Pour comprendre les médias, Marshall Mc Luhan

Pour comprendre les médias, Marshall Mc Luhan

macluhan.pjpeg

        Marshall Mac Luhan (1911-1980) est un professeur de littérature et théoricien de la communication canadien. Il s’intéresse plus particulièrement aux médias et analyse les différents changements de médiums (l’imprimé, la radio, la télévision) et leurs effets. Si ses théories ne rencontrent pas un franc succès international, il reste assez connu et développera sa pensée dans de nombreux écrits. Il sera oublié puis redécouvert dans les années 90, où l’avènement du Web pose de nouveau la question des médias. Je vais tenter ici de faire un résumé accessible de la pensée de Mac Luhan et plus précisément de son ouvrage Pour comprendre les médias. Je vais donc détailler les deux principales thèses exposées et résumer les considérations de Mac Luhan sur les thèmes les plus proches de nos études.

« Le message c’est le medium »

        Mac Luhan pense que le medium (journal, livre, télévision, radio, enseigne) qui véhicule un message est en fait un message en lui-même. Il n’est pas anodin de préférer utiliser la radio, un journal, la télévision ou une enseigne lumineuse pour délivrer une information. Chacun de ses médiums a des effets bien précis sur nous : nous aborderons différemment une information qui est diffusée sur un écran géant à Time Square, que si on l’entend à la radio, la lit sur les manchettes des journaux ou la voit à la télévision, et nous ferons plus attention à un film, un journal télévisé qu’à un roman ou à un journal car nous faisons partie des générations nées avec la télévision (celle-ci est différente du cinéma qui a un aspect ponctuel) voire internet ; nous sommes donc plus aptes à traiter une information qui nous parvient de manière visuelle. Les générations précédentes auraient préféré la radio, ou encore avant l’écrit.

        Mais Mac Luhan va encore plus loin : pour lui, « le « contenu » d’un médium, quel qu’il soit, est toujours un autre médium ». Pour reprendre l’exemple de l’auteur : le médium d’un télégramme est l’imprimé, celui de l’imprimé est l’écrit, celui de l’écrit est la parole et celui de la parole un processus de pensée non verbal. Mac Luhan, souligne aussi que les médias, par leur rapidité à étendre une information, la traitent, la transportent, cela grâce aux avancées technologiques (train, avion, télévision, internet).

« Les médias chauds et les médias froids »

        Mac Luhan a une seconde thèse : les médias seraient séparables en deux parties. Les médias chauds sont la radio et le cinéma et les médias froids sont le téléphone et la télévision. Un média est considéré comme chaud lorsqu’il « prolonge un seul sens et lui donne une haute définition », haute définition signifiant ici qui porte une grande quantité de données.  Pour reprendre l’exemple de Mac Luhan : une photographie aura une haute définition (car elle comporte beaucoup d’informations), alors qu’un dessin animé aura une faible définition (car il fournit peu d’informations). Aujourd’hui, les dessins animés sont beaucoup plus riches que dans les années 6o, on pourrait donc utiliser l’exemple des bandes dessinées comme Calvin et Hobbes ou encore Snoopy, dont le dessin assez minimaliste fournit peu d’informations. La parole est aussi un média froid, car l’auditeur reçoit une information partielle qu’il doit souvent compléter. Les médias chauds par leur quantité importante d’informations découragent la participation, l’investissement du public, alors que les médias froids les favorisent. On distingue alors clairement la radio (média chaud) du téléphone (média froid).

        Mac Luhan développe ensuite sa pensée sur la parole qui est liée à l’oralité, puis à l’écriture et de nouveau à l’oralité avec les médias électriques. Ainsi l’écriture semble peu à peu délaissée au profit du téléphone, de la télévision. Mac Luhan est favorable à la télévision, mais celle-ci a évolué et ne ressemble plus à la télévision des années 60, où comme le précise Mac Luhan, les dessins animés ou les décors minimalistes des westerns permettaient au spectateur de s’investir dans le média. Force est de constater qu’aujourd’hui la télévision se rapprocherait du média chaud compte tenu du nombre d’information dense qu’elle contient et de la qualité importante de l’image. Aussi, la théorie de l’auteur selon laquelle les enfants ayant vécu au moins dix ans de télévision trouvent l’école et la vie plate car de nombreuses informations leurs sont données et qu’ils ne peuvent donc pas s’investir comme devant la télévision, semble avoir été dépassée par l’évolution technologique de la télévision.

       La pensée de Mac Luhan est intéressante, on peut utiliser ses thèses pour qualifier le web, qui demandera un investissement à l’utilisateur, et sera donc froid, mais certaines de ses théories et notamment son point de vue sur la télévision semblent anachroniques.

Compte-rendu établi par Elise Chauvat. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *