Séance du 5/02 – Un conte à votre façon, Queneau

La littérature numérique avant l’heure : remédiatisations

Il existe deux versions de Un conte à votre façon de Queneau : une version papier et une version numérique. La version papier est contenue dans un ouvrage sur l’Oulipo regroupant plusieurs textes et expérimentations. Un conte à votre façon est un texte littéraire mais, plus encore, une idée d’expérimentation littéraire emblématique du travail de l’Oulipo. Ce texte fut pensé par Queneau et proposé lors d’une réunion de discussion de l’Oulipo. Il est publié pour la première fois en 1967.

L’Oulipo et ses enjeux afin d’éclairer l’oeuvre

Nous allons nous pencher sur quelques manifestes de l’Oulipo. Il y a en premier lieu une véritable volonté de présenter les enjeux du groupe mais les textes comportent également une portée très ironique et satirique, un peu comme des contre-manifestes.

Tout d’abord, le LIPO (Littérature Potentielle) par François Le Lionnais, cofondateur de l’Oulipo avec Queneau. Il y affirme la posture d’avant-garde du groupe. Pour Le Lionnais : « la vérité est que la querelle des anciens et des modernes est permanente. ». Il revendique une position à la pointe, pas une position du côté de la rupture et du refus du passé, comme la posture adoptée par exemple par le groupe futuriste, mais vraiment cette idée d’aller chercher dans les œuvres du passé des éléments nouveaux qui n’auraient pas encore été expérimentés. Cette notion de potentialité est fondamentale pour comprendre l’Oulipo (Ouvroir de Littérature Potentielle). Il existe donc une dimension analytique, avec un travail sur les œuvres du passé, voir comment elles fonctionnent et en quoi leurs auteurs pourraient être identifiés comme des membres de l’Oulipo avant l’heure. L’autre voie est synthétique, elle est tournée vers le futur pour « ouvrir de nouvelles voies inconnues [des] prédécesseurs ».
Ces enjeux sont fondés sur une sorte de tension fondamentale et constitutive. Pour Le Lionnais, « l’activité de l’Oulipo et la mission dont il se considère investi pose le(s) problème(s) de l’efficacité et de la viabilité des structures littéraires […] artificielles. » : il s’agit de savoir comment cette contrainte préalable posée à partir de rien va devenir féconde. Les règles sont des contraintes : elles ne sont pas des freins mais des accélérateurs de création. Elles ont la vertu d’ouvrir vers la potentialité de la littérature. Cette artificialité tend à automatiser la création littéraire. Dans les années 1950 à 1970, c’est une question au cœur de la réflexion. Boris Vian, déjà dans une lettre, avait envisagé qu’il existerait plus tard un robot poète. De la même façon, en 1968, Roland Barthes traite de la mort de l’auteur. Il revendique que la question de l’auteur n’est plus importante pour traiter de l’oeuvre. C’est donc tout un contexte qui pose la question de l’auteur, de son rôle, voire de sa disparition.

Ceci va être mis en tension par Jean Lescure : ce que propose l’Oulipo c’est une proposition pour être inspiré de façon régulière et automatique. On retrouve donc une mise en tension un peu démocratique, à savoir que c’est bien l’idée que tout un chacun peut être écrivain en s’imposant des règles et des contraintes. Pour Lescure toujours, cette démystification de la littérature rend quelque chose d’objectif qui peut être manipulé. Cette idée de manipulation est intéressante car elle met en avant le fait que la littérature est une sorte de matériau malléable, qu’on peut prendre en main, mais aussi un objet qu’on pourrait explorer d’un point de vue scientifique. On rend donc la littérature lisible et accessible à chacun, elle n’est pas réservée à une élite géniale. La contrainte qui paraît bloquante va en fait être émancipatrice.

L’inspiration n’a donc plus à être conditionnée par une sensibilité interne, par un  »moi » intime. Cette notion de mécanisation de la littérature est un élément fondamental et commun à la vision d’ensemble de la littérature chez les membres de l’Oulipo. Le Lionnais essaie de faire un peu d’histoire littéraire avec le sonnet qui, à un moment donné de l’histoire, est devenu un forme majoritaire. Dans cette forme de contrainte, les membres du groupe avant-gardiste vont voir dans cette période du sonnet, des créateurs et des représentants potentiels de l’Oulipo dans le passé. La contrainte devient donc un obstacle prolifique qui permet d’atteindre une liberté vraie. La vraie liberté est celle accessible à tous : la liberté des contraintes.

