La Combinatoire et ses remédiatisations à partir d’Un Conte à votre façon

La littérature numérique avant l’heure : remédiatisations

Objet : Un Conte à votre façon de Raymond Queneau, dans deux versions, une papier, l’autre numérique.

  1. « La vérité est que la querelle des Anciens et des Modernes est permanente » : l’OuLiPo à partir de ses manifestes

        L’œuvre qui est l’objet de cette présentation est, plus encore qu’un texte littéraire, une idée d’expérimentation littéraire emblématique du travail oulipien. Il s’agit d’Un Conte à votre façon, pensé par Raymond Queneau et proposé lors d’une réunion de l’OuLiPo, publié en 1967 aux éditions Gallimard. Cette idée est explorée par deux étudiantes de l’atelier [lien], et cet article sert de préambule à leur propos, dans lequel nous revenons sur l’OuLiPo et ses enjeux, en nous penchant sur ses manifestes, parus au début des années 1960.

        C’est dans le premier de ces manifestes, « La Lipo », que l’on doit à François Le Lionnais, qu’est affirmée la posture d’avant-garde du groupe. En effet, ce dernier affirme que « la vérité est que la querelle des Anciens et des Modernes est permanente[1] » : c’est une façon pour lui de revendiquer une position à la pointe pour son groupe, qui ne se situe toutefois pas du côté de la rupture avec le passé et ses chefs-d’œuvres, mais qui chercherait à explorer les potentialités de la littérature du passé comme du futur. Déterminant alors deux voix dans le travail des membres de l’OuLiPo, François Le Lionnais en distingue la portée Analytique, par laquelle il s’agit de « travaill[er] sur les œuvres du passé pour y rechercher des possibilités qui dépassent souvent ce que les auteurs avaient soupçonné[2] », et la portée Synthétique, qui tente d’« ouvrir de nouvelles voies inconnues [des] prédécesseurs[3] ». C’est dans cette deuxième voie que se situe Un Conte à votre façon.

        Mais c’est en confrontant « Le Second manifeste » de François Le Lionnais et la « Petite histoire de l’oulipo » de Jean Lescure que nous pouvons préciser les enjeux de l’OuLiPo, qui sont notamment fondés sur deux tensions constitutives : artificialité vs naturel, coercition vs libération. François Le Lionnais met en avant l’artificialité qui préside aux jeux littéraires des oulipiens, en affirmant que « l’activité de l’OuLiPo et la mission dont il se considère investi pose le(s) problème(s) de l’efficacité et de la viabilité des structures littéraires […] artificielles[4] ». Cette artificialité tient à l’imposition de règles que se fixent les écrivains, qui sont liées le plus souvent au choix d’une structure préalablement établie. Ces règles sont des contraintes qui possèdent, pour les membres de l’OuLiPo, la vertu d’ouvrir vers la potentialité littéraire : ce sont autant de règles applicables à volonté et permettant de créer tous les possibles de la littérature. Cette artificialité a trait, de fait, à la possibilité d’automatiser la création littéraire : le rêve de Boris Vian, qui imagine l’existence, dans un futur plus ou moins proche, d’un « robot-poète » au même titre qu’il existera un robot-cuisinier, n’est pas si lointain. L’idée, en arrière-fond, est bien de donner naissance à des processus de création qui minimisent ou font disparaître la fonction même d’auteur ou d’écrivain. Cette artificialité est mise en tension, par Jean Lescure, avec la notion de naturel, d’inspiration, de génie ; il montre alors en quoi ces notions sont en réalité fallacieuses, et en quoi consiste la portée éminemment moderne de la posture oulipienne :

« Comment ! Cette chose si rare, l’inspiration, ce don des dieux qui fait le poète et que ce malheureux n’arrive même pas à mériter à tous les coups par les pires douleurs cardiaques, cette illumination venue d’on ne sait où, il se pourrait qu’elle cessât d’être capricieuse et que tout un chacun la trouvât fidèle et constante à son désir ? »

Ici, Jean Lescure semble mettre en avant une sorte de dimension démocratique du projet oulipien, en débarrassant la littérature d’une certaine tendance « romantique » qui résiste encore. Cette démystification du littéraire met en avant « l’objectivité » de cette dernière contre la subjectivité de l’inspiration : « dès lors, [la littérature s’ouvre] à tous les modes de manipulation possibles. […] Comme les mathématiques, la littérature [peut] s’explorer[6] ».

        Il semble alors que l’on puisse considérer que la contrainte, chère aux membres de l’OuLiPo, loin d’être coercitive, aurait des vertus émancipatrices : en se concentrant sur la structure, la forme, la règle qui président à l’agencement du langage, la littérature libère ses possibles, s’ouvre de nouveaux horizons créatifs. Jean Lescure, citant François Le Lionnais, prend à ce propos l’exemple du sonnet, qui est souvent considéré comme un élément fondateur de la littérature à contrainte :

« Le but de la littérature potentielle est de fournir aux écrivains futurs des techniques nouvelles qui puissent réserver l’inspiration de leur affectivité. D’où la nécessité d’une certaine liberté. Il y a 9 ou 10 siècles, quand un littérateur potentiel a proposé la forme du sonnet, il a laissé, à travers certains procédés mécaniques, la possibilité d’un choix[7] ».

