Du livre au texte numérique, une (r)évolution ?

        Nous avons pu voir dans les articles précédents que les innovations – ou prétendues telles – de la littérature numérique étaient principalement à replacer dans une continuité des pratiques : le terrain était préparé en amont pour les expérimentations de la littérature numérique. Pour autant, nous nous situons malgré tout dans une période d’évolutions – non dans une révolution – qui ont une influence sur la création littéraire.

Comment comprendre alors cette période de transition dans laquelle nous nous situons ? Plusieurs mutations sont à prendre en compte : d’une part, l’entrée en scène des supports numériques face au support du livre papier ; d’autre part, le devenir de la littérature au moment de cette ouverture des possibles médiatiques. Enfin, il est possible d’appréhender ces questionnements du point de vue de la production des ouvrages littéraires, c’est-à-dire du point de vue de la chaîne du livre, des éditeurs, des libraires. Nous verrons alors que nous sommes en réalité dans une phase de redéfinition des enjeux du littéraire.

  1. Support numérique vs support papier : l’ère du dispositif ?

Pour entamer cette séance, j’ai interrogé les étudiants participant à l’atelier à propos de leurs pratiques de lecteurs. Sur quels supports ont-ils l’habitude de lire ? Les réponses, dont voici un aperçu, sont variées et instructives.

S3 résultat sondage

Ce que montre ce petit sondage est intéressant : les étudiants de Lettres Modernes qui participent à cet atelier d’initiation à la littérature numérique ne sont pas tous des pratiquants de la lecture numérique. Pour comprendre un peu mieux ces chiffres, j’ai interrogé les répondants : les étudiants lisant sur ordinateurs lisent le plus souvent des articles de presse ou des articles scientifiques, souvent aussi des fanfictions. De même, les lecteurs sur smartphones sont souvent aussi friands de fanfictions. Très peu d’entre eux (à peine 3 sur un groupe de 29 étudiants) déclarent lire sur liseuse – nous avons établis la distinction entre la liseuse, non rétro-éclairée, et la tablette tactile – et aucun ne lit sur tablette tactile… tout simplement, sans doute, car ils sont très peu nombreux à en posséder. Ce qui ressort alors de la discussion, et qui est un élément intéressant à prendre en compte pour cerner ces pratiques de lecture, est le coût du numérique – de l’oeuvre comme du support de lecture : peu d’entre eux se sont déclarés prêts à payer le même prix, voire plus, qu’un livre de poche pour avoir un livre numérique. Les pratiques de lecture numérique des étudiants de cet atelier sont donc, le plus souvent, des lectures d’œuvres gratuites, auto-éditées, échappant pour la majorité au circuit habituel de la production et de la diffusion des œuvres littéraires. Il serait intéressant de poursuivre cette petite « enquête » afin de voir si ces étudiants ont des pratiques d’écriture numérique.

  • Définition du support, définition du dispositif

        On définira le support, déverbal du verbe supporter, non pas comme « le fait de supporter », mais d’abord, dans notre approche, comme « ce qui soutient quelque chose », notamment une chose matérielle. C’est ce qui permet, en quelque sorte, de lui donner corps, voire de la mettre en valeur. Dans un sens plus restreint, le support est « le matériau sur lequel est appliqué quelque chose », c’est-à-dire sur lequel on peint, on grave, on imprime, voire on sauvegarde des éléments informatiques. Le support sera donc ce qui permet au texte d’être lu, si bien qu’un texte peut se déployer sur plusieurs supports : on peut lire Eugénie Grandet de Balzac, dans le domaine public, en livre de poche, en édition précieuse ou illustrée, en liseuse sous format epub, en ligne sur ordinateur…

        On ne peut se contenter de la notion de support pour aborder la littérature, en particulier numérique. En effet, le support est neutre : il ne se distingue pas par des caractéristiques interagissant avec l’œuvre supportée, mais permet, simplement, un accès à son contenu. Dès lors que le support est envisagé non comme simple vecteur, mais en soi, pour ses spécificités – et tous les supports ne sont pas équivalents – il devient dispositif.