La notion de la combinatoire : une mécanique de la littérature

La notion de combinatoire est la troisième vocation de l’Oulipo selon Claude Berge : « c’est la transposition dans le domaine des mots de concepts existants dans les différentes branches des mathématiques ». On applique en littérature des notions mathématiques parmi lesquelles on trouve cette notion de combinatoire. Berge précise que cette combinatoire s’appuie sur une configuration. Prenons l’exemple imagé du jeu Tetris : c’est un jeu de combinatoire, il faut trouver la meilleure configuration possible pour que celle-ci soit optimale. Il s’agit donc bien de combiner les choses entre elles en vue d’un but donné. Dans notre cas, Un conte à votre façon de Queneau est une combinaison de plusieurs configurations possibles. Le choix des embranchements choisis amène à différentes lectures. On retrouve alors la notion d’arborescence avec un tronc commun puis des branches. C’est la représentation visuelle de la notion de combinatoire.

La remédiatisation est une sous-catégorie de l’adaptation. Si l’adaptation est une transposition d’une œuvre d’un domaine vers un autre, la remédiatisation, elle, est une adaptation spécifique : un média réincarne une œuvre d’un médium dans un autre. Cette œuvre appelle en quelque sorte un autre médium. Le numérique se répand comme médium parce qu’il manquait quelques chose dans les autres médiums. La remédiatisation est vraiment cette idée de combler un manque.

Un Conte à votre façon a été adapté sur support numérique de plusieurs façons. Il y a eu beaucoup de remédiatisations car c’est une œuvre assez courte et facile à faire. C’est intéressant en ce sens où ça signale bien que quelque chose dans l’oeuvre initiale de Queneau appelait une remédiatisation. Selon Berge, l’oeuvre de Queneau s’inspire des balbutiements de l’informatique de l’époque, donc quelque chose dans l’oeuvre elle-même appelait déjà le numérique.

Exposé autour de Un conte à votre façon de R.Queneau, par Automne Eveillard et Amandine Carpentier

Queneau est un romancier, poète et dramaturge français du XXe siècle (1903-1976). Il fonde l’Oulipo en 1960 avec le mathématicien Le Lionnais. Débute alors une liaison importante entre la littérature de les mathématiques. Ce groupe littéraire cherche à créer de nouveaux langages, de nouveaux textes, grâce à l’écriture sous contrainte. En 1981, le groupe fait scission et certains de ses membres fondent l’ALAMO (Atelier de Littérature Assisté par les Mathématiques et l’Ordinateur).

Pour introduire l’oeuvre de Queneau, on peut relever deux citations intéressantes. Tout d’abord, selon Hélène Campaignolle-Catel, « Un conte à votre façon est un récit  »arborescent » ». Pour A.Vuillemin, « Un conte à votre façon est un récit à déroulement multiple ».

Queneau écrit Un conte à votre façon en 1967. C’est un texte bref et comique, qui apporte une nouveauté aux contes originaux car le lecteur doit devenir acteur. Il se rattache aux genres littéraires narratifs mineurs comme le conte et la fable à la manière de Perrault, La Fontaine ou Grimm.

Dans le livre papier, on trouve une phrase initiale puis le conte nous propose deux possibilités qui elles-mêmes ramènent à deux possibilités et ainsi de suite. On a donc bien un tronc commun et différentes branches, faisant que chaque lecteur peut avoir une lecture individuelle. L’embranchement est fait de façon à ce que chaque choix puisse ramener à un autre. Les propositions dans le conte s’opposent ou se différencient : exemple avec les points 5 et 6.

      1. Ils ne rêvaient pas. Ces petits êtres en effet ne rêvent jamais.

      2. Ils rêvaient. Ces petits êtres en effet rêvent toujours et leurs nuits sécrètent des songes charmants.

D’après Brémond, « il y a nécessité de ne jamais poser une fonction sans poser en même temps la possibilité d’une option contradictoire ». Le lecteur peut en effet ne pas accepter cette proposition de lecture. S’il refuse toutes les propositions, sa lecture sera très brève (quelques secondes). Qu’importe nos choix de lecture, c’est Queneau qui crée le conte.

