nous intéressons alors de près, dans cet article, à une modalité spécifique de la combinatoire et de la mécanisation de la littérature : la génération textuelle

  1. Les principes de la génération textuelle

        Les remarques et réflexions apportées ici sont issues des propos et articles de Jean-Pierre Balpe, qui est le représentant majeur de la génération textuelle en France. Avant d’aborder son projet général, dans lequel s’inscrivent les Contre-haïkus, de génération textuelle à la croisée des genres littéraires, il nous semble important de préciser les choses concernant la génération textuelle. Nous avons montré, dans un précédent article, que la génération textuelle apparaissait souvent dans les typologies génériques de la littérature numérique. Jean Clément, par exemple, l’institue en modèle de ce qui relève du lisible : l’œuvre produit automatiquement, de façon programmée, un texte que le lecteur lit à l’écran, et avec lequel il n’a pas nécessairement d’interaction. Philippe Bootz, dans Les Basiques : la littérature numérique, définit précisément le générateur de texte comme

« un programme qui crée du texte à partir d’un ensemble de règles qui constituent une grammaire et d’un ensemble d’éléments préconstruits qui forment un dictionnaire ».

Le générateur de texte profite alors du fait que la littérature repose sur des structures récurrentes, qui distinguent par exemple les genres entre eux – le retour à la ligne voire la présence de rimes désignant sans trop de doute le genre poétique, tandis que la présence de chapitres, ainsi qu’une certaine longueur, font signe vers le roman – pour exploiter cette dimension structurelle, identifier des formes qui peuvent alors être systématisées au sein d’une base de données, dans laquelle le programme viendra piocher.

S5 storystructure

Continuer la lecture de La Littérature générée : l’auteur en question