        On définira alors le dispositif comme « les manières dont sont disposées, en vue d’un but précis, les pièces d’un appareil, les parties d’une machine » : le dispositif recouvre une idée d’agencement, de fonctionnalité d’éléments permettant d’obtenir un but précis. C’est « une mise en ordre de moyens en vue de produire des effets », un peu comme le seraient la rhétorique et les figures de style du point de vue du texte (ce qui permet alors d’établir le critère de la littérarité, distinguant un texte littéraire d’un texte qui ne prétend pas l’être). Autrement dit, le dispositif fait partie de l’acte de création, en est en quelque sorte le versant technique : il recouvre les procédures et moyens technologiques utilisés en vue de produire le texte dans sa matérialité. On retrouve ici la notion d’ »écrivain ingénieur » dont parle Jean Clément, mentionné dans un article précédent.

       Pour synthétiser, tout texte peut être lu par l’intermédiaire d’un support (livre papier, liseuse, ordinateur) mais s’incarne (est créé) dans un dispositif qu’il s’agit de rendre efficace. Le support est neutre, le dispositif lui va être utilisé avec une intention derrière : on va utiliser, exploiter les possibilités offertes par le livre imprimé, ou par le numérique, pour produire des effets particuliers qui ne pourraient être produits autrement. C’est dans cette perspective que nous privilégions, dans cet atelier, la notion de dispositif. On peut alors considérer que la période de transition dans laquelle nous nous trouvons, qui voit cohabiter deux supports majeurs, le livre papier sous toutes ses formes et le numérique, relève de l’ère du dispositif. Un pan de la création littéraire s’empare de son propre support : en ne le prenant plus forcément pour acquis, elle le fait ainsi basculer du côté du dispositif, le questionne, et vise à l’exhiber pour bousculer les pratiques.

  • Qu’est-ce que l’ère du dispositif ?

        L’ère du dispositif, c’est donc une ère de renouvellement non pas du texte, mais de notre rapport au texte. Comme le soutient Samuel Archibald dans Le Texte et la technique[1], « l’inattention à la matérialité des supports est un tribut qu’une théorie du texte ne peut plus payer[2] » :

« Le choc du numérique rappelle l’existence immémoriale de cette médiation technique, d’une matérialité du langage, de la culture et du texte[3] »

On ne disait pas autre chose quand on évoquait, dans un article précédent, les définitions de la littérature numérique : Philippe Bootz faisait du dispositif une des caractéristiques clés de la littérature numérique, postulant que l’œuvre lue ou vue était toujours une interaction entre le lecteur, le programme et la machine ; Serge Bouchardon de la même façon voyait la littérature numérique comme une littérature de la matérialité. Plus encore, Espen Aarseth, en proposant le concept de cybertexte, élargissait les perspectives : il ne s’agissait plus de dire que seule la littérature numérique était une littérature du dispositif, mais bien que tout texte jouant de son incarnation matérielle relevait de ce champ exploratoire. On a donc pu voir les exemples de Cent mille milliards de poèmes, de Composition n°1, auquel on peut rajouter Marelle, de Julio Cortazár, mais aussi les exemples de La Maison des feuilles, de S., de Kapow !, etc., qui faisaient bonne figure aux côtés des expérimentations numériques.

        Faut-il pour autant parler d’ère du dispositif ? N’est-ce pas une formule trop forte ? Sans doute : pour un texte, s’emparer de sa technique pose malgré tout des difficultés… techniques. Autrement dit, si le marché de la publication en France reste très homogène sur le secteur des livres pour adultes, c’est avant tout parce que travailler le support imprimé coûte cher et augmenterait le prix du livre alors même qu’il se vend de moins en moins, et que seul le livre de poche résiste (d’après une étude du SNE). Par contre, le secteur qui semble être entré dans cette ère est à aller chercher du côté de la littérature jeunesse : de fait, le texte est souvent accompagné d’illustrations voire d’éléments d’interactivités y compris dans le livre papier : on peut penser aux livres pop-ups.