Rappelons que le conte est un genre souple et enclin au démembrement. Il n’y a pas d’unité de temps, d’action et de lieu. Il s’agit moins d’instruire le lecteur que de l’amuser. Il est souvent composé d’une suite de comédies enchâssées les unes dans les autres. Les trois récits de Un conte à votre façon pourraient être indépendants mais ils sont reliés dans le conte.

La fable, elle, consiste en un seul fait, un seul espace déterminé et un seul temps. La fin engendre souvent un axiome moral. On cherche à dénoncer.

Malgré le fait que ce conte reste un conte, c’est un renouvellement du genre selon des principes de la littérature oulipienne. Il est tourné vers les techniques combinatoires. On retrouve deux choses dans notre conte : une partie contenant une partie du récit puis une partie avec des questions pour procéder à la lecture individuelle (avec une grande multiplicité de lectures possibles). C’est une véritable fusion entre la littérature et les techniques mathématiques (code informatique). Il est intéressant de voir la « façon » dont le conte Quenien offre une matière comique, une structure assez flexible pour varier les événements en différentes combinaisons. On parle alors d’une approche souple et combinatoire. Le cas le plus emblématique de cette technique combinatoire reste les Mille Milliards de poèmes par Queneau en 1961. La division en segment est inspirée des travaux de Propp, Morphologie du conte.

Le livre papier nous renvoie à des numéros : c’est au lecteur de chercher dans les pages pour créer la suite de son conte. C’est une expérience de lecture rapide puisque l’oeuvre comporte seulement quatre pages. La proposition 21 correspond à la fin du texte. L’arborescence du texte respecte donc bien un tronc commun (proposition 1) pour arriver, selon les branches choisies à la proposition 21 (la fin). Le livre exhibe les multiples possibilités de lectures, contrairement au format numérique. C’est l’ouverture d’esprit du lecteur qui va faire que la lecture va être plus ou moins longue.

Queneau ouvre la voix au récit hypertextuel avec ce système de renvois permettant de passer d’un lien à l’autre selon des chemins préétablis ou élaborés lors de la consultation. Cela est valable également sur la version papier. Pour Serge Bouchardon, il y a 21 fragments numérotés qui offrent des possibilités de lecture.

La remédiatisation d’Un conte à votre façon préfigure dans sa structure même de renvois une application interactive propice aux adaptations informatiques : en cliquant sur un lien, on ouvre une autre page ou une autre fenêtre. On relève plusieurs adaptations de l’oeuvre de Queneau dont certaines ne sont plus accessibles.

Pour relever certaines similitudes entre l’oeuvre papier et l’oeuvre numérique, on peut voir un même nombre de liens. Les histoires sont les mêmes et les pages de la version numérique correspondent aux numéros présents dans la partie récit. Il y avait seulement besoin de créer des liens informatiques car la structure du conte était déjà bien disposée pour créer une adaptation numérique. Pour relever une différence majeure, concernant l’oeuvre numérique, on ne verra pas les autres possibilités de choix. Sur le support papier on peut le faire mais pour le coup ça casse un peu le suspens de l’histoire.

Pour Bouchardon, il existe d’autres formes de livres interactifs que l’on peut lire sur tablettes ou liseuses qui imposent une gestuelle du lecteur, celle-ci déclenchant une ou plusieurs animations. Sur un support numérique, cette non linéarité peut être programmée et automatisée avec des liens hypertextes ou hyperliens. Un récit hypertextuel sur ordinateur propose ainsi une lecture non linéaire de fragments reliés par les liens. Cette navigation permet à chaque lecteur une lecture individuelle. Pour Bouchardon toujours, on peut parler de proto-hypertexte dans le conte de Queneau dans la mesure où le récit propose des nœuds reliés par des liens. Le système de renvois permettant de passer d’un point à un autre se retrouve aussi dans la version papier. La question de l’interactivité se pose alors. Pour lui, il n’y a pas vraiment d’interaction si le récit n’est pas accessible via un programme informatique.

Débat

Ouvrons ce débat de séance avec les expériences de lecture d’Automne et Amandine.