C’est bien ce choix qui est le point de départ du foisonnement créatif qui suivra cette « invention ». La contrainte devient donc cet « obstacle » prolifique, ouvrant vers la « liberté vraie[8] ».

Pour aller plus loin : L’auteur, bientôt un robot comme un autre ? / « L’OuLiPo : ses anti-manifestes et leur mise en jeu », par Line McMurray

  1. La Combinatoire : une mécanique de la littérature

        La contrainte que s’impose alors Queneau dans Un Conte à votre façon relève de ce que Claude Berge appelle la « troisième vocation » du groupe, et qui consiste en la « transposition dans le domaine des mots de concepts existants dans les différentes branches des mathématiques[9] ». Sans entrer dans les détails de l’oeuvre, qui fait l’objet d’un autre article [lien], mentionnons simplement le sens à donner à cette combinatoire. Comme le rappelle Claude Berge, c’est un concept mathématique qui s’appuie sur la notion de configuration :

« On cherche une configuration chaque fois que l’on dispose d’un nombre fini d’objets, et qu’on veut les disposer de façon à respecter certaines contraintes fixées à l’avance ; les carrés latins, les géométries finies sont des configurations, mais aussi le rangement de paquets de tailles diverses dans un tiroir trop petit, ou la disposition de mots ou de phrases données à l’avance[10] ».

tetris

Tetris, par exemple, est un jeu de combinatoire de formes reposant sur ce concept de configuration.

Comme le précise alors Clauge Berge, « la combinatoire […] étudie les configurations. Elle veut démontrer l’existence de configurations d’un type voulu », qu’elle cherche alors à « dénombrer », à « recenser » ou à « optimiser[11] ». Autrement dit, Un Conte à votre façon est la combinaison de plusieurs configurations narratives : c’est en ce sens un récit potentiel, un récit qui n’a d’existence que dans l’actualisation que l’on en fait, dans les choix d’embranchements que l’on va emprunter.

        L’objet de l’exposé des étudiantes [lien] sur Un Conte à votre façon était, entre autres, d’exposer leur lecture de l’oeuvre telle qu’elle a été publiée en 1967, et telle qu’elle a été créée, en 2009, par Gérard Dalmon, pour une lecture sur ordinateur, en ligne. En d’autres termes, leur approche met en jeu le concept de remédiatisation, c’est-à-dire le passage, pour une œuvre, d’un média à l’autre. Il ne s’agit pas directement d’une adaptation, qui se définit comme la « transposition d’une œuvre d’un domaine vers un autre », mais bien d’un type de transposition spécifique par lequel un nouveau médium viendrait adapter une œuvre incarnée dans un médium existant, en révélant en quelque sorte les potentialités de l’œuvre. On doit le concept prioritairement à deux chercheurs américains, Jay David Bolter et Richard Grusin, dans Remediation : Understanding New Media. Ils expliquent ainsi que « chaque nouveau médium est justifié parce qu’il comble un manque ou corrige un défaut dans son prédécesseur, parce qu’il remplit la promesse non tenue d’un ancien médium[12] ». Autrement dit, si Un Conte à votre façon a été remédiatisé, et cela à plusieurs reprises, vers le dispositif informatique, c’est bien alors parce que quelque chose dans l’œuvre initiale appelait cette transposition : quelque chose dans Un Conte à votre façon a des affinités avec le numérique. Et en effet : comme le précise Claude Berge, l’œuvre de Queneau « s’inspire de la présentation des instructions destinées aux ordinateurs[13] ».

Pour aller plus loin : « Un Conte à votre façon de Queneau : délinquance ou insignifiance ? », par Hélène Campaignolle-Catel.


[1] Le Lionnais, F., « La Lipo (Le Premier Manifeste) », dans Oulipo, la littérature potentielle (Créations Re-créations Récréations), collectif, Gallimard, Paris, 1973 (nous citons à partir de l’édition de poche Idées/Gallimard), p. 20

[2] Ibidem, p. 21.

[3] Ibid.

[4] Le Lionnais, F., « Le Second Manifeste », dans Oulipo, la littérature potentielle (Créations Re-créations Récréations), op. cit., p. 24.

[5] Tout de même une décennie précédente…

[6] Pour cette citation et celles qui précèdent : Lescure, J., « Petite histoire de l’OuLiPo », dans Oulipo, la littérature potentielle (Créations Re-créations Récréations), op. cit., p. 32.

[7] Ibidem, p. 36.

[8] Ibid., p. 38.

[9] Berge, C., « Pour une analyse potentielle de la littérature combinatoire », dans Oulipo, la littérature potentielle (Créations Re-créations Récréations), op. cit., p. 50. La première est la recherche de nouvelles contraintes de création, et la deuxième est « la recherche de méthodes de transformations automatiques de textes » (ibidem, p. 49).

[10] Ibidem, p. 48.

[11] Pour cette citation et les précédentes, ibid., p. 49.

[12] Bolter, J. D., Grusin, R. A., Remediation : Understanding New Media, MIT Press, Cambridge (Mass.) / Londres, 2000, p. 15. Nous traduisons : « Each new medium is justified because it fills a lack or repairs a fault in its predecessor, because it fulfills the unkept promise of an older medium ».

[13] Berge, C., « Pour une analyse potentielle de la littérature combinatoire », art. cit., p. 55.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.