S3 white noise davidacarter

White Noise, David A. Carter, 2009

Et d’ailleurs, c’est encore du côté de la littérature jeunesse que foisonnent les applications pour tablettes tactiles, bien plus que sur le secteur du livre adulte, où les expérimentations sont moins nettes. Si l’on n’est ainsi pas réellement dans une ère du dispositif, toutefois une part croissante de la littérature tend à s’emparer de sa matérialité, soit en se déployant dans un dispositif déjà numérique, comme le ferait un François Bon sur Tierslivre.net, soit en interrogeant son statut d’objet et en forçant le lecteur à suivre ce chemin.

        Il faut, pour terminer cette évocation du dispositif, envisager ses résonances avec la théorisation qu’en livre Foucault dans Surveiller et punir : si le concept foucaldien est bien plus complexe que le dispositif tel que nous l’avons défini précédemment, toutefois notre approche le rejoint autour de la technicité voire de l’emprise technologique qu’ils recouvrent. Le dispositif chez Foucault, « technologie de pouvoir », est une structure d’interactions complexes entre des éléments consciemment mis en œuvre et d’autres agissant inconsciemment sur l’individu, pour le contraindre à être dans une norme (et pour le punir de ne pas s’y conformer) : l’école est un des dispositifs du pouvoir, tout comme la prison. Stéphane Lojkine le définit comme « un sujet qui assujettit un objet en utilisant une technique » : dès lors, il est possible d’envisager le dispositif – papier ou numérique – comme une structure d’assujettissement. En effet, nous avons mis en parallèle l’usage du dispositif technique et l’usage de la rhétorique, tous deux ayant pour viser de produire des effets sur le récepteur : en réalité, ces effets sont produits sans que le récepteur ne puisse rien y faire, c’est proprement là que réside l’efficacité du dispositif ou des moyens rhétoriques. On comprend donc en quoi l’investissement du dispositif peut devenir un enjeu de pouvoir : ce dernier est une façon de capturer le lecteur dans l’œuvre, de lui faire accomplir des gestes ou des actions comme contre son gré, de forcer sa coopération. C’est pour cela aussi que la notion de dispositif est intéressante et importante à envisager dans le cadre de la littérature numérique : elle permet d’évaluer le pouvoir de coercition d’œuvres qui ont longtemps été perçues comme émancipatrices, libérant les potentialités d’action du lecteur – ce qu’elles sont aussi, mais cela fait partie du dispositif !

Plus d’informations concernant le dispositif chez Foucault : les cours en ligne de Stéphane Lojkine, « Cours d’initiation à a french theory », mars 2012.

  1. La littérature sous toutes les formes : une transition nostalgique ?

        Une fois ces éléments posés, on peut s’interroger sur les représentations, au sein de ces œuvres conscientes de leur matérialité, des différents supports du texte. En effet, il est intéressant de remarquer une forte interaction entre le livre imprimé et le livre numérique. Cette interaction même est le signe de la transition : chaque support intègre en son sein la représentation de son autre, le transformant en objet esthétique.

        Cela peut se constater dans le livre papier, qui intègre en son sein des codes du numérique : on peut prendre deux exemples tout à fait hétérogènes. Le premier appartient au champ du livre pour adolescents, et s’appelle Un Amour de jeunesse : il est entièrement construit comme le pendant imprimé d’une idylle entre adolescents qui s’est mise en mots sur les réseaux sociaux, et le livre, qui en serait en quelque sorte une adaptation, en conserve les codes.

S3 amour de jeunesse

Un Amour de jeunesse, Margot Malmaison, Michel Lafon, 2015

L’autre exemple, plus académique si l’on veut, est à chercher du côté du dernier projet de Mark Danielewski, The Familiar : c’est une production romanesque qui a pour objectif d’être composée de 27 tomes, que l’auteur produit au rythme de un par an. Dans le premier tome, paru l’an dernier, un imaginaire informatique se déploie dans les premières pages du roman, à travers la figure de la vidéo numérique.

S3 daniel1

The Familiar, T.1, Mark Z. Danielewski, Pantheon Books, New York, 2015

Mais ces exemples restent somme toute très confidentiels et peu imités. Il n’en va pas de même du côté des productions numériques : de ce côté-là, le livre papier est véritablement un intermédiaire, à la fois point de repère intangible permettant d’ancrer l’œuvre numérique du côté de la littérature, et objet de représentation exhibé comme une relique.