Pour Automne, la lecture a duré environ 3 minutes. Si l’on met non à toutes les propositions, la lecture ne dure que quelques secondes. Malgré le fait qu’elle se soit intéressée à la pratique numérique d’Un conte à votre façon, pour elle le support papier est préférable. Le conte numérique impose un certain timing de lecture, ce qui oblige le lecteur à suivre le mouvement. Dans la version papier, il est libre de choisir sa vitesse de lecture. Ensuite, la version numérique étant moins linéaire, cela fait ressortir une perte de l’effet comique puisqu’on ne peut pas lire toutes les propositions comme dans la version papier.

Pour Amandine, le bilan est plutôt similaire. La musique qui accompagne la lecture numérique lui est désagréable, jugée trop « soporifique ». Rappelons ici que l’oeuvre numérique est accompagnée d’un fond sonore et de nombreuses illustrations colorées. Pour elle, le lecteur n’arrive pas à rentrer dans l’oeuvre comme dans la version papier. Le lecteur est moins acteur de sa lecture car il n’a pas cette démarche de recherche du numéro suivant comme dans le livre.

Ce qui est intéressant, c’est qu’on pourrait tendre à croire qu’elles préfèrent toutes deux la version papier car elles l’ont lu avant la version numérique, mais c’est faux. En bons cobayes, l’une a d’abord lu l’oeuvre numérique puis l’oeuvre papier, tandis que son binôme lisait d’abord la version papier puis l’oeuvre numérique.

Nos deux camarades nous proposent ensuite de faire Un conte à votre façon en live, ou plutôt Un conte à [notre] façon. Pour aller plus loin dans le caractère aléatoire, nous décidons de sélectionner aléatoirement dans la classe les personnes qui feront des choix dans l’oeuvre numérique.

Après cette expérience, on notera que chacun évitait soigneusement de renvoyer à la proposition de fin, la 21, afin de faire durer au maximum cette pause ludique. Mais comme toutes les bonnes choses ont une fin, nous allons maintenant étudier les retours sur notre propre expérience de lecture : avantage au livre papier ou à l’oeuvre numérique ?

♦ Il ressort tout d’abord une distinction qui porte sur le degré d’activité du lecteur. L’oeuvre de Queneau cherche à rendre le lecteur actif. L’activité est plus forte dans le livre papier. Le support numérique peut faire peur au lecteur qui se sent un peu « captif » de l’oeuvre.

♦ L’effet de vitesse du numérique est donc discutable mais pour certains, le point positif réside dans le fait que le lecteur n’a pas accès à toutes les possibilités. On ne peut pas anticiper la lecture puisque les nœuds et les fragments sont sur des pages différentes. Le fait que les propositions soient cachées garde le suspense de l’oeuvre et peut donc davantage encourager à « rejouer » l’oeuvre numérique pour découvrir une nouvelle histoire grâce à des choix différents.

♦ Ensuite est soulevée la question de l’attention du lecteur, de son immersion dans l’intrigue. Dans la version papier, on voit le mécanisme de façon directe. Il y a une concentration sur l’effet recherché. Le lecteur est plus libre. Choisir une préférence est donc une invitation à lire plusieurs propositions. Le mécanisme disparaît cependant dans le numérique. Se pose alors la question de la valeur littéraire et stylistique de l’oeuvre : effet de style, histoire, sens de l’histoire ?

D’un avis général, on peut dire que l’oeuvre va concentrer l’attention sur le fonctionnement et pas tellement sur le contenu. Queneau joue là dessus. C’est différent dans ce type de récit lorsque le lecteur est le héros de l’histoire et par conséquent directement immergé dans l’histoire plus que dans le mécanisme.

Amandine et Automne nous proposent ensuite un travail d’écriture en groupes, toujours avec l’idée de contraintes pour rester dans le sujet en nous imposant les personnages et l’idée générale de l’histoire. L’idée est de créer des pastiches de l’oeuvre de Queneau, en rendant chaque groupe maître de son histoire. Cet atelier a permis à chacun de se rendre compte de la difficulté de créer ce type d’oeuvre et du temps que cela prend d’agencer tous les choix possibles.

L’atelier a donc été rendu très vivant par Amandine et Automne, qui nous ont fait activement découvrir l’oeuvre de Queneau, en rendant le tout très intéressant et ludique.

Océane Gautier

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.