  • La transition passe par la récurrence de points de repères

        On peut alors considérer que cette omniprésence du livre au sein de l’œuvre numérique, notamment du livre numérique enrichi, est une indication de la transition en cours. Elle est marquée par le recours à plusieurs points de repères, parmi lesquels la présence d’une couverture et d’une page de garde : en confrontant trois exemples, une adaptation en livre numérique enrichi des 7 tomes d’Harry Potter, une application pour tablettes tactiles intitulée L’Homme Volcan par Mathias Malzieu, et un roman pour ipad, Beside Myself de Jeff Gomez, on peut percevoir la prégnance de certaines références.

Par exemple, la mise en parallèle des indications d’auteur sont intéressantes. On constate qu’une oeuvre comme Beside Myself, se revendiquant comme un roman, n’indique que le nom de l’auteur du texte.

Jeff GOmez Beside Myself 3

Au contraire, une oeuvre comme L’Homme volcan se pense beaucoup plus comme une collaboration artistique, et expose cette appartenance.

Homme volcan contributeurs

Ainsi, on voit que les oeuvres oscillent entre une auctorialité partagée et une absence de mention des contributeurs de l’oeuvre. Même dans le cas de L’Homme volcan, l’auteur du texte, Mathias Malzieu, reste identifié comme auteur principal, tandis que les réalisateurs du programme informatique ou même de l’interface numérique n’apparaissent pas.

        Concernant la lecture de ces œuvres, différents aspects sont mis en avant : l’adaptation d’Harry Potter en livre enrichi met l’accent sur son interactivité, comme en témoigne son texte de présentation :

« Cette version enrichie inclut le texte original dans son intégralité, accompagné de splendides illustrations, d’animations et de scènes interactives qui donnent vie aux moments-clefs de l’histoire. Vous trouverez également ci et là des annotations rédigées par J. K. Rowling qui vous feront découvrir les moindres recoins de l’univers d’Harry Potter »

Tandis que L’Homme volcan, à mi-chemin du livre enrichi et de l’application pour tablettes tactiles, s’ancre dans un lexique qui a plus à voir avec le théâtre :

S3 malzieu détail

Beside Myself enfin joue sur la double possibilité de lecture offerte par la tablette tactile, en permettant la lecture de trois chapitres au choix : pour lire le chapitre en cours, il faut faire défiler ce qui s’affiche à l’écran de bas en haut, comme on déroulerait un volumen, et pour changer de chapitre, il faut reproduire le geste habituel permettant de tourner la page, comme si l’on lisait un codex.

S3 besidemyself détail

Ce qui apparaît toutefois à la confrontation de ce trois œuvres est la permanence de l’unité de la page comme référence majeure.

  • Parmi ces points de repère, celui de la page

        En effet, cette dernière reste l’unité de texte la plus courante : Marc Saporta en avait d’ailleurs fait son unité textuelle dans Composition n°1. Rectangle blanc à remplir, de texte ou d’image, elle est un support au sens fort du terme, là pour accueillir et supporter, dans un espace prédéfini et stable, à la façon d’une toile vierge, le contenu littéraire de l’œuvre. Elle est, en quelque sorte, un « territoire[4] » à explorer, tant pour l’auteur que pour le lecteur.

Pour aller plus loin sur cette question : « La page, entre le texte et le livre ».

        La page reste donc un territoire familier dans la littérature numérique : bien souvent, c’est sa présence qui peut permettre de distinguer entre un livre numérique enrichi et une œuvre de littérature numérique. Le premier se donne comme un livre dématérialisé, tandis que la seconde s’émancipe de ce qui peut relever de la contrainte pour explorer de nouvelles formes de présentation du texte. C’est ainsi que, dans l’adaptation enrichie d’Harry Potter, la page est l’unité de texte de base, et que le lecteur est clairement amené à la tourner, apercevant à l’écran l’animation de ce qui pouvait apparaître comme un simple fond blanc.

HP enrichi1

De cette façon, l’œuvre numérique, immatérielle, projetée à travers un écran qui ne bouge pas, se donne une matérialité représentée : elle s’ancre dans un mimétisme des pratiques qui peut aller jusqu’à relever d’une forme de nostalgie, quand il s’agit de faire revivre le livre dans ce qu’il peut avoir de précieux, notamment pour les collectionneurs.

S3 Livre numérique patate 2

  • Evolution nostalgique, point de passage, place de l’innovation ?

                Dans cette période de transition, nous sommes comme à la croisée des chemins, faisant se rencontrer, se confronter, des œuvres de la nostalgie et des œuvres de l’innovation. Ainsi, une œuvre comme Inside, un journal de rêves, accessible en ligne sur un navigateur de recherche, se présente comme un manuscrit, objet rare, renvoyant à un imaginaire du livre qui remonte au Moyen âge,

S3 Inside

tandis que Ah ! d’Emma Reel, livre numérique publié par Le Seuil, n’a du livre plus que le nom, puisque l’œuvre se présente sous la forme de cinq uniques pages. Que faut-il lire alors dans cette œuvre ? Marie-Anne Paveau, chercheuse en linguistique, interroge cette œuvre en notant que ce faible nombre de pages implique une forme de rejet de la part des premiers lecteurs, qui, n’y reconnaissant pas la forme du livre, lui refusent cette appartenance. Nous sommes clairement à un point de passage, qui met à mal les habitudes de lecture et contrarie les horizons d’attente.

  1. En guise de conclusion : le marché du livre
  • Des effets de crispation

        On a pu le dire précédemment, les chiffres indiquent une forme de crispation du marché du livre. Nous nous fondons sur deux études quantitatives qui permettent d’avoir des chiffres à analyser : la première, commandée par le Ministère de la Culture et établie par Olivier Donnat, porte sur les pratiques culturelles de 1973 à 2008 et permet de mesurer le poids de la lecture dans ces pratiques, tandis que la seconde, établie par François Moreau et Stéphanie Peltier et portant sur les fondamentaux et les mutations du secteur de l’édition, vise à établir des tendances dans les ventes et la production du livre.

        Le parti pris de la première étude est sensiblement le même que le nôtre ; fondée sur une analyse rétrospective de cinq enquêtes sur les pratiques culturelles des français depuis 1970, elle s’interroge :

« La perspective de moyen terme qu’offre une telle comparaison n’est-elle pas la meilleure protection contre les facilités des discours sur la « révolution numérique » qui, faute d’une réelle mise en perspective historique, tendent à présenter comme des ruptures radicales des évolutions dont l’origine est parfois bien antérieure à l’arrivée de l’internet ? ».

Le premier tableau présenté dans ce document indique bien les évolutions des pratiques de lecture : le nombre de « grands lecteurs », c’est-à-dire lisant plus de 20 livres par an hors obligation scolaire ou professionnelle, passe de 28% à 16% (et l’on constate que la baisse est régulière), tandis que le nombre de « petits lecteurs » (de 1 à 9 livres sur l’année hors obligation) croît en parallèle, puisqu’ils étaient 24% en 1973 et sont 38% en 2008. On peut donc conclure de ces chiffres, comme le fait le rapport, à une baisse globale de la pratique de la lecture, sans pouvoir nécessairement en donner les causes, qui peuvent être multiples, notamment tenir à la diversification des offres culturelles et des pratiques de lecture. La même tendance s’observe du côté de la lecture de journaux papier, qui sont eux aussi, voire plus fortement, touchés par la concurrence du numérique (et il serait intéressant de pouvoir avoir des chiffres plus récents, tant les choses dans ce secteur se sont tendues depuis 2008).

        Le second document peut nous permettre de mesurer l’impact de ces évolutions sur le marché du livre. L’étude, commandée par le Syndicat National de l’Edition, commence par rappeler le poids de l’édition dans le marché culturel français :

« En termes de chiffre d’affaires, l’édition de livres est près du double de la production télévisuelle et quatre fois plus importante que la production cinématographique, la musique ou encore l’édition de jeux électroniques ».

L’avantage de cette étude est d’envisager le marché du livre dans sa globalité, papier comme numérique : cela lui permet alors de montrer que, si « le chiffre d’affaires de détail des ventes de livres ne cesse de baisser depuis 2007 (- 1,2% par an en moyenne) », pour autant on ne constate pas de forte augmentation de ventes du livre numérique, qui viendrait compenser cette baisse, et cela au niveau européen. Le seul domaine à connaître une croissance est la vente du livre de poche, qui croît de 2,1%  entre 2009 et 2013 alors même que l’ensemble du marché baisse. Concernant le livre numérique (l’ebook), l’étude précise que, « en 2014, l’e-book contribuait pour seulement 1,6% aux ventes de détail de livres, mais pour 5 à 6% dans le chiffre d’affaires des éditeurs » : cela reste, en France, un petit secteur, alors même qu’aux Etats-Unis, il « représente 27% des ventes ». Il est à noter que 25% des ouvrages vendus en Sciences humaines et sociales sont des ouvrages numériques. : cela pourrait indiquer que le lectorat est encore suspicieux quant à l’édition numérique littéraire, mais plus enclin à lire des ebooks scientifiques, le livre n’ayant dans ce cas-là pas de véritable valeur ajoutée, ni matérielle, ni sentimentale.

        Ce qui est alors intéressant est l’élément de synthèse relevé par cette étude :

« Le numérique bouleverse fondamentalement la chaîne de valeur du livre et conduit nécessairement les différents acteurs à s’interroger sur leur positionnement ».

Autrement dit, si révolution il y a, ce serait bien plutôt du côté de la production mais surtout de la diffusion du livre, plus que du côté de la création elle-même.

  • Un jeu de dupes ?

        Qu’en est-il, en réalité, de ce positionnement ? Pour y voir plus clair, on peut se référer à un article récemment paru dans L’Humanité et s’interrogeant sur les raisons de la résistance du livre face au numérique. Dans cet article, trois réponses sont apportées, par Jean-Yves Mollier, professeur d’histoire contemporaine, Dominique Mazuet, libraire indépendant à Paris, et Frack-Olivier Laferrère, écrivain et fondateur d’une maison d’édition, trois réponses qui correspondent donc à trois points de vue.

        Le premier revient sur les débuts de la concurrence entre livre papier et numérique, afin de rappeler que la crispation est en grande partie due aux bravades des tenants du numérique, s’imaginant déjà un avenir rayonnant qui peine un peu à advenir. Toutefois, pour Jean-Yves Mollier,

« pas plus qu’une hirondelle n’annonce le printemps, la bonne tenue du livre papier en 2015 ne saurait masquer le caractère irréversible de la révolution provoquée par le livre électronique ».

Il conclut alors :

« Même si le manuscrit a subsisté trois siècles après l’invention de l’imprimerie et si le livre papier conservera une part de ses marchés à l’heure où le livre digitalisé deviendra majoritaire, comme le mail ne tuera pas la lettre d’amour manuscrite, l’avenir est bien au livre digital et il vaut mieux s’en réjouir que de pleurer la fin de la civilisation de la lecture, autre billevesée des nostalgiques des paradis perdus ».

Pour autant, on remarque dans ses propos que la tendance n’est pas à la création d’œuvres numériques, mais bien plutôt à la numérisation d’œuvres papier (pour les fonds des bibliothèques notamment) ou la publication numérique d’œuvres qui n’ont rien de spécifiquement numérique (l’exemple de la collection Harlequin) : autrement dit, le numérique n’est bien là qu’un support comme un autre, et l’on peut se demander en quoi cela représente une menace, par exemple pour les éditeurs, ou bien un nécessaire réajustement des pratiques pour suivre les offres technologiques.

S3 livre vs tablette

Dominique Mazuet remet alors les choses en perspective :

« Pourtant chacun sait, ou devrait savoir, que le livre papier, comme son pendant numérique, ne sont pas des entités autonomes, mais bien des objets culturels portés par des acteurs économiques. Dans le cas présent, pour majorité, ce sont les mêmes. Donc, si le livre papier résiste, c’est avant tout parce que les grands acteurs économiques de la chaîne du livre n’ont pas fait le choix de le laisser tomber, pas même celui de céder une véritable place, même petite, au livre numérique ».

Cette mise au point est très importante : en réalité, elle permet de comprendre que cette lutte entre papier et numérique est, du point de vue du marché du livre, un jeu de dupes, car les acteurs de l’un sont les mêmes que ceux de l’autre. En d’autres termes, peut-être que le livre numérique serait plus répandu en France si les acteurs du marché du livre avaient choisi cette voie plutôt que le maintien coûte que coûte du livre papier, malgré l’affaiblissement du nombre de lecteurs constaté précédemment. Pour Dominique Mazuet, « […] l’objet livre papier est devenu le doigt que regarde l’idiot quand on lui montre la lune ». Tout ceci n’est, encore une fois, qu’une question de support, qui n’a que peu à voir avec la diffusion de la création littéraire, qui est, elle, bien réellement en perte de vitesse.

Franck-Olivier Laferrère fait peu ou prou le même constat :

« Cet impétueux tsunami [du numérique] a fait un flop, et naturellement c’est une issue réconfortante et salutaire pour le livre, ses métiers et ses lecteurs mais, quand de cette vague mourante l’écume se sera évaporée, il restera des débris et des cadavres sur la grève… ».

Son point de vue porte alors sur la politique du livre en France (volonté d’Etat, avec le prix unique du livre papier en 1981 et du livre numérique en 2011), et il montre qu’elle est délétère pour la liberté de création, contribuant à restreindre les possibilités, constatant par exemple qu’il est pratiquement impossible de relier un livre en France. En d’autres termes, la question que se pose le marché du livre ne porte que sur le support et la possibilité d’en tirer des profits : c’est une logique économique qui sous-tend cette transition, qui anime cette fausse concurrence, et non une logique de création. Que peut-on dire de plus ? (je vous conseille vivement de cliquer sur ce lien !)

  • Les possibles collaborations : l’exemple d’Invenit

        Mais pour ne pas terminer sur ce triste constat, je souhaiterais évoquer des possibilités, envisagées et déployées par les acteurs de la chaîne du livre eux-mêmes, de cohabitation voire de coopération entre le papier et le numérique, autour du cas de la maison d’édition nordiste Invenit, et en particulier d’une collection d’ouvrages publiés en lien avec des objets exposés au Musée des Confluences de Lyon. Il s’agit toujours d’une commande d’un court texte d’invention à un auteur contemporain, qui doit prendre pour sujet un des objets exposés, par exemple le téléphone en bakélite de nos grands-parents :

DCHFT 6720 Musée des Confluences Lyon France

Cela donne S63, qui est écrit par Jean-Bernard Pouy (par ailleurs adepte de l’OuLiPo et donc amateur d’écriture à contrainte).

couvpouy_low

Ce texte, récit de fiction incarné dans un livre papier, s’accompagne donc de l’objet téléphonique, et le tout est complété d’un enrichissement numérique puisque le livre comporte un QRcode qu’on peut lire avec une tablette numérique ou un smartphone et qui conduit vers un entretien avec l’auteur du texte ainsi qu’une représentation en trois dimensions du téléphone dont il est question. Cet exemple tend à montrer que le livre, qu’il soit objet imprimé ou numérique, devient une sorte de dispositif global, et qu’un texte peut aussi se déployer sur l’un comme sur l’autre de façon complémentaire.

Pour aller plus loin : « Matérialités de l’écriture : le chercheur et ses outils, du papier à l’écran », par Oriane Deseilligny


[1] Archibald, S., Le Texte et la technique, Montréal, Le Quartanier, 2009.

[2] Ibidem, p. 21.

[3] Ibid. ,p. 23.

[4] Comme l’indique Valérie Lelièvre dans « La Page : entre texte et livre », paru dans Le Livre et ses espaces, Milon, A. et Perleman, M. (dir.), Presses Universitaire de Paris Ouest, Paris, 2007.

Pour aller plus loin : Vitali-Rosati, M., « La Littérature numérique, existe-t-elle ? », Digital Studies / Le Champ Numérique, 2015, en ligne. Mais aussi : Vitali-Rosati, M., « Littérature papier et littérature numérique, une opposition ? » / Chartier, R., « Qu’est-ce qu’un livre ? Métaphores anciennes, concepts des lumières et réalités numériques. »Le français aujourd’hui 3/2012 (n°178)

S3 papier vs tablette nostalgie


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *